Les compétences thérapeutiques les plus importantes en psychothérapie

24 octobre 2019
Les compétences thérapeutiques définissent en grande partie la qualité d'un professionnel. Dans cet article, nous souhaitons vous présenter les plus importantes ainsi que leur implication dans le cadre thérapeutique.

Lorsque l’on réalise des thérapies, les compétences thérapeutiques sont essentielles et indispensables. Les psychologues et psychothérapeutes doivent absolument apprendre ces compétences et les mettre en application lors des sessions tout comme ils le font avec les techniques psychologiques approuvées.

Le concept d’alliance thérapeutique, issu du modèle psychodynamique, a été introduit par Bordin il y a plusieurs décennies. On peut le conceptualiser comme étant un ingrédient de changement essentiel à tout modèle thérapeutique. C’est donc un ingrédient qui doit être présent tout au long du traitement si nous souhaitons que celui-ci fonctionne réellement.

Les composants de cette alliance thérapeutique sont au nombre de 3 : le lien entre le client et le thérapeute (déterminé par le ton émotionnel et la collaboration), l’accord sur les objectifs à atteindre, puis l’accord sur les tâches à effectuer afin d’atteindre ces objectifs.

D’autres auteurs tels que Rogers, depuis la thérapie humaniste, affirment que les ingrédients qui doivent être présents lors de toute thérapie sont : l’authenticité ou la congruence du thérapeute, l’acceptation inconditionnelle du client et l’empathie. En fait, Rogers était persuadé du fait que ces composants étaient nécessaires et suffisants pour que le changement ait lieu. Outre l’alliance essentielle, d’autres compétences favorisant la création de l’alliance sont nécessaires.

L’une des compétences thérapeutiques les plus importantes est la capacité du psychologue à établir un bonne alliance, ou « rapport », avec son patient.

Une psychologue ayant les compétences thérapeutiques nécessaires

Compétences thérapeutiques importantes chez un thérapeute

Pour étudier les variables à garder en tête dans l’usage des compétences thérapeutiques, il est obligatoire de faire référence à l’étude de Sloane et de ses collaborateurs (1975). Cette étude a démontré l’importance accordée par les patients à ces variables, qu’ils considèrent comme étant des motifs de succès.

5 variables essentielles

Ces variables ont été regroupées en 5 idées principales : 

  • La personnalité du thérapeute
  • Sa capacité à écouter
  • L’approche utilisée par le thérapeute pour motiver graduellement le patient à réaliser ce qui le dérange
  • La capacité du thérapeute à parler de manière compréhensible
  • L’aide apportée par les thérapeute pour parvenir à se comprendre soi-même

Caractéristiques recherchées chez les thérapeutes

D’autres auteurs tels que Ackerman et Hilsenroth (2003) ont effectué une révision des publications sur le sujet. Ils ont identifié les caractéristiques du thérapeute qui peuvent favoriser l’alliance :

  • Flexibilité : le thérapeute accepte et adapte sa manière de communiquer à la situation et au patient en face duquel il se trouve
  • Expérience : le thérapeute démontre une certaine expérience clinique
  • Honnêteté : le patient perçoit le thérapeute comme étant sincère
  • Respect : le thérapeute se montre respectueux. Il a des valeurs et communique de manière adéquate avec le patient
  • Loyauté : le thérapeute est digne de confiance
  • Confiance en soi : le patient comprend que le thérapeute sait ce qu’il fait
  • Intérêt pour le patient et pour son problème
  • Attention : le thérapeute est attentif à ce qu’il se passe lors des séances. Il analyse les manifestations aussi bien verbales que non verbales du patients
  • Proximité : le patient perçoit une certaine proximité entre lui et son thérapeute
  • Affection : le thérapeute est chaleureux, affectueux
  • Ouverture d’esprit : le thérapeute est capable de comprendre les autres points de vue

Il existe beaucoup d’informations prouvant l’importance des caractéristiques du thérapeute dans les résultats du traitement

Les études signalent le fait que l’efficacité du traitement ainsi que la réduction des sessions est significativement plus forte lorsque ces stratégies sont appliquées que lorsqu’elles ne le sont pas.

Que se passe-t-il lors des sessions ?

Une consultation psychologique

Environ la moitié des patients ayant recours à des traitements abandonnent après la première séance de la thérapie. Les premières séances sont donc cruciales dans la décision de poursuivre ou non le traitement.

Certaines études prouvent que la première rencontre entre le patient et le thérapeute est décisive pour la majorité des patients. Les thérapeutes qui parviennent à « convaincre » les patients de poursuivre le traitement ont généralement de bonnes facultés de communication et de meilleures compétences diagnostiques que les thérapeutes n’arrivant pas à le faire.

Si nous isolons les facteurs étrangers au traitement, telles que les ressources économiques des patients ou les déplacements nécessaires pour assister aux séances, les chercheurs sont d’accord sur les 2 facteurs fondamentaux justifiant les abandons. D’une part, les caractéristiques personnelles du thérapeute et son manque d’intérêt dans la planification d’une intervention sont engagés. D’autre part, le patient peut décider d’abandonner car il croit avoir beaucoup et suffisamment évolué en une séance et donc n’avoir pas besoin d’autres sessions.

Il semblerait que le moment opportun pour établir une bonne alliance avec le patient corresponde à la période située entre la troisième et la cinquième session thérapeutique. Cependant, la possibilité d’abandon survient avant que ce lien n’ait pu s’établir. La personnalité du thérapeute peut donc fortement influencer cette tentation à l’abandon.

Les études ont mis au jour des informations intéressantes au sujet de l’abandon précoce de la thérapie. Il semblerait en effet que les qualités de communication du thérapeute aient une forte influence sur le succès final du traitement. Le nombre d’abandons serait donc significativement plus faible chez les thérapeutes faisant preuve de ce type de compétences.

Conclusion sur les compétences thérapeutiques nécessaires

Au vu des résultats des nombreuses études, il est indispensable que les thérapeutes étudient et appliquent les compétences utiles en thérapie. Il ne suffit ainsi pas d’avoir beaucoup de connaissances. La manière de les appliquer, de les présenter et l’adaptation au cas et au patient est d’une importance capitale. C’est la formation qui donnera les clés nécessaires à cette tâche précise.

 

  • Vallejo, P, M.A. (2016). Manual de Terapia de Conducta. Editorial Dykinson-Psicología. Tomo I.