La sublimation, ou l’art de réorienter nos angoisses

· 3 juin 2019
Grâce à la sublimation, nous pouvons libérer nos tensions. C’est un moyen sans précédent de réorienter notre angoisse vers quelque chose de plus sain. Ainsi, nous renforçons notre bien-être.

Parfois, nous comptons ou accumulons une angoisse si grande que nous ne savons pas comment la gérer. C’est une souffrance intense que nous laissons progressivement prendre en charge. Maintenant, il existe des mécanismes pour nous défendre et faire obstacle à ce sentiment profond. Par la sublimation, nous pouvons réorienter cette souffrance !

Ainsi, bien qu’il soit typique de la nature humaine de traverser des moments difficiles qui génèrent un inconfort, nous pouvons mettre une limite à notre angoisse. Même les réorienter, leur donnant ainsi une direction plus saine. Merveilleux, n’est-ce pas ? Par la sublimation, nous pouvons donner à la souffrance une autre forme. Dans cet article, nous vous dirons en quoi la sublimation consiste, quels sont ses avantages, et vous présenterons également quelques exemple.

« Nos complexes sont la source de notre faiblesse, mais souvent, ils sont aussi la source de notre force. »

-Sigmund Freud-

La sublimation : de quoi s’agit-il ?

La sublimation fait partie des mécanismes de défense décrits par Sigmund Freud. Un mécanisme de défense est un moyen de faire face à notre angoisse. Il survient, par exemple, lorsque nous craignons de ne pas savoir gérer.

Freud a suggéré que la sublimation était un moyen d’élaborer des pulsions avec la capacité de les déplacer. Ainsi, nous pouvons comprendre que c’est un mécanisme par lequel nous pouvons réorienter nos angoisses vers des comportements qui ne nous pénalisent pas au niveau social.

Freud et la sublimation

 

Selon Freud, la culture repose totalement sur la contrainte des instincts. En ce sens, nous dirions que certaines questions sont acceptées au niveau culturel et que, par sublimation, nous ferions en sorte de réorienter ce qui nous anime vers ces questions ou niveaux d’expression (par exemple, la peinture, la littérature, la sculpture, etc.). Incroyable, n’est-ce pas ?

Or, Freud n’est pas le seul à avoir parlé de ce concept ; certains de ses contemporains et successeurs l’ont fait (et continuent de le faire). Nietzsche, par exemple, a formulé le concept à peu près au même moment que Freud, mais il a mis davantage l’accent sur la sublimation artistique, faisant de l’art un dieu sauveur. Jaques Lacan a également évoqué le concept, mais a souligné la sublimation comme substitut à la satisfaction.

Même aujourd’hui, ce concept est encore à l’étude. Par exemple, Javier Cuevas del Barrio a consacré une partie du concept de sublimation dans sa thèse de doctorat (Université de Malaga). Il s’est immergé dans l’influence de ce concept dans l’art de l’avant-garde et a parcouru le chemin de la transformation du concept chez différents auteurs.

La sublimation : au-delà de la création artistique

Au fil du temps, depuis que le concept de sublimation a été formulé, il a été dit qu’un moyen de rediriger la souffrance passe par l’art. Mais ce n’est pas tout ! Bien que l’art soit un véhicule qui mobilise les émotions, qui serve de support sans précédent pour représenter nos aspects inconscients et conscients, il existe plus de façons de sublimer.

Comme dans la sublimation s’est réorientée vers quelque chose qui est socialement approuvé, il est possible de le faire de différentes manières. Une forme bien étudiée passe aussi par le travail. Nous pouvons déplacer notre angoisse vers quelque chose qui accepte notre culture, dans ce cas le travail. Par exemple, un chirurgien qui, au lieu de suivre son instinct, effectue des opérations, ce qui est accepté. Alors, évacuez vos tensions.

En outre, on peut sublimer par le biais du sport. Il s’agit de réorienter notre angoisse vers l’exercice physique. Une façon peu répandue de libérer l’énergie que nos impulsions peuvent contenir. De plus, lorsque nous faisons du sport, nous produisons des endorphines, un neurotransmetteur qui prend soin de notre état d’esprit.

Une autre façon de sublimer que nous ne pouvons pas identifier en tant que telle consiste à utiliser les nouvelles technologies. Ce sont des ressources merveilleuses que nous utilisons quotidiennement pour nous sortir de notre angoisse. Par exemple, nous pouvons regarder des séries où des comportements inacceptables dans le monde réel seraient adoptés, comme par exemple le fait de tuer.

la sublimation passe aussi par le sport

Avantages de la sublimation

Il est difficile pour nous de prendre conscience de nos mécanismes de défense car ils agissent dans un espace de passage difficile pour notre conscience, même avec une angoisse que nous ne sommes pas en mesure de reconnaître. Qu’on en soit conscient ou pas, la sublimation peut nous apporter de grands avantages. En effet, elle :

  • Protège notre psyché
  • Soulage les tensions
  • Encourage les processus de socialisation
  • Facilite la compensation psychologique
  • Change des états mentaux pouvant être nocifs
  • Réduit le stress

Chaque forme de sublimation est un avantage pour notre santé mentale. Bien que nous ne connaissions pas ce mécanisme, nous pouvons découvrir comment il fonctionne en nous. La connaissance de soi et la psychothérapie sont d’excellentes options pour l’explorer.

La sublimation est un mécanisme de défense qui guide nos angoisses. Elle conduit à un autre plan, où elles sont exprimées de manière plus saine. C’est donc un moyen par lequel notre esprit nous protège. Au lieu de suivre nos impulsions et de faire des choses en dehors de la loi, nous tournons notre angoisse vers des problèmes compréhensibles pour notre société, libérant ainsi nos tensions.

 

  • Cuevas del Barrio, J. (2012). Entre el silencio y el Rechazo. Sigmund Freud ante el arte de las Vanguardias. Tesis Doctoral. Universidad de Málaga.
  • Freud, S. (1996). La moral sexual cultural y la nerviosidad moderna. Obras Completas. Tomo II. Madrid: Bliblioteca Nueva, p. 1251.