L’enfant intérieur et la technique de la photographie

20 juillet 2019
Notre "moi" actuel est partiellement le fruit de nos expériences infantiles. Nous avons tous en nous un enfant intérieur manquant de quelque chose. Il est fondamental de combler cette carence pour s'assurer un chemin dans le présent.

On dit qu’en chacun de nous sommeille un enfant. Tout être humain qui est aujourd’hui adulte a bien évidemment déjà été un enfant. Comme tout autre enfant, il est né avec une enveloppe génétique déterminée qui s’est développée dans un certain environnement.

Ce dernier est très important car il permettra à l’enfant de commencer à apprendre grâce à ce qui l’entoure. La technique de la photographie peut nous aider lorsque cet apprentissage ne s’est pas effectué correctement. Découvrirons cette technique dans la suite de notre article.

L’attachement lors de l’enfance

L’attachement est un lien affectif intense, durable, de caractère singulier, qui se développe et se consolide entre deux individus ou plus par le biais de leurs interactions réciproques. Son objectif immédiat est la recherche et le maintien de la proximité en situation de danger. En fait, l’attachement procure de la sécurité, du réconfort et de la protection. Pour cette raison, la majorité des enfants établit un style d’attachement appelé attachement sécure.

Cependant, certains enfants n’y parviennent pas. Nous devons avoir à l’esprit le fait qu’un enfant a besoin de se sentir en sécurité et en confiance. De plus, il doit pouvoir satisfaire ses besoins essentiels pour survivre (alimentation, hygiène, logement). Si pour une raison ou pour une autre, l’une de ces conditions n’est pas remplie, il est possible que l’enfant développe certaines carences qui évolueront pendant l’enfance et se refléteront lors de la vie adulte.

Ces vides sont ancrés dans les recoins de l’esprit de l’enfant : dans son inconscient. Lorsqu’il deviendra adulte, il développera des schémas comportementaux avec les autres et ressentira certaines émotions de manière récurrente sans être capable de les identifier. Pour cette raison, il est indispensable que nous soyons conscients de la réalité de notre enfance et des besoins qui n’ont pas été satisfaits correctement. Ainsi, nous aurons une bonne connaissance de nous-même et nous serons capables d’initier un travail personnel.

technique de la photographie

La technique de la photographie permet de soigner l’enfant intérieur

La technique de la photographie permet de soigner l’enfant intérieur. L’objectif est d’apprendre à développer une certaine affection envers notre propre personne. C’est une stratégie très émotionnelle qui réveille chez le patient des souvenirs, des sentiments, et des sensations qui étaient jusqu’alors enfouis.

Avec la technique de la photographie, le thérapeute incite le patient à parler avec son enfant intérieur. En fait, la photographie permet au patient de développer cette communication symbolique avec plus de facilité.

La technique de la photographie peut se développer de différentes manières. Chaque thérapeute doit utiliser sa propre créativité pour s’adapter au patient qui se trouve en face de lui. En effet, certains patients se montreront plus rationnels que d’autres alors que d’autres seront plus anti-émotionnels. Il sera dans ces cas là plus difficile d’appliquer la technique.

Procédé

Une fois que le patient a dans ses mains la photographie de lui étant enfant, le thérapeute lui demandera de l’observer pendant quelques minutes sans ne faire aucun jugement. Il devra uniquement tenter de se connecter avec cette partie infantile qui vit encore au sein de lui.

Lorsque le patient atteint cette connexion, le thérapeute l’aide à initier une communication sincère et affective avec cet enfant. Il peut lui demander « Que ressent cet enfant lorsque ses parents ne sont pas disponibles pour lui ? De quoi a besoin cet enfant ? ».

Au début, les questions permettront de clarifier les sentiments de l’enfant. Elles refléteront souvent les émotions expérimentées par l’adulte dans le présent. La patient pourrait par exemple répondre : « L’enfant se sent seul et vide », « Il se sent en danger et stressé, il attend que sa mère arrive et l’embrasse ».

En posant ce type de questions, l’idée est de pousser le patient à aider l’enfant. Il doit donc s’aider personnellement. Pour cela, le thérapeute peut demander au patient « Qu’est-ce que tu vas donner à cet enfant à partir de maintenant ?, « Crois-tu qu’il soit nécessaire de poursuivre cette relation de couple qui te dévalorise chaque jour? », « Comment peux-tu l’aider à sortir de là et à atteindre la sécurité ? ».

Ainsi, le patient se rend compte du fait que l’enfant, étant déjà adulte, réclamait une sécurité extérieure. Il tentait de combler ses carences et ses vides infantiles avec l’alcool, des partenaires qui ne lui convenaient pas ou en étant accro au travail.

Le patient doit comprendre que la sécurité ne se trouve pas à l’extérieur comme lorsqu’il était enfant. La sécurité réside dans son amour personnel. Si le patient commence à calmer l’enfant, à lui donner de l’amour inconditionnel, la guérison de l’enfant intérieur pourra commencer.

se sentir en sécurité dans l'enfance

Que se passe-t-il une fois que l’enfant intérieur est guéri ?

La technique de la photographie n’est rien de plus qu’une stratégie psychologique. C’est une stratégie émotionnelle ou expérientielle qui s’emploie en thérapie. C’est un moyen d’atteindre des objectifs mais le travail ne s’arrête pas là.

Pour atteindre la guérison de l’enfant intérieur, il est nécessaire qu’au quotidien, le patient démontre tout l’amour, l’affection et l’attention qu’il a promis de donner à l’enfant. Pour cela, il peut écrire quelques phrases derrière la photographie. Il peut par exemple noter : « Je ne les laisserai pas te traiter à nouveau ainsi, je prendrai soin de toi ».

Ces phrases ne doivent pas rester telles quelles. Elles doivent prendre la forme d’un engagement se traduisant par des comportements particuliers. Pour cela, les techniques comportementales sont des outils précieux. Une fois que le patient aura guéri son enfant intérieur, il pourra commencer à vivre une vie plus libre et pleine. Il cessera de chercher de la sécurité dans son environnement afin de concentrer son attention sur les piliers de son intérieur. L’individu commencera à s’enlacer lui-même, à s’aimer de manière inconditionnelle.

 

  • Cadarso, V. Abraza a tu niño interior. Editorial Palmyra