Le méthylphénidate : un médicament stimulant

24 mai, 2020
Le méthylphénidate est un stimulant du système nerveux central. C'est le médicament le plus prescrit dans le traitement du trouble de déficit de l'attention associé ou non à l'hyperactivité (TDAH).

Le méthylphénidate est un médicament qui est un puissant psycho-stimulant. Il active le niveau de monitorage du système nerveux central. Il constitue actuellement le traitement le plus largement utilisé et le plus efficace pour les symptômes de troubles tels que le TDAH et la narcolepsie.

Le méthylphénidate est un psychotrope léger qui stimule le système nerveux central. Il agit principalement sur l’activité psychique, mentale et comportementale, et à moindre mesure sur l’activité motrice.

Il a été approuvé dans les années 1980. Depuis lors, il est devenu l’un des médicaments les plus étudiés et les plus prescrits, tant chez les enfants que chez les adultes. On le commercialise également sous les noms de Ritaline ou Concerta.

Selon sa structure, c’est un dérivé de la pipéridine. En outre, il s’apparente à l’amphétamine. Les formulations disponibles sont souvent un mélange racémique de deux isomères :

  • d -dextro-, responsable de l’effet thérapeutique
  • l -levo-, qui implique l’apparition d’effets secondaires cardiovasculaires et anorexiques

À quoi sert-il ?

La prescription de méthylphénidate est commune dans le traitement du TDAH. Cependant, elle se fait généralement dans le cadre d’une prise en charge complète. On l’utilise chez les enfants à partir de 6 ans, ainsi que chez les adolescents ou les adultes. Néanmoins, il n’est prescrit que lorsque d’autres mesures se sont révélées inefficaces ou insuffisantes.

Avant de commencer le traitement, il est important de faire un bon diagnostic de la pathologie. Cela se fait en suivant les critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) ainsi que les recommandations de pratique clinique.

Un comprimé de méthylphénidate

 

Le méthylphénidate a parfois été utilisé à mauvais escient pour améliorer les performances intellectuelles. On l’utilise pour sa capacité de stimulation qui permet d’augmenter la concentration, la mémoire ou la motivation. Cependant, il faut aussi prendre en compte les effets secondaires et les risques de son utilisation.

L’abus de ce type de médicaments entraîne de graves dépendances. En outre, on peut observer une augmentation de la fréquence des effets secondaires graves. Il ne faut pas utiliser ce médicament sans une prescription claire d’un professionnel qualifié. Ni sans un suivi médical.

Le méthylphénidate est également utilisé actuellement dans le traitement de la narcolepsie. Il s’agit d’un trouble du sommeil qui provoque une somnolence diurne excessive et des crises de sommeil soudaines.

Le TDAH

Le Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) est l’un des troubles psychiatriques de l’enfance les plus fréquemment diagnostiqués et traités aujourd’hui. Il y a un débat ouvert sur son existence en tant qu’entité clinique. Ses principales caractéristiques sont les suivantes :

  • Il s’agit d’un schéma de déficit d’attention, d’hyperactivité et/ou d’impulsivité
  • Il apparaît généralement à un âge précoce, avant l’âge de 12 ans
  • Ce trouble détériore ou interfère de manière significative avec les performances de la personne. Cela est le cas à l’école, au travail, dans la famille mais aussi dans la vie sociale
  • L’enfant montre une intensité et une fréquence supérieures à la normale
  • Le TDAH n’est pas causé par d’autres problèmes médicaux, toxiques ou psychiatriques

Toutefois, il ne s’agit pas exclusivement d’un trouble pédiatrique. Il se manifeste également chez les adultes, et ce de plus en plus souvent. Le TDAH pourrait toucher jusqu’à 10% de la population générale.

Le traitement du TDAH implique une prise en charge globale de mesures psychologiques, éducatives et sociales. Parfois, il faut compléter cette prise en charge par une pharmacothérapie.

Dans le cadre du traitement pharmacologique de ce trouble, le méthylphénidate est le médicament le plus fréquemment prescrit. En fait, certaines études affirment que 70 % des patients répondent de manière adéquate au traitement.

Mécanisme d’action du médicament: le méthylphénidate

Le mécanisme d’action du méthylphénidate n’est pas très clair. On pense qu’il amplifie la neurotransmission en agissant sur deux points principaux :

  • Il bloquerait le recaptage de la noradrénaline et de la dopamine dans le neurone présynaptique en inhibant les transporteurs
  • Ce médicament augmenterait aussi la quantité de monoamines disponibles dans l’espace synaptique

Contrairement aux amphétamines, il n’augmente pas la libération de ces monoamines. Il ne fait que bloquer leur recapture. Ce mécanisme est similaire à celui de la cocaïne.

En conséquence, le niveau d’alerte du SNC augmente et on obtient ainsi les effets souhaités. On constate donc une amélioration de l’attention soutenue et un accroissement de la vigilance. Il facilite également la concentration et diminue les impulsions motrices.

Le méthylphénidate est souvent prescrit aux enfants souffrant de TDAH

 

Les effets secondaires du médicament : le méthylphénidate

Les réactions indésirables les plus courantes dans le traitement au méthylphénidate sont :

  • L’insomnie
  • La nervosité
  • Des maux de tête

Les autres effets indésirables qui peuvent également se produire sont, par exemple :

  • L’anorexie
  • Une diminution de l’appétit
  • La perte de poids
  • Une faiblesse émotionnelle
  • L’apparition d’un comportement parfois anormal
  • Des vertiges
  • Une tachycardie
  • De l’hypertension
  • Des douleurs abdominales
  • Certains malaises gastriques
  • Des démangeaisons et de l’urticaire

Dans un premier temps, on recommande de commencer le traitement par de faibles doses. Par la suite, on peut augmenter la dose en fonction de l’efficacité du médicament. Toutefois, on peut aussi la modifier en fonction de la tolérance de chaque patient et de l’apparition ou non d’effets secondaires.

Il est important que le traitement soit contrôlé et adapté aux circonstances de chaque patient. En effet, cela est indispensable car parfois la durée du traitement est longue. Souvent, il est maintenu jusqu’à l’adolescence et même jusqu’à l’âge adulte.

Finalement, pendant le traitement au méthylphénidate, il est également important de signaler toute réaction indésirable au médecin. Cela permet d’actualiser le rapport bénéfice/risque de l’intervention pharmacologique. En outre, on peut faire une prévision de son efficacité sur le long terme.

 

  • Papaseit, E., García-Algar, O., Simó, S., Pichini, S., & Farré, M. (2013, February). Metilfenidato en el tratamiento del trastorno de déficit de atención con hiperactividad en pediatría: monitorización en matrices biológicas. In Anales de Pediatría (Vol. 78, No. 2, pp. 123-e1). Elsevier Doyma.
  • Fernández-Jaén, A., & Fernández-Mayoralas, D. M. (2010). Medicamentos estimulantes en el tratamiento del trastorno por déficit de atención/hiperactividad. Terapéutica Journal, 69-72.
  • Agencia Española de Medicamentos y Productos sanitarios (2017). Ficha técnica. Concerta. [Online] Disponible en: https://cima.aemps.es/cima/dochtml/ft/65148/FT_65148.html