Le soutien émotionnel, un merveilleux bouclier anti-douleur

· 1 mai 2019
Le soutien émotionnel est une forme d'endiguement. Il nous permet d'opter pour une perspective différente et même lorsque nous n'y parvenons pas, de nous sentir mieux.

Parfois, nous avons besoin de nous sentir enveloppés, abrités, avec le sentiment que rien ne peut nous arriver. Peut-être qu’une étreinte, un sourire, une pensée ou quelques mots suffiraient… Parce qu’en fin de compte, ce dont nous avons besoin, c’est d’un soutien émotionnel, c’est-à-dire d’un mécanisme de sécurité qui nous protège lorsque les circonstances nous menacent ou ne sont pas ce que nous voulons.

Ce soutien peut surgir de notre for intérieur, mais il peut aussi venir de quelqu’un que nous tenons en haute estime. Parfois, il suffit d’avoir quelqu’un pour soulager notre angoisse ou, dans certains cas, le fardeau que nous portons sur notre dos.

Voyons quels types de soutien affectif existent et comment ils nous sont bénéfiques. Allons plus loin.

« Dans la vie, nous avons besoin de quelqu’un pour nous soutenir, car sentir que nous avons un refuge nous aide à tracer notre chemin, avec plus de tranquillité et d’harmonie. »

Le soutien émotionnel : de quoi s’agit-il ?

Un soutien émotionnel nous aide à nous sentir mieux, que ce soit lorsque nous avons peur ou lorsque nous sommes débordés. C’est comme cet échafaudage dont nous avons besoin pour sortir de situations difficiles. Ces gens qui nous conduisent, nous accompagnent et nous aiment. Ceux qui n’hésitent pas nous prendre par la main quand le gris menace de repeindre nos vies.

Cependant, il ne s’agit pas d’un moyen d’échapper à ses responsabilités ou de les répartir, mais plutôt d’un moyen d’affronter les problèmes avec amour. En d’autres termes, grâce à ce soutien, nous pouvons renaître, apprendre de la situation et nous retrouver.

Lorsque nous sommes jeunes, ce sont nos parents, nos proches ou les personnes qui s’occupent de nous qui nous apportent un soutien affectif. Et à mesure que nous grandissons, nous apprenons à le trouver chez d’autres personnes ou même dans certaines activités ou dans la nature.

le soutien émotionnel et l'amitié

Pourquoi est-ce si important ?

Le soutien émotionnel est essentiel parce que si nous n’en avons pas, nous pourrions cesser de trouver un sens à notre vie, établir des relations toxiques ou nous sentir vides.

Par exemple, si un enfant ne reçoit pas les soins affectifs dont il a besoin, il développera des problèmes dans divers domaines, tant à court et à long terme qu’à un niveau physique et émotionnel. Par conséquent, le soutien affectif est un facteur important dans la petite enfance. Il nous aide à nous développer et à grandir sainement, surtout sur le plan émotionnel.

En effet, selon la chercheuse Maritza Angélica Carvajal Álvarez, tant la prise en charge des enfants que le soutien affectif qui leur est apporté contribuent au développement d’une personnalité plus sûre, responsable et engagée.

Même le soutien social peut être crucial pour le développement physique. C’est en tout cas ce que démontrent les chercheurs espagnols Pacora, Capcha, Esquivel, Ayala, Ingar, & Huiza.

Selon leur étude, le manque de soutien affectif ou social a des répercussions négatives sur la santé maternelle et périnatale. Par conséquent, le soutien affectif sur lequel notre mère a compté pourrait affecter notre qualité de vie.

Comment trouver du soutien émotionnel ?

Bien que le premier soutien émotionnel soit fourni par nos parents et ceux qui s’occupent de nous, cela ne veut pas dire qu’il est et doit être le seul. De fait, il y a d’autres façons d’avoir un soutien émotionnel. Certaines d’entre elles sont énumérées ci-dessous :

  • Communiquer avec les autres. Si nous forgeons des relations saines, nous pouvons compter sur les autres quand nous en avons besoin et créer des liens de soutien affectif.
  • Se connecter avec nous-mêmes. Se connaître soi-même est le pont vers une bonne gestion émotionnelle.
  • Faire de l’exercice physique. Lorsque nous faisons de l’exercice, nous libérons des endorphines, un groupe d’hormones qui nous aident à nous sentir plus heureux.
  • Demander l’aide d’un professionnel. Les psychologues et les psychiatres sont très utiles lorsqu’il s’agit d’amortir la douleur ; experts dans le monde émotionnel, comportemental et cognitif, ils peuvent nous guider dans la gestion émotionnelle.

D’autres types d’activités peuvent également servir de soutien émotionnel. Par exemple, la lecture d’un livre ou et l’art de manière générale peuvent être les véhicules idéaux pour nous aider à transformer nos angoisses.

le soutien émotionnel et l'amour

Les bienfaits de ce merveilleux bouclier anti-douleur

Lorsque nous nous sentons épuisés, que nos forces faiblissent et que nous sommes incapables de voir presque toute lueur de lumière autour de nous, c’est le moment où nous avons le plus besoin de notre soutien émotionnel. Grâce à lui, nous pouvons :

  • Augmenter notre confiance
  • Diminuer les risques de douleur
  • Améliorer les liens avec nous-mêmes, avec les autres et avec la nature
  • Favoriser les processus d’organisation des expériences
  • Relâcher les tensions
  • Avoir une plus grande motivation
  • Profitez d’un plus grand sentiment de sécurité

Bien qu’au début le soutien émotionnel ne soit pas notre responsabilité, au fur et à mesure que nous grandissons, nous devons le rechercher. C’est incroyable d’avoir tant de façons de le trouver et de connaître tous les avantages qu’il offre.

Lorsque ce soutien émotionnel existe dans notre vie, nous pouvons compter sur un endroit ou une personne pour trouver un soulagement, pour décharger tout ce que nous portons sur nos épaules. Une occasion d’accepter ce qui nous arrive, de changer notre perspective et de commencer à nous transformer.

 

Álvarez, M.A.C (2011). El apego como principal factor protector de la primera infancia. Margen: revista de trabajo social y ciencias sociales, 61, 9-5.

Pacora, P., Capcha, E., Esquivel, L., Ayala, M., Ingar, W. & Huiza, L. (2005). La privación social y afectiva de la madre se asocia a alteraciones anatómicas y funcionales en el feto y recién nacido. Anales de la Facultad de Medicina, 66 (4) , 282-289.