L’agence, l’art d’être maître de notre vie

· 15 juin 2018

Pour faire référence à la sensation d’être en charge de nos vies, nous employons le terme « agence ». Etre agent de notre vie signifie que nous savons où nous sommes, nous savons expliquer ce qu’il nous arrive, nous sommes capables de modéliser les circonstances…

Les agences physiques, telles que les agences de voyage, se chargent d’offrir des services qui aident les personnes qui y ont recours à satisfaire leurs besoins. Nous avons également des besoins internes de différents types. Ceux-ci ne sont satisfaits en première instance que par notre propre agence bien que d’autres aides ou services soient également impliqués. L’importance de notre agence fonctionne de la meilleure manière possible.

« Notre existence est unique et les résultats que nous obtiendrons dépendront de la bonne administration que nous fera de celle-ci. »

-Dressel-

L’agence commence avec l’intéroception

Nous parlons d’intéroception pour faire référence à la perception que chaque individu possède sur l’état interne de son organisme. C’est une information qui nous aide à maintenir notre équilibre corporel (homéostasie). Corps, esprit, cerveau sont intimement liés c’est pourquoi d’intéroception n’est pas quelque chose de purement physiologique. d’intéroception est également liée à des sensations subjectives comme le peuvent l’être les émotions.

l'intéroception

Plus notre connaissance personnelle est importante, plus nous aurons la capacité et le potentiel nous permettant de gérer notre vie. En fait, si nous sommes conscients des changements qui se produisent dans notre environnement, extérieur et intérieur, nous pourrons mieux nous adapter.

« La liberté repose dans le fait d’être maître de notre propre vie. »

-Platon-

Les effets de la perte d’agence

Dans le merveilleux livre The body takes the score (Bessel Van Der Kolk, M.D) on décrit la perte d’agence qui se produit souvent chez les vétérans de la guerre. Beaucoup de ces hommes sont restés ancrés dans le passé, attachés d’une certaine manière à un environnement dans lequel ils ont appris à fonctionner selon des règles qui ne s’appliquent que dans un contexte de conflit.

De plus, pour différentes raisons, les personnes peuvent se sentir en danger au sein de leur propre corps. Par exemple, en revivant le passé au travers d’un inconfort interne constant. Nous pensons que nous sommes des êtres de traditions, mais de nombreuses personnes apprennent à ignorer leurs instincts et à endormir leur conscience au sujet de leur intérieur. En ce sens, ignorer notre intérieur augmente la perte de contrôle.

De nombreux problèmes de santé, tels que les douleurs chroniques, la fatigue, les céphalées et/ou les migraines sont des exemples de cris internes qui nécessitent une attention urgente et qui peuvent être la conséquence de l’ignorance de notre intérieur. Ne pas être agent de notre vie a un prix : celui d’ignorer ou de ne pas détecter ce qui est réellement dangereux ou blessant pour nous, ou au contraire celui de ne pas détecter ce qui est sûr ou enrichissant.

Comment pouvons-nous être davantage agents de notre vie ?

« Etre capables de mettre des mots sur ce que nous ressentons, y donner du sens, respecter nos sensations et nos émotions, nous connecter avec nos besoins ; ce sont les clés fondamentales de l’art d’être maîtres de notre vie. »

Le cortex préfrontal médian (CPFM), connu métaphoriquement comme « La tour de contrôle » est chargé de superviser nos sensations corporelles. Actuellement, nous savons que la méditation consciente et le yoga peuvent nous aider à nous réguler et à être davantage conscients de nos sensations corporelles, et ainsi à gérer avec force les commandes de notre vie.

être agent de notre vie

Aujourd’hui, l’effet du travail somatique ou corporel sur la libération de l’énergie a été prouvé, spécialement chez les personnes bloquées comme par exemple les vétérans de guerre coincés dans la terreur. Travailler l’introspection au travers de l’exercice physique est un bon entraînement pour mieux comprendre les messages que nous envoie notre organisme sur nos besoins.

En définive, parler d’agence revient à parler de connaissance et de confiance en nos pressentiments, notre corps, nos sentiments, notre moi. Cette agence comprend que prendre les rênes de notre vie (face aux autres forces qui veulent la gouverner), n’est pas une tâche facile. Cela commence par le fait de nous connaître personnellement, de nous accepter et nous comprendre. A partir de là, nous élaborerons un projet personnel de vie. Certaines questions peuvent nous être d’une grande utilité pour réfléchir sur notre capacité d’agence : Qu’attends-tu de la vie ? Quels sont tes rêves et tes aspirations ? Qui ou qu’est ce qui peut t’aider à promouvoir un petit changement par rapport à la position dans laquelle tu te trouves ?

Références bibliographiques

Quirós, P., Grzib, G. & Conde, P. (2000). Bases neurofisiológicas de la interocepción. Revista de Psicolo. Gral. y Aplic., 53 (1): 109-129

Van der Kolk, B. A. (1994). The body keeps the score: Memory and the evolving psychobiology of posttraumatic stress. Harvard review of psychiatry, 1(5), 72-73.