Le syndrome d’Ulysse, un mal contemporain

· 17 avril 2019
Ce syndrome emprunte le nom d'Ulysse car le protagoniste de l'Odyssée a quitté sa terre natale et a dû vivre de nombreuses vicissitudes. Ce mal affecte les émigrants et peut conduire à des troubles plus sérieux, comme des addictions.

Le syndrome d’Ulysse, aussi connu sous le nom de syndrome du migrant, est un état de stress aigu qui affecte ceux qui émigrent et qui vont vivre ailleurs que là où ils sont nés. Il est plus important que le seuil normal du deuil qui affecte ceux qui quittent leur foyer et font face à un environnement inconnu. Les symptômes et les effets de ce trouble deviennent parfois très graves.

L’une des difficultés du syndrome d’Ulysse est sa similitude avec d’autres troubles. En effet, on confond souvent le diagnostic avec celui d’autres conditions médicales. De même, il génère parfois des manifestations si graves qu’on les confond avec la psychose, alors qu’en fait elle correspond à un stress extrême.

Le psychiatre Joseba Achotegui (Université de Barcelone) a défini le syndrome d’Ulysse. En effet, il a suivi de près la question des migrations en Espagne, l’un des pays qui accueille le plus grand nombre de migrants en Europe, qu’ils viennent pour s’installer ou pour se rendre dans d’autres pays. On estime que ce problème touche au moins 800 000 résidents de ce pays.

syndrome d'Ulysse chez les migrants
Migration et syndrome d’Ulysse

La migration est un phénomène complexe qui a mis à rude épreuve les ressources de nombreux États pour y faire face. Il existe en effet plusieurs types de migration et tous les migrants ne sont pas atteints du syndrome d’Ulysse. Sa survenance est fortement influencée par l’histoire personnelle et la personnalité, ainsi que par les conditions dans lesquelles la migration se produit et l’environnement dans lequel elle se déroule, à la fois celui qui est maintenu et celui qui change.

Un premier facteur important est l’histoire et la structure de la personnalité du migrant. L’autonomie et l’adaptabilité du migrant sont particulièrement influentes. Ainsi, se rendre dans un autre pays pour se refaire une vie exige une force psychologique et une grande résilience. Il n’est pas facile de trouver sa place dans le nouvel environnement et, d’autre part, ce changement entraîne souvent des troubles ou des problèmes de personnalité latents.

De même, les conditions d’émigration ont une grande influence. Ce n’est pas la même chose d’émigrer parce que l’on fuit une guerre, que de le faire par désir d’avoir une vie meilleure ou parce que l’on voit une opportunité concrète dans le lieu de destination. De même, tout change quand une famille est laissée pour compte, contrairement à ceux qui ne le sont pas.

Environnement et symptômes

Un aspect décisif dans le syndrome d’Ulysse est l’environnement de destination. Il peut faciliter ou rendre l’adaptation très difficile. Il peut également être préparé, sur le plan socioéconomique, à accueillir ou non des immigrants. En d’autres termes, il peut ou non assimiler l’immigrant au marché du travail ; ou il peut ou non fournir une certaine forme d’aide.

syndrome d'Ulysse et déracinement

Le syndrome d’Ulysse survient lorsqu’une personne se sent dans des situations extrêmes, qu’elle est incapable de surmonter ou de digérer. Cela se produit généralement lorsqu’elle réalise que son projet migratoire est fondamentalement irréalisable. Quand elle ne réussit pas à être accueillie, ou quand sa situation économique, au lieu de s’améliorer, se détériore. Cela conduit à un stress progressif qui, à un moment donné, peut bloquer la personne.

Puis les symptômes typiques du syndrome d’Ulysse apparaissent. Parmi ceux-ci, on retrouve :

  • Sensation d’éloignement. Il se sent étranger dans son environnement et considère les autres comme des étrangers. Cela donne lieu à de la peur et à un profond sentiment de vulnérabilité.
  • Tristesse constante. Il y a une nostalgie du lieu d’origine et un sentiment de deuil qui devient constant.
  • Problèmes de santé. Il est très fréquent que des symptômes physiques tels que migraines, nausées, étourdissements, problèmes respiratoires, etc. commencent à apparaître.
  • Stress et anxiété. C’est le symptôme le plus visible. Il y a un sentiment permanent d’angoisse, comme si quelque chose de terrible allait arriver. Il y a aussi des difficultés à dormir et une grande insécurité dans les relations avec les autres.
  • Isolement et dépréciation. La personne commence à s’isoler de son environnement, qu’elle perçoit comme menaçant. Cela affecte également leur image de soi, ce qui entraîne une diminution de leur estime de soi.

Parfois, cet état devient le déclencheur de troubles plus graves. Cela peut également entraîner des dépendances ou des activités illégales, car il est frustrant pour le migrant de voir que ses attentes ne sont pas satisfaites. Dans de nombreux cas, il s’agit d’un problème grave qui nécessite l’intervention d’un psychologue.

 

  • Loizate, J. A. (2004). Emigrar en situación extrema: el Síndrome del inmigrante con estrés crónico y múltiple (Síndrome de Ulises). Norte de salud mental, 5(21), 3.