Le cerveau des enfants surdoués

· 18 juin 2018

Le cerveau des enfants surdoués ou dotés de hautes capacités a ses avantages, mais également ses limites. Ces enfants traitent très rapidement l’information, ont une grande capacité analytique et un sens critique sophistiqué. Cependant, ils ne parviennent pas toujours à tirer profit de leur potentiel et ne développement pas un esprit fort capable de gérer efficacement leurs compétences et leurs univers émotionnels.

Ce qui à première vue pourrait être considéré comme une bénédiction ne l’est pour beaucoup pas vraiment. Tout enfant surdoué ou doté de grandes capacités aura les difficultés d’un enfant de son âge mais en plus, celles qui dérivent de son quotient intellectuel élevé.

Le cerveau des enfants surdoués ou dotés de grandes capacités se développe d’une manière différente de celle du cerveau d’enfants possédant un niveau intellectuel moyen ou normal.

Ainsi, et bien que nous évoquions souvent les avantages associés à un cerveau doté de capacités extraordinaires, de nombreux autres facteurs caractérisent cette portion de la population. Nous parlons d’angoisse, de faible estime de soi, de sensation d’isolement, de déconnexion avec l’environnement peu adapté à leurs besoins… Tous ces problèmes commencent à se montrer plus évidents aux alentours des 11 ans.

Les associations d’Etat des surdoués et de hautes capacités sont conscientes de cela. Il ne suffit pas de fournir les moyens nécessaires à l’identification de cet état très tôt (idéalement entre 3 et 5 ans). Nous avons également besoin de comprendre comment fonctionne le cerveau des enfants surdoués. Le fait de comprendre comment il se développe et les connexions neuronales qui doivent être accompagnées par un soutien idéal est donc une priorité.

enfants surdoués

Le cerveau des enfants surdoués ou dotés de grandes capacités

La compréhension du cerveau des enfants surdoués a toujours beaucoup intéressé les neuroscientifiques.  Qu’est ce qui les différencie des enfants ayant une intelligence moyenne ou normale ? Quelles ressources neuronales exceptionnelles possèdent-ils pour démontrer un tel talent intellectuel ? Beaucoup de ces questions trouvent leurs réponses grâce aux nouvelles avancées en techniques de contraste comme par exemple, les résonances magnétiques.

C’est une partie des découvertes dont nous disposons actuellement et que nous pouvons consulter dans des espaces spécialisés tels que The British Psychological Society.

Leur cortex cérébral se développe plus lentement

Cette information interpelle. La neuroscience a pu prouver avec Albert Einstein que les personnes ayant un QI élevé n’ont pas un cerveau plus grand. En fait, on a vu chez des enfants surdoués un cortex cérébral plus fin. Le développement de cette couche se fait par épaississement et grossissement de manière lente, mais progressive jusqu’à l’adolescence.

Chez les enfants ayant un QI « normal », le contraire se produit. Au cours de l’enfance, ils présentent un cortex plus épais. Lorsqu’ils atteignent 12 ou 13 ans, cette aire diminue et sa taille se réduit. Qu’est-ce que cela signifie ? Basiquement, le cerveau d’un enfant doté de capacités importantes se développe et se spécialise donc avec le temps. Sa période de plus grand potentiel se situe au cours de l’adolescence.

Les régions du cerveau sont spécialisées

Les enfants dotés de hautes capacités présentent en plus un volume de matière grise dans certaines régions cérébrales. Rappelons-nous que la matière ou substance grise est liée à la cognition, à l’intelligence et à notre capacité à traiter l’information. Cela signifie que les élèves surdoués ont une grande capacité pour traiter les données, les analyser et en extraire des conclusions.

Dans le cerveau, il existe 28 régions liées à notre capacité de raisonnement, d’action, de concentration et de réaction face aux stimulations sensorielles externes. Les enfants dotés de hautes capacités présentent une plus grande spécialisation de chacune de ces aires.

cerveau des enfants surdoués

Plus grande connexion neuronale

La matière grise contient et gère l’information tandis que la matière ou substance blanche est celle qui la déplace et qui facilite la connexion entre les neurones. Nous pouvons donc déjà deviner que dans le cerveau des enfants surdoués, l’une des caractéristiques les plus notables est la suivante : leur efficacité neuronale est énorme.

Ils ont pour ainsi dire de nombreuses routes et autoroutes neuronales pour conduire les données, l’information et les concepts. De plus, ce sont des voies inter-communicantes, un entrelacs ample, sophistiqué et hyperconnecté où tout fonctionne très vite. Cette caractéristique présente cependant certains désavantages.

Parfois, des bouchons peuvent survenir. En fait, l’enfant peut se sentir surchargé face à tant d’informations traitées, face à tant de relations qui lient les idées entre elles. Parfois, l’enfant reste alors bloqué face à tant d’idées, face à tant d’hypothèses et d’interférences. Il a une activité neuronale telle que souvent, il peut tarder à répondre à un examen ou à une question d’apparence simple.

La plasticité cérébrale, leur avantage majeur

Une grande partie des travaux neuroscientifiques mettent en avant la grande plasticité dont fait preuve le cerveau des enfants surdoués. Comme nous l’avons signalé au début, le cortex cérébral de ces enfants grandit plus lentement, se spécialise et change constamment. De nouvelles connexions s’effectuent, de nouvelles routes apparaissent graduellement pour faciliter l’apprentissage.

Lorsqu’un enfant prête attention à une nouvelle expérience, son cerveau change, se spécialise et de nouvelles voies apparaissent, des chemins neuronaux nouveaux permettant de lier les aires, les régions et les structures. La plasticité des enfants surdoués est si merveilleuse que de nombreux neurologues signalent que ce sont des esprits en croissance continue. Ces esprits sont affamés et désireux d’interaction et on ne sait pas forcément leur répondre comme ils le méritent.

plasticité cérébrale chez les enfants surdoués

Pour conclure, si nous devons retenir une chose parmi ce qui a été analysé, c’est que la manière qu’à le cerveau d’enfants surdoués de gagner en maturité est particulière. Elle est graduelle mais sophistiquée et elle atteint son pic pendant l’adolescence. Les enfants ayant un QI normal atteignent ce pic autour de 5-6 ans. Les adolescents surdoués sont ceux qui exigent les demandes les plus élevées.

Ils ont avant tout besoin d’un environnement favorable qui leur permette de renforcer leurs capacités, d’impulser leur plasticité cérébrale. Si un enfant de 10-11 ans est entouré par un environnement structuré et peu ajusté à son potentiel, il développera de l’ostracisme et de la frustration. Nous nous devons donc d’être plus sensible à ces esprits éveillés mais fragiles sur de nombreux aspects.