Le narcissisme malin selon Erich Fromm

10 août 2019
Pour Erich Fromm, la quintessence de la méchanceté humaine se trouvait chez le narcissique. Ce sont des personnes hautaines, manquant d'empathie et qui sont obsédées par le fait d'obtenir la loyauté de leur entourage et qui aiment faire du mal aux autres.

Le narcissisme malin a été défini par Erich Fromm en 1964. Il décrit cela comme cette condition dans le cadre de laquelle une personne est caractérisée par un comportement grandiloquent, antisocial et hostile. Son principal trait consiste à déshumaniser tous les lieux dans lesquels il se trouve -familial ou professionnel. Le manque d’empathie et son machiavélisme pourraient entraîner sans aucun doute de gros dégâts.

Aujourd’hui, lorsque nous parlons de la personnalité narcissique, la plupart des personnes pensent à la même image. Celle du personnage superficiel se prenant en selfie voire de cette amie qui passe avant les autres en les laissant de côté. Néanmoins, ces comportements vont bien au-delà. Nous sommes souvent en présence d’un trouble qui peut être divisé en plusieurs sous-catégories. 

Erich Fromm indique que, selon lui, c’est « la quintessence du mal ». En tant que témoin des évènements de la Seconde Guerre mondiale, ce psychanalyste, psychologue social et philosophe humaniste d’origine juive allemande a voulu jeter les bases de ce qui pourrait être la pire pathologie. En effet, on peut être amené à commettre des actes violents.

Il convient d’indiquer qu’aujourd’hui, la neuroscience et la psychologie nous offrent de nombreuses variables pour comprendre ou expliquer la méchanceté. Cependant, Fromm a été le pionnier, du fait de sa volonté d’affirmer que le narcissisme est à l’origine de nombreux comportements préjudiciables pour l’humanité. D’un point de vue clinique, il s’avère très intéressant de découvrir cette théorie.

Une femme en train de réfléchir

Caractéristiques du narcissisme malin

Une étude menée par l’université de Michigan aux États-Unis par le docteur Goldner-Yukov, le narcissisme malin est une condition grave. Néanmoins, cela a été oublié de la recherche en psychiatrie pendant des décennies après qu’Erich Fromm l’ait découvert.

Cette étude de 2010 indique qu’il s’agit d’un trouble de la personnalité avec des conséquences dévastatrices, aussi bien au niveau familial qu’au niveau de la société en soi. 

Certes, depuis quelques années, nous entendons de plus en plus ce terme. En effet, selon les experts, certains comportements que l’on constate sur la scène politique pourraient être attribués au narcissisme malin.

Par exemple, John Gartner, un psychothérapeute de l’hôpital Johns Hopkins de Baltimore -connu pour ses biographies de personnalités politisues- a indiqué quelque chose d’intéressant. Selon lui, Donald Trump présenterait ce trouble. En outre, il faut souligner que cette maladie est incurable. Elle est irréversible.

Voyons donc comment se caractérise cette condition.

Narcissisme extrême et comportement antisocial

Le trouble de personnalité narcissique fait partie des troubles de la personnalité du groupe B dans le DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). Nous savons -du point de vue de la psychologie et la pyschiatre- qu’aucun profil de personnalité ou trouble n’entre parfaitement dans une catégorie.

En règle générale, des traits d’autres conditions apparaissent également. Ainsi, le narcissisme malin peut être une combinaison entre la forme de narcissisme la plus grave et ce comportement antisocial si courant chez le psychopathe. Les traits les plus courants sont les suivants :

  • Grandeur marquée
  • Manque d’empathie
  • Manque de remords
  • Impulsivité
  • Mépris des droits des autres
  • Tendance à tromper les gens et comportement destructeur
Un homme est assis dans son fauteuil

Le narcissisme malin n’a pas besoin de renforts ou d’attention externe

Une caractéristique habituelle du narcissisme est le besoin d’être toujours au centre de toutes les attentions. Sa faible estime de soi exige des renforts externes, une validation et l’admiration des autres. Néanmoins, il n’en est pas de même dans le cas du narcissisme malin. Les personnes présentant ce type de personnalité sont certaines de leur supériorité et de leur grandeur. Il n’existe aucun doute à ce sujet et ce type de personnes narcissiques cherchent uniquement à bien s’entourer partout où elles se trouvent.

Pensée paranoïaque et sadisme

Le psychiatre Otto Kernberg, psychanalyste américain d’origine autrichienne, s’est également penché sur le narcissisme malin. Selon ce dernier, ce profil se définit par les caractéristiques suivantes :

  • Pensée paranoïaque : ils ont souvent tendance à penser que des personnes sont contre eux. Leur pensée dichotomique divise le monde entre ceux qui les soutiennent et ceux qui ne le font pas. Ils se méfient ainsi de toute personne différente, qui va à leur encontre, qui ne se plie pas à leur vision rigide de la réalité
  • Sadisme : ce profil n’hésite pas à se servir de la cruauté, du mépris, de la critique cinglante, de la manipulation et de l’humiliation. Cependant, le plus marquant dans cela n’est pas seulement leur comportement mais le fait qu’ils éprouvent un certain plaisir à réaliser ces actes

Les narcissiques malins n’ont besoin que des bonnes circonstances pour devenir des tyrans

La question que nous pouvons nous poser est évidente : les narcissiques malins sont-ils vraiment dangereux ? La réponse est un oui retentissant. Avoir un parent, un partenaire, un directeur voire un collègue de travail avec ce profil crée de sérieux problèmes.

Par exemple, un groupe de psychologues et de psychiatres américains ont récemment douté à nouveau de la stabilité mentale du président des États-Unis. Le terme « narcissisme malin » a été remis sur la table, pour réfléchir au danger que cela pourrait supposer. Certes, pour beaucoup, Trump n’est pour le moment que le cyberharceleur le plus prolifique de l’histoire. Ses tweets en sont la preuve.

Néanmoins, les experts indiquent que le narcissisme malin n’a besoin que de circonstances déterminées pour qu’émerge le vrai tyran. Nous pouvons ainsi citer l’exemple de Kim Jong-Un en Corée du Nord. Par conséquent, gardons à l’esprit cette condition psychologique et donnons-lui la même importance qu’Erich Fromm à l’époque.

 

  • Goldner-Vukov, M., & Moore, L. J. (2010). Malignant Narcissism: from fairy tales to harsh reality. Psychiatria Danubina22(3), 392–405. Retrieved from http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20856182