La volonté et le contrôle de soi peuvent changer votre vie selon la science

15 juin, 2020
Vous êtes-vous déjà demandé quels sont les secrets du contrôle de soi et de la volonté ? Nous vous présenterons quelques stratégies pour les faire fonctionner en votre faveur.
 

Travailler sur la volonté et le contrôle de soi pourrait changer notre vie de nombreuses façons. Suivre ce régime alimentaire sain, lire davantage, faire de l’exercice ou travailler pour atteindre un objectif à long terme ne serait pas si difficile. Les bienfaits de la volonté semblent se prolonger tout au long de la vie.

Dans le même ordre d’idées, Terrie Moffit, de l’université de Duke, et un groupe de collègues ont étudié le contrôle de soi chez un groupe de 1 000 personnes.

Ils ont été suivis de la naissance à l’âge de 32 ans dans le cadre d’une étude de santé à long terme à Dunedin, en Nouvelle-Zélande. Avec ses collègues, Mme Moffitt a constaté que les personnes ayant un meilleur contrôle de soi pendant l’enfance devenaient des adultes en meilleure santé physique et mentale.

Avec ces résultats, il est clair que la volonté et le contrôle de soi marquent les étapes que nous franchissons en cours de route. Des études récentes suggèrent qu’il existe des moyens de renforcer la volonté et la maîtrise de soi par la pratique tout au long de la vie.

Le contrôle de soi chez une femme

Quelques faits concernant la volonté et le contrôle de soi

 

Les chercheurs qui étudient le contrôle de soi le décrivent souvent comme un muscle qui se fatigue à force de travailler. Cependant, ils disent aussi qu’il y a un autre aspect à l’analogie des muscles. Alors qu’à court terme, les muscles sont fatigués par l’exercice, à long terme, l’exercice les rend plus forts.

En appliquant la volonté de manière cohérente dans un domaine, les autres améliorent

Les scientifiques australiens Megan Oaten et Ken Cheng de l’université Macquarie de Sydney ont confié à un groupe de volontaires un programme d’exercice de deux mois. Une activité qui demande de la volonté.

Les participants qui ont obtenu les meilleurs résultats aux tests de contrôle de soi ont déclaré qu’ils fumaient et buvaient moins d’alcool, mangeaient plus sainement, contrôlaient leurs dépenses et amélioraient leurs habitudes d’étude.

L’application constante de leur volonté à l’exercice physique semble la généraliser et la renforcer dans d’autres domaines vitaux.

La satisfaction différée

Il y a plus de 40 ans, Walter Mischel, psychologue à l’université de Columbia, a exploré le contrôle de soi des enfants à l’aide d’un test simple mais efficace. Devant les volontaires de l’étude, en l’occurrence des enfants, il a laissé derrière lui un bonbon très tentant.

Avant de les laisser seuls avec lui, on leur a dit que le chercheur sortirait et que, s’ils tenaient pendant son absence sans toucher aux bonbons, à son retour, il leur en donnerait un autre. Sinon, ils ne profiteraient pas de ce deuxième bonbon. Il s’agit d’une expérience classique, qui a été reproduite à de nombreuses reprises, analysant l’influence de différentes variables.

 

En général, les enfants qui ont moins bien résisté aux bonbons lors du test effectué ont également moins bien réussi les tests de contrôle de soi à l’âge adulte. La sensibilité d’un individu aux stimuli immédiats semble persister tout au long de sa vie.

La volonté et le glucose

Manger fréquemment pour maintenir le niveau de sucre dans le cerveau peut également aider à recharger les réserves de volonté. Mais nous ne devons pas nous laisser tromper par le mot « sucre ».

Selon les experts, les repas sains sans sucre raffiné sont meilleurs que les sucreries pour maintenir le taux de sucre en équilibre.

Des objectifs, plutôt un à la fois

Les conclusions des études sur l’épuisement de la volonté suggèrent également que dresser une liste de résolutions du Nouvel An n’est pas une bonne initiative si nous voulons vraiment réaliser ce que nous écrivons dans cette liste.

L’épuisement dans un domaine peut entraîner une réduction de la volonté dans d’autres aspects de notre vie. Il est donc plus logique de se concentrer sur un seul objectif à la fois.

Il est plus logique de prendre les objectifs un à la fois. Une fois que nous avons acquis une bonne habitude, dit M. Baumeister, il n’est plus nécessaire d’utiliser la volonté pour maintenir le comportement. Avec le temps, les habitudes saines deviennent une routine et peuvent être suivies avec beaucoup moins d’efforts.

Une femme réfléchissant au contrôle de soi
 

Éviter la tentation par le contrôle de soi

Éviter la tentation est une tactique efficace pour garder le contrôle de soi. Dans l’étude de Walter Mischel sur les bonbons, les enfants qui concentraient leur attention sur les bonbons abandonnaient plus tôt. Ou résistaient moins. Ceux qui ont fermé les yeux, ont détourné le regard ou ont été distraits d’une autre manière ont réussi à résister à la tentation.

« L’intention de mettre en œuvre »

Une autre tactique utile pour améliorer le contrôle de soi est la technique de « l’intention de mettre en œuvre ». Par exemple, quelqu’un qui essaie de contrôler sa consommation d’alcool peut décider avant une fête que « si quelqu’un m’offre un verre, alors je vais commander du coca« .

Les intentions de mise en œuvre améliorent la maîtrise de soi. Le fait de disposer d’un plan à l’avance peut vous permettre de prendre des décisions sur place sans avoir à faire preuve de volonté.

La motivation est la clé du contrôle de soi

Mark Muraven a constaté que les individus dont la volonté avait été épuisée persistaient dans leurs tâches de contrôle de soi lorsqu’on leur avait dit qu’ils seraient rémunérés pour leurs efforts. Ou que ceux-ci profiteraient à d’autres.

Une forte motivation, conclut-il, peut aider à surmonter l’affaiblissement de la volonté, du moins dans une certaine mesure.

Résultats en matière de neurosciences

Les chercheurs ont découvert que le cortex préfrontal (une région qui contrôle les fonctions exécutives, comme la prise de décision) montre plus d’activité chez les sujets qui ont un plus grand contrôle d’eux-mêmes. De même, le striatum ventral (une région censée gérer les processus de désir et de récompense) montre une activité accrue chez ceux qui ont moins de maîtrise de soi.

 

La vérité est qu’il reste de nombreuses questions à résoudre concernant la nature de la maîtrise de soi. Cependant, il semble qu’avec des objectifs clairs, du contrôle de soi et un peu de pratique, nous pouvons former la volonté à rester forte face à la tentation de suivre des voies moins exigeantes ou moins contraignantes.