Le deuil périnatal : phases et protocole d’accompagnement

11 juillet 2019
Il existe une grande désinformation autour du processus du deuil périnatal. Il existe néanmoins des hôpitaux où les parents peuvent recevoir de l'aide. Découvrez-en plus dans cet article.

Affronter la perte d’un être cher est toujours compliqué. Que se passe-t-il néanmoins lorsque cette perte a lieu pendant le processus de la grossesse ? Nous nous intéressons dans cet article au deuil périnatal. Il nous semble important de traiter un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre mais autour duquel il existe une grande désinformation.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), dans la dixième révision de la Classification internationale des maladies (CIE-10) ,définit la perte pendant la grossesse selon les critères suivants :

  • Mort fœtale précoce : cela fait référence aux fœtus de moins de 22 semaines de grossesse et/ou qui pèsent moins de 500 grammes. On parle aussi de « fausse couche« 
  • Mort fœtale intermédiaire : elle comprend les fœtus entre 22 et 28 semaines de grossesse et/ou un poids compris entre 500 et 999 grammes
  • Mort fœtale tardive : elle inclut des morts fœtales à partir de 1 000 grammes et/ou les fœtus âgés de plus de 28 semaines complètes de grossesse
femme vivant un deuil périnatal

Des auteurs, comme Lopez (2011) étendent le concept du deuil. Celui-ci inclut :

  • Les cas d’avortement (volontaire ou involontaire)
  • L’interruption volontaire de grossesse pour des problèmes liés au fœtus ou la santé de la mère mise en danger
  • La réduction sélective dans le cas des grossesses multiples
  • La mort intrautérine ou pendant l’accouchement
  • La perte dans le cas des grossesses multiples et du nouveau-né

La perte pendant l’accouchement n’a pas toujours eu la même importance. Aujourd’hui, grâce à une meilleure information et plus de sensibilité sur le sujet, on est désormais à même d’aider les parents pendant le processus de deuil.

Protocole face à la perte et au deuil périnatal

Les recommandations du protocole consistent à offrir des soins qui reflètent le désir naturel des parents de voir et d’étreindre leur enfant après la naissanceLe protocole fournit également les outils appropriés pour les professionnels impliqués dans la prise en charge du processus.

On peut distinguer différentes étapes :

Après avoir annoncé la nouvelle

  • Établir une relation avec les parents fondée sur la sensibilité
  • Comprendre l’impact de la nouvelle pour les parents
  • S’assurer que les parents soient accompagnés tout au long du processus
  • Fournir des informations claires sur les différentes options qu’ils ont. En effet, lorsqu’on découvre que le bébé n’a pas de pouls, il existe deux possibilités :
    • Rester dans l’expectative : cela consiste à attendre que le corps provoque lui-même l’élimination des restes. Ce processus est très semblable à l’accouchement
    • Procéder au curetage : cette option est nécessaire lorsque la mère n’accouche pas de manière spontanée

Pendant l’accouchement et la naissance

Si les parents n’ont exprimé aucun inquiétude sur le contact avec leur enfant, on peut adopter l’attitude la plus naturelle et respectueuse possible comme on le ferait avec tout parent que voudrait voir le nouveau-né.

Après la naissance

  • Orienter les parents avec tact et de manière individualisée pendant qu’ils font connaissance avec leur enfant
  • Normaliser le contact professionnel avec l’enfant décédé pour montrer aux parents le chemin à suivre
  • Offrir la possibilité de garder un souvenir du bébé
  • Respecter et soutenir totalement les désirs des parents qui ne souhaitent pas voir ou passer du temps avec leur enfant. Respecter leur décision que l’accompagnement soit réalisé par quelqu’un d’autre
homme vivant un deuil périnatal

Affrontement et phrases du deuil périnatal

Face à la perte d’un être aimé, et davantage dans ce cas, il faut respecter la liberté et les décisions des parents. Il faut comprendre, écouter et faire en sorte qu’ils maintiennent le plus de contrôle possible sur le déroulement des évènements.

Les phases que traversent les parents dans ce type de cas sont (López, 2011; cité par Vicente, 2014) :

  • Ils expérimentent d’abord un choc et une insensibilité, une confusion et une difficulté fonctionnelle. Tout cela s’accompagne de sentiments de regret
  • Arrivent ensuite la désorientation et la désorganisation de la vie quotidienne. Cela va de pair avec la sensation de vide et de détresse
  • Enfin, les parents parviennent à réorganiser leur vie et à retrouver la capacité de profiter, mais sans oublier

Pour faire face ou surmonter la mort du bébé, il existe plusieurs recours et mesures pour soutenir les parents (Vicente, 2014) :

Dans le secteur de la santé

  • Dérivation et information sur les ressources lors de la sortie de l’hôpital : offrir aux couples et aux membres de la famille des informations sur les ressources bibliographiques, les ressources en ligne, les associations, les groupes d’aide, etc
  • Faciliter l’expression des émotions sans aucun jugement
  • Offrir un soutien pendant le processus de l’hospitalisation, en utilisant l’écoute comme un outil thérapeutique. Informer et orienter pour faciliter la prise de décisions de manière autonome de la part des parents
  • Former le personnel de soins à certaines compétences et lui fournir des outils et des techniques qui amélioreront la prise en charge de la perte et du deuil périnatal dans les premiers moments

Hors du secteur de la santé

  • Création et développement de campagnes d’information et de sensibilisation sociale
  • Création et dynamisation de groupes d’aide mutuelle destinés aux parents, aux frères et sœurs, aux grands-parents, etc
  • Soutien et accompagnement dans le processus du deuil
  • Orientation pour les démarches administratives
  • Orientation et thérapie du deuil au niveau du couple, de la famille ou de manière individuelle

En définitive, il est nécessaire de former les professionnels afin qu’ils puissent prendre en charge, accompagner et soutenir à la fois les parents et l’entourage familial, sans oublier que ce sont les parents qui doivent fixer le rythme du processus.

 

  • Asociación Umamanita (2009): Guía para la atención a la muerte perinatal y neonatal. (en linea) https://www.umamanita.es/wp-content/uploads/2015/06/Guia-Atencion-Muerte-Perinatal-y-Neonatal.pdf
  • García, M. C., Soto, B. R., & Ingelmo, A. O. (2016). PROTOCOLO-GUIA MUERTE FETAL Y PERINATAL.
  • González Castroagudín, S., Suárez López, I., Polanco Teijo, F., Ledo Marra, M., & Rodríguez Vidal, E. (2013). Papel de la matrona en el manejo del duelo perinatal y neonatal. Cad Aten Primaria19(1), 113-117.
  • Oviedo-Soto, S., Urdaneta-Carruyo, E., Parra-Falcón, F. M., & Marquina-Volcanes, M. (2009). Duelo materno por muerte perinatal. Revista Mexicana de Pediatría76(5), 215-219.
  • Paneque, M. D. C. M. (2012). Duelo perinatal: atención psicológica en los primeros momentos. Hygia de enfermería: revista científica del colegio, (79), 52-55.
  • Vicente, N. (2014). Duelo perinatal. El duelo olvidado. Recuperado de https://gredos.usal.es/jspui/handle/10366/128540?fbclid=IwAR1tcqob0J973xlFTzwY3ZYs_c1qwJLNITa7MbyqOY4ghZp4W5-4gnHHQ3E