L’amitié multiplie les joies et divise les peines

· 7 octobre 2016

L’amitié est un élément protecteur de notre santé psychologique et physique. Cette évidence qu’est l’isolement a une grande incidence sur la mortalité ; de fait, certaines études affirment que le manque de soutien psychologique a les mêmes effets nocifs sur notre santé que le tabac, la forte tension artérielle, le haut niveau de cholestérol, l’obésité ou le manque d’exercice physique.

En ce sens, on peut affirmer que les liens étroits que l’on crée avec les autres multiplient notre bien-être et divisent notre angoisse. Car tisser des liens forts avec les autres, cela nous renforce, indubitablement.

Evidemment, atteindre une proximité psychologique satisfaisante avec les personnes qui nous entourent, ce n’est pas simple ; souvent, les déceptions finissent par nous mener à préférer la solitude. Cependant, si cette solitude ne devient pas un isolement, alors notre santé n’a aucune raison d’en pâtir.

amistad-arboles

L’amitié, ou comment tisser des liens affectifs

Etre entouré de gens qui nous aiment, cela nous rend psychologiquement fort et prévient des difficultés émotionnelles dérivées de questions diverses telles qu’un divorce, un obstacle financier ou une maladie.

Autrement dit, le fait d’avoir des amis nous aide à diviser le stress. Il est merveilleux de pouvoir avoir un confident, une personne qui puisse nous offrir de l’aide, un conseil ou une épaule sur laquelle pleurer. La seule présence des gens que l’on aime dans notre vie suffit à diminuer l’impact des contre-temps auxquels nous devons parfois faire face.

Ainsi, la qualité et la fréquence de nos relations amicales semblent essentielles si on veut réduire le mal-être et l’angoisse qui nous paralyse parfois. Comme le dit Robin dans Les Aventures de Robin des Bois :


« Parle librement et livre-nous tes peines. Le flot des mots apaise le coeur de celui qui souffre ; c’est comme ouvrir les vannes quand le réservoir menace de déborder. »


Le psychologue et chercheur James Pennebaker a réalisé une expérience qui lui a permis de montrer que le fait de parler des problèmes qui nous inquiètent le plus a un effet bénéfique sur nous, physiquement comme psychologiquement. Autrement dit, le fait de parler avec nos amis nous donne une santé de fer.

amigas-unidas-por-un-abrazo-1024x549

 Le renforcement de nos habilités émotionnelles

Quand on parle d’habilités émotionnelles, on fait référence à notre capacité de reconnaissance, de canalisation et de domination de nos sentiments, à l’empathie et aux sentiments qui apparaissent dans les relations sociales que l’on entretient avec les autres.

Ainsi, bien souvent, lorsqu’on est en compagnie de bons amis, on réussit à renforcer nos habilités émotionnelles ; cela nous permet d’être davantage disposé à voir les autres se rapprocher de nous (et inversement), car on sera plus à même de tisser des liens forts.


Cette sensation merveilleuse d’avoir une corde de sécurité émotionnelle qui nous protège est incomparable ; sentir qu’on nous aime, ce n’est pas seulement plein d’espoir, mais c’est aussi renforçant et revitalisant.


amigas-unidas-768x404

Avoir conscience du fait que nos amis ont envie de nous voir, de parler avec nous, du fait qu’ils s’intéressent à nous et du même coup, qu’ils nous octroient un statut émotionnel qui nous sauve bien souvent de l’abîme ; pour toutes ces raisons, on peut être sûr que ces personnes qu’on aime tant occupent une place très importante dans notre vie.

Ce passage du roman Moon Palace de Paul Auster illustre bien cette idée :

« A ce moment-là, je l’ignorais ; elle était pourtant claire, mais en sachant ce que je sais maintenant, il m’est impossible d’ignorer ces jours sans sentir une odeur de nostalgie pour mes amis. En un certain sens, cela altère la réalité de ce que j’ai expérimenté.

J’ai sauté du haut d’une falaise et juste quand j’étais sur le point de toucher le fond, il est arrivé une chose extraordinaire : j’ai compris qu’il y avait des gens qui m’aimaient, et ça changeait tout.

La peur de la chute ne diminue pas, mais cela vous mène à voir cette peur sous un autre angle. J’ai sauté, puis au dernier moment, quelque chose m’a rattrapé au vol. Ce quelque chose, c’est ce que je définis comme l’amour.

C’est la seule chose qui puisse arrêter la chute d’un homme, la seule chose assez puissante pour mettre à mal les lois de la gravité. »

N’oubliez pas : un sourire, une conversation ou un mot d’encouragement sont de vraies bouées qui peuvent nous sauver lorsqu’on devient la proie de la peur ou du mal-être.

Images de Kristina Webb, Claudia Tremblay et d’autres auteurs inconnus

Bibliographie :

Goleman, D. (2011), L’Intelligence émotionnelle