Le côté obscur du pouvoir

05 juillet, 2020
Lorsque le pouvoir consomme le côté le plus humain d'une personne, il révèle le pire de sa nature, et cause inévitablement des dommages aux autres.

Si l’histoire nous a appris une chose, c’est que le pouvoir est attractif, captivant et forcément corrosif. Les pays que l’on qualifie de “civilisés” ne considèrent pas la validité d’un système de gouvernement autocratique. Ils parient plutôt sur la séparation du pouvoir pour éviter les conséquences négatives découlant du pouvoir placé entre les mains d’une seule personne.

L’une des tâches les plus difficiles pour une figure d’éducation et d’autorité, qu’il soit père, mère, tuteur ou professionnel, est d’enseigner la différence entre hiérarchie, leadership et autorité. C’est difficile car même l’adulte, dans son travail éducatif, joue parfois dangereusement avec les limites de la dictature. En effet, si nous devions nommer le système qui régit notre propre maison, nous ne parlerions peut-être pas de démocratie.

La famille au pouvoir

Imaginez un noyau familial formé par un père qui travaille, une mère en charge des tâches ménagères, un fils de 12 ans et une fille de 7 ans. À première vue, l’organigramme serait simple. Les parents en haut de l’échelle, suivis de leurs enfants, les plus âgés ayant plus de droits et de responsabilités.

La première difficulté que nous rencontrons est la répartition de la puissance au sein de la famille. D’une manière générale, alors qu’une partie est responsable de l’approvisionnement financier de la famille, l’autre est responsable de la gestion de la logistique et des soins aux enfants et au foyer. Les deux se complètent en effectuant des tâches différentes.

Tout semble bien se passer jusqu’à ce que l’une des parties analyse sa contribution et quantifie l’importance du travail de chaque partie. A partir de là, de petites fissures dans l’équité du pouvoir commencent à apparaître.

Si l’une des parties considère que sa contribution est plus importante, basée par exemple sur l’investissement de temps et d’efforts ou sur les besoins familiaux que couvre économiquement son travail, une idée de déséquilibre sera générée et poussera cette personne à se dire qu’elle contribue plus que l’autre et qu’elle a donc le droit d’exiger plus de pouvoir au sein de la famille.

C’est le cas habituel du père ouvrier qui se sert du pouvoir économique pour créer une dictature familiale, laissant l’épouse à un niveau inférieur et à la merci des décisions du “chef de famille”.

Dans le cas des frères et sœurs, souvent, des écarts se produisent. Alors qu’un enfant pense que, parce qu’il est plus âgé, il a le pouvoir de commander l’autre, ce dernier pense que cela ne dépend que de ses parents. Une telle opposition donne ainsi lieu à des affrontements.

Les effets du pouvoir entre frères et soeurs

Expérimenter avec le pouvoir

En 1971, une expérience a été menée à l’Université de Stanford. Elle a marqué une étape importante dans l’étude des relations personnelles basées sur le pouvoir.

L’expérience consistait à démontrer la rapidité avec laquelle les personnes incarcérées assument le rôle de prisonnier. En laissant de côté leur dignité et leur propre identité.

Pour cela, une prison provisoire a été créée dans les sous-sols de l’université où 12 étudiants ont joué le rôle de prisonniers et 12 autres le rôle de geôliers.

C’est la réponse des étudiants qui ont incarné les geôliers qui a retenu plus tard l’attention des chercheurs à l’origine de l’étude. En effet, ils n’ont pas mis longtemps à se mettre dans la peau de leur personnage, non plus de tuteurs, mais de harceleurs, d’intimidateurs, de punisseurs et de tortionnaires.

Le deuxième jour de l’expérience, le traitement des criminels présumés a provoqué une émeute. Elle a été apaisée d’une main ferme par les étudiants qui ont jouaient le rôle de geôliers. Ce qui est le plus surprenant, c’est qu’ils n’avaient reçu aucune instruction sur la façon d’emprisonner et de punir. Ils ont seulement fait ce qu’ils pensaient devoir faire.

L’expérience de la prison de Stanford a été suspendue au sixième jour par son créateur, le psychologue Philip Zimbardo. Sous la pression d’un observateur extérieur à l’étude, qui l’a mis en garde contre la violation des valeurs morales et éthiques les plus fondamentales. Ce n’était pas la première fois qu’une expérience faisait ressortir le pire de la nature humaine.

Les conséquences du pouvoir dans le cadre de l'expérience de Stanford

En 1963, le psychologue Stanley Milgram a exécuté à l’Université de Yale ce qui est connu comme étant l’expérience Milgram. Il cherchait à mesurer le pouvoir que l’autorité exerce sur un individu. Dans ce cas, l’expérience a contraint le sujet étudié à appliquer progressivement des chocs électriques de plus en plus intenses sur un autre individu.

Encore une fois, les résultats ont été surprenants, puisque 62% ont appliqué la puissance de décharge maximale. Et seuls quelques-uns, comme dans l’expérience de Stanford, ont réussi à mettre leurs propres valeurs humaines avant les commandes reçues.

Deux exemples du pouvoir dans le septième art

Dans le film La Jeune Fille et la Mort (Roman Polanski, 1994), un homme avoue, du haut d’une falaise, avoir violé plusieurs femmes alors qu’elles étaient prisonnières sous un régime dictatorial :

“Au début, je tenais bon. C’était difficile, j’ai combattu. Personne n’a combattu comme moi. J’étais le dernier à tomber… le dernier à le savourer… Les autres m’ont encouragé, allez docteur, vous ne refuserez pas la viande fraîche gratuite ! Je ne pouvais plus penser clairement. Et à l’intérieur… j’avais l’impression de commencer à aimer ça.”

Dans cette scène terrible, le personnage de Ben Kingsley avoue que le pouvoir le consumait. Dévorant son côté plus humain et l’emmenant là où il ne pensait pas qu’il irait.

 

De plus, dans le film Murder in 8mm (Joel Schumacher, 1999), un chercheur est engagé pour rechercher l’origine d’un film à priser. Et expliquer pourquoi il était dans le coffre-fort d’un vieil homme récemment décédé. Dans une scène, le protagoniste (Nicolas Cage) demande à l’un des responsables du film :

Q : J’essaie de le comprendre ! Pourquoi voulait-il un film à priser ?

R : Parce qu’il le pouvait. Il l’a fait parce qu’il le pouvait. Quelle autre raison recherchiez-vous ?

Tout cela pourrait soulever des doutes sur l’origine de la nature humaine. Respectons-nous la loi par crainte de répercussions juridiques ? Acceptons-nous les normes sociales précisément pour faire partie de la société ? Respecterions-nous nos valeurs éthiques si nous avions un pouvoir total sur ceux qui nous entourent ?

Les expériences nous révèlent encore et encore que le pouvoir nous conduit, inexorablement, vers le côté le plus sombre de l’être humain.