La théorie du cadrage et la manipulation dans la communication

· 25 novembre 2018
En quoi consiste la théorie du cadrage ?

La théorie du cadrage ou framing theory comprend un ensemble de concepts extraits de la sociologie et des sciences de la communication. Elle cherche à expliquer pourquoi les gens centrent leur attention sur certains aspects de la réalité et pas d’autres. Et pourquoi ils finissent par voir la réalité d’une façon déterminée.

La théorie du cadrage a été appliquée aux médias de masseElle part de l’idée selon laquelle la réalité est présentée par les médias après avoir été soumise à un « cadrage ». Ce prisme déterminé privilégierait certains aspects et en ferait disparaître d’autres.

« Quand les gens apprennent sans aucun moyen de jugement et suivent simplement leurs espoirs, les graines de la manipulation politique sont semées. »

-Stephen Jay Gould-

Ainsi, ce qui se présente comme « la réalité » n’en est en fait qu’une partie. Une partie qui sort tout droit d’un cadrage. De cette façon, l’attention et l’intérêt des personnes sont délibérément contrôlés. En d’autres termes, le regard de la société est modelé afin qu’elle ne voit les choses que d’une façon spécifique.

Antécédents de la théorie du cadrage

L’un des premiers à avoir parlé de « cadre » ou de « cadrage » fut le psychologue Gregory Bateson, en 1955. Ce chercheur a défini les cadres comme des instruments de l’esprit qui permettent d’établir des différences entre les choses. On les emploie pour définir les limites des objets et ainsi les distinguer des autres. Nous savons qu’un crayon est un crayon et non pas un thermomètre grâce aux traits particuliers qui les différencient.

théorie du cadrage

En 1974, le sociologue Ervin Goffman s’est à son tour intéressé au sujet. Pour lui, le point fondamental n’est pas la réalité en soi mais la façon dont les sujets l’interprètent. Goffman a établi que l’information se comprenait d’une façon ou d’une autre selon le contexte dans lequel on la présentait.

Par exemple, si nous établissons le cadre de « personnes dangereuses », on considérera n’importe qui apparaissant dans cette catégorie, qu’il y appartienne ou non, comme une personne indésirable. Si nous y plaçons un jeune « rasta », quiconque ne connaissant rien à ce mouvement se dira que cette personne est effectivement dangereuse. Le cadrage détermine l’interprétation de l’objet.

Bárbara Tuchman a inclus tous ces concepts dans le domaine de la communicationEn 1978, elle a signalé que les nouvelles opéraient comme un cadre. Celui-ci est créé par les médias, par les journalistes, et détermine la façon dont une société voit la réalité. Or, cette réalité n’est pas la réalité.

Les processus des médias

Selon la théorie du cadrage, l’exercice réalisé par les médias comprend plusieurs processus. Les voici:

  • Sélectionner certains aspects de la réalité.
  • Donner une plus grande importance à ces aspects dans les journaux ou les textes communicatifs.
  • Définir un problème associé à ces aspects.
  • Proposer une interprétation qui indique la cause de ce problème.
  • Faire une évaluation morale de ce problème, suggérer des solutions, recommander certaines lignes d’action.

La théorie du cadrage affirme aussi que tout ce processus se découpe en différentes phases:

  • Cadrage des émetteurs. Il s’agit de l’étape où l’on établit les critères d’information du public. Elle implique les intérêts de l’émetteur d’une nouvelle, sur les plans personnels et institutionnels.
  • Cadrage des nouvelles. Cette phase comprend ce que l’on dit et la façon dont on le dit. On décide des points à souligner, des limites de cette information et du sens que l’on donne aux différents sujets.
  • Cadrage des audiences. Il s’agit de l’interaction entre les cadres antérieurs et les structures de pensée préexistantes chez les gens. D’une façon ou d’une autre, on veut que ces cadrages agissent en consonance avec la pensée de l’audience.

La manipulation communicative

Le plus important est de comprendre que la façon dont les médias nous présentent la réalité n’est pas la réalité en soi. Nous devons être conscients d’une chose: un esprit critique est indispensable pour traiter les informations que nous recevons.

Prenons un exemple pour que les choses soient plus claires. Pensons à l’invasion américaine en Irak. Celle-ci a été précédée d’une information indiquant que l’on y avait détecté des armes chimiques qui pourraient être utilisées contre des civils innocents. Ensuite, l’arrivée des troupes américaines a été présentée comme un acte héroïque. Pour le prouver, le monde entier a vu les images de milliers de personnes faisant tomber la statue de Saddam Hussein à Bagdad. 

théorie du cadrage

 

Que prouvait cette image? Tout simplement que des milliers de personnes étaient contre le régime d’Hussein. Mais ces milliers de personnes ne représentaient pas tout l’Irak. Cependant, on nous l’a fait voir de cette façon. Comme s’il y avait eu un consensus. Avec le temps, nous avons appris que ces supposées armes chimiques n’avaient jamais existé. Et qu’il y avait des secteurs, en Irak, qui étaient totalement contre l’intervention étrangère. Malgré cela, beaucoup continuent à croire à la version initiale des faits. Beaucoup sont tombés dans le cadre créé par les médias.