L'empreinte moléculaire du stress

26 août, 2020
Saviez-vous que le stress peut modifier votre ADN au point que vos petits-enfants sont sujets à certaines maladies ? C'est ce qu'on appelle l'empreinte moléculaire du stress. En voici d'autres.

Grâce à l’épigénétique, la discipline qui étudie les changements du génome produits par des facteurs environnementaux et qui sont héréditaires, nous savons que certaines expériences de la vie modifient notre code génétique. L’un des facteurs étudiés qui modifie les informations prédisposant à certaines maladies est l’empreinte moléculaire du stress.

Le stress est un sentiment de tension physique et mentale. Bien qu’il ait un rôle adaptatif fondamental puisqu’il met le corps en alerte, il peut être très néfaste pour la santé. Lorsque nous sommes stressés, les niveaux d’adrénaline et de cortisol augmentent. Dans un état de surexposition, cela modifie la réponse du système immunitaire, du système digestif et d’autres processus de croissance.

Ainsi, des chercheurs du monde entier étudient si ces altérations sont d’une manière ou d’une autre enregistrées dans notre information génétique. Mais aussi si elles peuvent la modifier et être transmises à nos descendants.

L’empreinte moléculaire du stress

Qu'est-ce que l'empreinte moléculaire du stress ?

Pour étudier l’empreinte moléculaire du stress, une équipe de l’école de médecine de l’université Tufts (TUSM) a étudié ce qui s’est passé dans la lignée de succession d’une génération. Ils ont découvert que les enfants et les petits-enfants présentaient des symptômes liés au stress que leur prédécesseur avait connus.

L’effet du stress post-traumatique, en particulier sur les femmes enceintes et leurs enfants, a également été étudié. En ce sens, on a vu que la violence subie pendant la grossesse fait que l’ADN des bébés a une activité génomique différente. Il s’agit du processus de méthylation. Il consiste à faire réagir le génome à l’environnement en activant ou en désactivant certains gènes.

Ce processus est un mécanisme évolutif qui facilite l’adaptation de l’environnement. Par conséquent, on peut interpréter que l’information génétique du successeur change comme une réponse d’adaptation. Cela peut conduire à des enfants plus craintifs ou agressifs.

Héritage génétique

L'empreinte moléculaire du stress est une réalité.

Il est bien connu que les gènes et l’environnement interagissent de manière bidirectionnelle. Ainsi, un facteur génétique peut protéger contre les adversités environnementales. Mais un facteur environnemental peut aussi affecter un trait génétique en le prédisposant à une maladie.

Comme nous l’avons vu plus haut, il a été constaté que le stress peut modifier le fonctionnement du génome et même se transmettre de génération en génération. Parmi les aspects qui peuvent être affectés par le stress par le biais du génome, on trouve la longévité et le risque de maladie cardiovasculaire.

Longévité

Une étude menée par l’école de médecine de l’université de l’Indiana et l’institut de recherche Scripps a identifié un certain nombre de gènes qui peuvent modifier la réponse au stress et les effets sur l’humeur.

En d’autres termes, ils ont constaté que les personnes ayant souffert de stress important ou de troubles de l’humeur présentaient une modification des niveaux d’expression du gène ANK3, liée au vieillissement prématuré et à la réduction de la longévité.

Maladies cardiovasculaires

Une autre étude, menée par l’université de Duke, a examiné l’interaction des gènes avec l’environnement en relation avec les maladies cardiovasculaires. Ils y ont identifié une variante génétique qui augmente la susceptibilité des porteurs aux maladies cardiovasculaires. Mais également au diabète et à l’obésité.

Il est intéressant de noter que le stress est lié à ces conditions médicales. Mais, en outre, selon cette étude, cette prédisposition pourrait être d’origine génétique. En particulier, ceux qui présentent des polymorphismes spécifiques dans le gène EBF1 sont plus exposés. Ce gène joue un rôle fondamental dans le développement du système immunitaire.

En résumé, l’empreinte moléculaire du stress peut déterminer le risque de souffrir d’une maladie à l’avenir. Mais elle est également transmissible et pourrait influencer la susceptibilité de nos descendants. Pour cette raison, et pour en atténuer les effets à court terme, il est important de connaître et d’internaliser les outils qui aident à gérer le stress.