Le lavage de cerveau existe-t-il ou n’est-ce qu’un mythe ?

21 juillet 2019
Le lavage de cerveau est une stratégie employée pour manipuler l'esprit des autres. Il emploie des techniques spécifiques appliquées systématiquement. Ces dernières furent appliquées pour la première fois lors de la Révolution culturelle de Chine, puis copiées ensuite par toutes les figures puissantes du monde.

Dans notre société, on dit souvent familièrement que les personnes engagées dans la religion ou dans une secte en particulier ont été victimes d’un lavage de cerveau. Lorsque ce dernier a lieu, il agit sur les individus en les transformant en d’autres personnes.

Ils ne pensent plus, n’agissent plus et ne ressentent plus comme ils le faisaient auparavant. On dit alors, familièrement, qu’ils ont été victimes d’un lavage de cerveau. De manière plus littérale, le phénomène existe réellement, il suit d’ailleurs des protocoles très définis.

On parle du lavage de cerveau depuis les années 50. Mais les tentatives visant à manipuler l’esprit humain remontent à bien avant dans l’histoire. Cependant, ce n’est qu’en 1950 que la méthode de « déprogrammation » de l’esprit des individus a été systématisée de manière continue et efficace.

L’expression « lavage de cerveau » fut prononcée pour la première fois par le journaliste (et agent de la CIA) Edward Hunter en 1950. Le concept fut ensuite le sujet de grands romans tels que 1984 ou de films tels que l’Oeuf du serpent. Nombreux en finirent par penser que le lavage de cerveau est quelque chose d’abstrait. Mais en réalité, ce n’est pas le cas.

lavage de cerveau

Histoire du lavage de cerveau

Au cours de la guerre de Corée, les américains se sont montrés surpris par le comportement des soldats qui revenaient après avoir été retenus prisonniers. Leurs idées et leur attitude étaient étranges. Certains défendaient désormais le régime communiste alors qu’ils avaient auparavant lutté contre celui-ci. D’autres décidaient même de ne pas rentrer et de changer de camp.

Edward Hunter accorda son temps à l’étude de ce phénomène. Il découvrit que les chinois avaient développé une série de mécanismes afin de reprogrammer l’esprit de leur peuple. C’est une partie de la célèbre « Révolution culturelle« . Les chinois transmirent ces mécanismes aux coréens qui les appliquèrent sur les prisonniers de guerre.

Ainsi, on découvrit que le lavage de cerveau se différencie de la torture bien que certaines phases du lavage de cerveau peuvent s’apparenter à de la torture. La grande différence est que sous la torture, on cherche à atteindre un objectif spécifique : une confession ou la délation par exemple. Dans l’autre cas, on prétend restructurer l’esprit d’un individu dans sa totalité.

Comment laver le cerveau de quelqu’un ?

On a découvert qu’il existe 4 mécanismes permettant de modifier les croyances d’un individu ainsi que ses attitudes vis-à-vis du monde. Ces mécanismes sont la persuasion rationnelle, la suggestion, la torture et le lavage de cerveau.

Il n’existe une « relation entre égaux » que dans la phase de suggestion. Dans les autres phases, il est nécessaire de se soumettre à l’autre. Pour effectuer avec succès un lavage de cerveau, on emploie les mécanismes suivants :

  • Contrôle total de la communication d’un individu avec le monde externe
  • Instauration de punitions physiques ou psychologiques en réponse à la désobéissance. Des règles de conduites sont imposées. Lorsqu’elles ne sont pas respectées, on a recours à une quelconque forme de torture
  • Incitation à la confession. On empêche l’individu d’avoir une vie privée
  • Utilisation du système de récompense pour convaincre d’obéir. On fait croire aux individus qu’en obéissant, ils se protègent des plus grand maux
  • Propagation de dogmes. La propagande est utilisée pour transmettre des idées d’apparence totalement rationnelle. Ce sont des directives très précises
  • Simplification de l’activité intellectuelle afin d’empêcher l’abstraction et la pensée critique
  • Concentration maximale portée à l’autre. On a le droit de contrôler la vie et le destin de l’autre « pour son bien »

Ces mécanismes manipulent les besoins humains de sécurité, d’appartenance et de protection. La perte de liberté en faveur de l’autre finit par être interprétée comme un mal nécessaire. Elle est nécessaire pour gagner en stabilité et en tranquillité.

lavage de cerveau

Le rôle de la contrainte

Aucun lavage de cerveau n’est possible sans avoir recours à la contrainte. Naturellement, l’être humain résiste à la perte de son autonomie et de l’identité qu’il s’est construite. Pour cette raison, l’usage d’une pression extrême est nécessaire pour initier les changements de comportement chez quelqu’un.

Pour stopper la résistance d’un individu, il faut introduire en lui des émotions très fortes. Il est également nécessaire d’augmenter de manière notable le niveau de stress de l’individu. Une personne très émotive et stressée deviendra perméable à la pression exercée par ceux qui réalisent le lavage de cerveau.

Malheureusement, les pouvoirs sont de nos jours si sophistiqués qu’ils finissent par modeler l’esprit de manière quasiment imperceptible. De nombreux individus se soumettent volontairement à ces pouvoirs sans faire preuve d’aucune forme de résistance.

La consommation est un bon exemple de lavage de cerveau. La dépendance aux réseaux sociaux est également un exemple d’actualité. Si vous y réfléchissez, les mécanismes du lavage de cerveau sont employés dans ces deux tendances. Ils sont si efficaces que les individus ne se rendent pas compte qu’ils sont soumis. Au contraire, ils croient que le fait de partager leur vie privée en ligne est une preuve de libre arbitre.

 

  • Rodríguez Carballeira, A. (1992). El lavado de cerebro. Psicología de la persuasión coercitiva. Barcelona: Editorial Boixareu Universitaria.