Le moralisme, une forme de violence

29 janvier 2019
Le moralisme est une forme de violence psychologique, dans la mesure où celui qui l'utilise cherche à imposer un discours de valeurs par l'approbation et la réprobation. Il est basé sur la génération de sentiments de culpabilité chez les autres et non sur la construction de convictions éthiques.

Le moralisme est une forme de violence psychologique qui passe souvent inaperçue. Imposer des valeurs ou des principes, lorsqu’ils sont partagés, est dans bien des cas une action louée. Ainsi, des attitudes agressives et humiliantes peuvent parfois être admirées et défendues.

Ceux qui prêchent une certaine forme de moralisme utilisent bien souvent le même argument pour justifier leurs actes : ils le font pour le bien du monde entier. Ils veulent que les autres se conforment à certaines valeurs, même si les moyens qu’ils utilisent sont répréhensibles. Si les cibles de l’agression n’obéissent pas, elles sont souvent critiquées, méprisées, dénoncées publiquement et persécutées.

En général, le cycle du moralisme commence par des attitudes paternalistes. Des gens qui vendent des conseils avec peu d’informations, sans que personne ne leur demande quoi que ce soit. Ils évaluent l’autre, comme s’ils disposaient d’un rôle qui leur permettrait de faire prévaloir leur jugement. Le plus déconcertant, c’est que ce type d’attitude est très typique de ceux qui ne sont pas exactement un modèle de comportement. Cependant, ils occupent souvent un poste ou ont une position sociale qui confirme pour eux l’idée qu’ils sont meilleurs que les autres.

« Celui qui porte sa moralité comme son plus beau vêtement ferait mieux d’aller nu. Le soleil et le vent ne feront pas d’accroc dans sa peau. »

-Khalil Gibran-

Moralisme et soumission

La principale caractéristique du moralisme est que celui qui l’exerce cherche à imposer des modèles de conduite aux autres. Le mot clé de la dynamique que nous décrivons est précisément celui-là : imposer. La personne cherche à faire adopter son discours axiologique, ou discours de valeurs, par les autres, pour une raison simple et incontestable : c’est le seul qui doit être adopté.

Celui qui exerce ce type d’attitude croit qu’il est le porteur d’une sorte de supériorité morale. Parce qu’il est père ou mère, ou parce qu’il est patron, psychologue, prêtre, ou simplement parce qu’il a plus de capacités verbales que les autres. On pense parfois que le fait d’occuper de tels postes confère un permis pour influencer la conduite des autres. Mais le monde ne fonctionne pas ainsi.

La morale et l’éthique, lorsqu’elles sont authentiques, doivent être soutenues par la réflexion et la conviction. Elles ne sont pas adoptées sous la pression ou pratiquées par peur ou par coercition. Il est vrai que les enfants ont besoin des conseils de leurs parents pour s’intégrer de manière constructive dans la société et la culture. Cependant, il y a une grande différence entre éduquer et moraliser. Le premier vise à créer la conscience ; le second vise à contrôler.

moralisme et culpabilisation

La violence associée à la moralisation

Le moralisme engendre une forme de violence psychologique. En principe, parce qu’il prétend que l’autre est moralement inférieur. Qui peut dire qu’un être humain est moralement supérieur à un autre ? Existe-t-il une certitude que l’un est plus cohérent sur le plan éthique que l’autre ? Les motivations et les intentions qui régissent son comportement sont-elles complètement claires ?

Bien des chefs religieux supposément vertueux ont en réalité un double visage. Quant aux politiciens, ce n’est même pas la peine d’en parler. Il en va de même pour les parents, les enseignants, etc. Même si leurs valeurs étaient parfaitement cohérentes avec ce qu’ils prêchent, leur premier signe d’élévation morale serait leur capacité de respecter l’individualité et l’intégrité de l’autre.

D’autre part, il faut veiller à ce que ce type de comportement ne reste pas seulement dans un discours et dans une attitude prosélyte. Ils s’accompagnent généralement de gestes d’approbation ou de désapprobation. Cela entre déjà dans le champ de la manipulation, qui s’attaque aussi à l’autre.

moralisme et culpabilité

Autres caractéristiques

Le moralisme s’accompagne souvent d’autres comportements qui ont trait au contrôle et au manque de respect. Par exemple, il est habituel pour les moralisateurs de se sentir en droit d’interroger ou d’interroger l’autre. « Où allez-vous ? Qu’allez-vous faire ? Pourquoi avez-vous fait ceci ou cela ? Qu’est-ce que vous me cachez ? ».

Il est également courant qu’ils s’expriment sur un ton impératif. « Faites cela. » Ils ont l’intention de commander, parce que c’est une façon de construire et d’affirmer leur prétendue supériorité. De la même manière, ils se donnent généralement le droit d’interpréter les actions de l’autre : « Vous l’avez fait simplement parce que c’était plus confortable pour vous« , et ainsi de suite.

Le plus grave, c’est qu’ils se moquent aussi de ceux qui ne pensent pas ou ne se comportent pas comme eux, qu’ils rabaissent et tentent de réprimander ceux qui ne pensent pas ou ne se comportent pas comme eux. Leur but est de provoquer des sentiments de honte et de culpabilité. Pas tant parce qu’ils se préoccupent vraiment de la morale des autres, mais parce qu’ils veulent que leur parole devienne loi et qu’ils deviennent juges. Cependant, la vraie moralité n’a rien à voir avec cela.