Le respect, c’est comme l’argent : certain.e.s le demandent, et d’autres le gagnent

21 août 2016 dans Psychologie 0 Partagés

Le respect est une valeur universelle que l’on devrait tous pratiquer sans conditions.

Cependant, il y a des gens qui se l’imposent envers eux-mêmes sans pour autant considérer les autres et qui réclament un droit qui ne connait pas l’empathie.

Car respecter les autres consiste à ne pas les exploiter, et si une personne n’est pas capable de faire preuve de respect envers les autres, alors elle n’a absolument pas à l’exiger de leur part.

L’étymologie des mots nous en apprend toujours beaucoup. Ici, si on s’intéresse aux racines du mot « respect », on retombe sur le mot « respectus » dérivant lui-même du mot « specere », qui signifie regarder de nouveau, et surtout, « faire preuve de la sagesse de voir quelque chose en son essence ou son individualité ».

S’il n’y a pas de respect, alors tout se perd : l’amour, l’honnêteté, l’intégrité… Peu de valeurs sont aussi essentielles que le fait de savoir nous respecter les uns les autres, avec nos différences et nos particularités.

Nous avons tous déjà vécu cet instant où on ne nous a pas respecté, d’une façon ou d’une autre. Les injustices sont menées à bien dans tous les domaines : famille, école, travail, couple…

Il est nécessaire que l’on réfléchisse un peu plus à ce terme, car comme l’a dit Kant, avec le respect se développe la dignité envers soi et envers ceux qui nous entourent.

arbol-con-cometa-768x501

Le respect commence toujours par soi-même

Le respect commence toujours par soi-même, car plus notre niveau d’estime de nous-même est grand, plus on respecte les autres.

Cela peut sembler évident, on le sait, mais ce n’est pas parce que les choses sont logiques qu’on les pratique toujours, comme c’est le cas ici en l’occurrence.

La capacité de nous respecter de façon intègre et authentique suppose d’être capable de développer les aspects suivants :

  • Avoir une attitude positive envers nous-même en réaffirmant notre valeur personnelle et, de plus, en sachant agir en accord avec nos valeurs et besoins.
  • Se respecter soi-même, c’est savoir que l’on a le droit d’être heureux, de nous défendre face aux injustices, d’avoir des espaces propres et une voix pour nous faire entendre.
  • Il est également nécessaire de sentir que l’on mérite nos réussites en renforçant notre estime de nous-même, et en étant à notre tour responsable de chaque victoire obtenue, de chaque choix fait, voire même de chaque erreur commise.

Si on comprend et qu’on intériorise chacun de ces aspects, on sera conscient à notre tour du fait que quiconque se trouve face à nous mérite tout autant que nous toutes ces choses.

Car quiconque est incapable de se respecter lui/elle-même ne ressentira rien au moment de faire du mal aux autres.

mujer-ante-un-lago-1

Le manque de respect ou l’incapacité de « se mettre à la place de l’autre »

Erich Fromm a traité de façon très complète le thème du respect dans son livre intitulé L’art d’aimer. Pour ce célèbre philosophe, humaniste et psychanalyste, le respect ne peut émaner de la crainte ou de l’imposition.

Si on respecte une personne, on ne doit pas le faire par peur ou par soumission, comme cela peut parfois être le cas dans le cadre d’une relation parents-enfants, voire même au sein de relations de couple.


Le respect ne s’achète ni ne se vend, et il ne s’offre pas non plus : le respect se gagne.


Le respect devrait en fait être une attitude émanant de l’admiration : « je te respecte car j’admire ta façon d’être, car je me sens proche de toi et que je ressens de l’empathie pour ta personne ». Evidemment, nous savons que cela n’est pas toujours le cas, et que souvent, on doit faire face au type de conduites suivant :

  • Il y a ceux qui pensent qu’ils présentent les plus belles valeurs et disposent des meilleurs aptitudes, ce qui les pousse à exiger de la part des autres un respect presque révérenciel ainsi qu’à minimiser les droits des autres.
  • Il y aussi ceux qui ne se respectent pas eux-mêmes, ceux qui manquent d’initiative, d’estime d’eux-mêmes, et qui ont besoin que les autres leur manifestent du respect afin d’avoir du pouvoir et d’alimenter l’ego de leurs propres manques. Ce type de comportements est très destructeur.

Respecter les autres, c’est avant tout les accepter tels qu’ils sont, et ce en étant à notre tour sensible à leurs besoins.

Si une personne manque d’empathie et qu’elle est incapable de se mettre à la place des autres, il lui sera alors impossible de s’adonner à ce rapprochement, cet acte d’humilité et de tolérance.

chica-con-caballo

Faire preuve de respect ne coûte rien et fait beaucoup

Le respect que l’on a envers les autres, c’est la valeur intrinsèque la plus noble que l’on puisse pratiquer au quotidien.

Or, comme nous l’avons signalé antérieurement, nous n’aurons jamais à offrir notre respect par soumission ; tout acte sincère doit procéder de la liberté du coeur lui-même, pas de la peur.

Faire preuve de respect, c’est tolérer des pensées différentes des nôtres, c’est accepter qu’il y ait d’autres façons de comprendre le monde et que toutes sont aussi légitimes les unes que les autres.

Si on ne tolère pas que nos enfants aient leur propre voix et leurs propres initiatives, nous mettrons notre veto à leur développement personnel, et en conséquence, nous agirons avec manque de respect.

A son tour, le compagnon/compagne qui se nourrit des racines de l’égalité, de l’honnêteté et de la complicité des petites choses édifie les relations saines et avant tout heureuses.

Car il y a du respect, car il y a de l’harmonie, celle-là même que nous devons déposer en chaque personne qui entre ou passe par notre vie, ainsi qu’en chaque animal et en la nature en elle-même.


Car le respect, c’est l’essence de la noblesse, ce don qui devrait toujours définir l’être humain…


madre-con-hija

A découvrir aussi