La série Dark : le temps ne nous appartient pas

30 octobre, 2020
Dark a été élue meilleure série Netflix par le prestigieux magazine numérique Rotten Tomatoes. Nous vous disons ici pourquoi son intrigue est si spéciale.

La troisième et dernière saison de la série de science-fiction Dark est sortie le 27 juin 2020. Ce thriller a été élu meilleure série de toute la plateforme Netflix par le prestigieux portail Rotten Tomatoes. Dark a été créé par Baran bo Odar et Jantje Friese en 2017.

Cette reconnaissance n’étonne guère, car cette série rassemble de très bons ingrédients. Elle nous fait fantasmer sur le temps d’une manière scientifique et métaphysique comme aucune autre production cinématographique ne l’a fait auparavant, à l’exception d’Interstellar.

L’intrigue présente une conception du temps cyclique. Cette conception est basée sur l’idée de l’éternel retour recueillie par Friedrich Nietzsche dans ses œuvres Ainsi parlait Zarathoustra et Le Gai Savoir.

Mais contrairement à la pure philosophie, Dark soulève la possibilité réelle d’un fonctionnement du temps comme une boucle éternelle, éliminant ainsi les conceptions classiques qui incluent passé, présent et futur. C’est pourquoi les personnages peuvent se déplacer dans le temps et influencer les événements.

Le thème de Dark

Le thème central de la série, qui domine l’intrigue, est d’expliquer comment le voyage dans le temps a affecté la ville allemande fictive de Widen. La première saison commence avec la disparition d’un enfant en 2019, Mikkel, disparu dans une grotte dans une forêt similaire à la Forêt-Noire allemande.

Cette forêt est remplie de grottes souterraines et d’une centrale nucléaire qui cache certains mystères. Parmi eux, une découverte scientifique qui pourrait changer le cours de l’humanité.

L’un des adolescents impliqués dans l’incident, Jonas, décide d’enquêter sur ce qui s’est passé. Ses premières trouvailles l’amènent à découvrir que tout est lié. D’abord avec le suicide de son père Michael quelques mois auparavant et ensuite à cause de la capacité de la grotte à modifier sa capacité temporelle.

Mais outre ce trou temporel dans la grotte, il existe d’autres méthodes de voyage dans le temps. Certaines sont liées à la grotte et à la centrale nucléaire. D’autres non, et elles ne seront révélées que petit à petit dans l’intrigue passionnante.

Quatre familles, un mystère

L’histoire tourne autour de quatre familles du village : Kahnwald, Nielsen, Doppler et Tiedemann. Ils apparaissent dans trois chronologies différentes : 1953, 1986 et 2019. L’année 2019 est le point de départ de l’action narrative et de l’arc principal, c’est-à-dire le présent de la série.

33 années séparent les lignes de temps et les personnages interagissent les uns avec les autres en se déplaçant entre chacune de ces trois lignes de temps. Ils le font au moyen d’un trou de ver qui pourrait avoir été causé par une fuite de substance provenant de la centrale nucléaire Widen.

La conception du temps dans l’histoire de l’humanité

Dark est une série qui traite de la théorie cyclique du temps, mais il existe de nombreuses théories connexes. Afin de les situer, nous passerons en revue quelques courants de pensée qui ont traité de la conception du temps. En voici quelques-unes :

  • La théorie de l’éternel retour ou de l’éternelle récurrence est une idée partagée par plusieurs civilisations anciennes comme les Aztèques, les Indiens, les Grecs ou les Egyptiens. Les événements de la réalité objective se répètent de manière cyclique. C’est l’idée qui se reflète le plus dans l’argument expliqué dans Dark.
  • La deuxième idée sur la conception du temps apparaît avec la religion hébraïque et chrétienne qui propose une conception linéaire du temps. C’est celle que tout le monde suppose généralement comme correcte.
  • Des penseurs tels que Louis Auguste Blanqui ou Friedrich Nietzsche soutiennent également l’idée de l’éternel retour. Les circonstances et les faits se répètent de manière cyclique.
  • Aristote a nié l’existence du passé et de l’avenir en raison de l’impossibilité de vérifier où se trouvent les événements précédents et de connaître ceux qui viendront.
  • À l’époque moderne, il existe deux courants de pensée concernant le concept de temps. D’une part, il y a la théorie objectiviste qui découle des études de physique d’Isaac Newton. Il s’agissait de la plus acceptée jusqu’à la publication de la théorie de la relativité d’Einstein.
  • La théorie subjectiviste proposée par Emmanuel Kant établit que le temps s’explique à partir des expériences individuelles. Il s’agit donc d’une construction personnelle. Cette idée transpose la notion de temps dans le domaine de la psychologie.
  • En revanche, les contributions de la théorie de la relativité d’Einstein, de la théorie des cordes et des recherches de Stephen Hawking sur les trous noirs qui se produisent dans l’obscurité n’ont pas encore été démontrées en pratique.
Le temps est la thématique principale de la série Dark.

Que se passe-t-il avec le temps dans Dark ?

Dans Dark, la figure du vortex est utilisée pour expliquer les déplacements entre les trois dimensions temporelles. La libération de l’énergie de la centrale nucléaire pourrait avoir donné de l’activité à ce trou qui se trouve dans le dédale de grottes qui traverse la ville.

Dark soulève l’idée du temps non pas comme une dimension linéaire, mais comme une boucle infinie basée sur le concept de l’éternel retour de Nietzsche. C’est aussi la conception de certaines civilisations comme les Mayas, les Indiens, les Chinois ou encore les anciens Egyptiens.

Bien que l’intrigue de la série ne précise pas que l’on puisse voyager au-delà des temps représentés, il y a deux personnages (Jonas Kahnwald et Claudia Tiedemann) qui retournent dans le passé. Leur but est de changer les faits et de détruire le mécanisme qui permet aux différents personnages de la série de passer d’une époque à l’autre.

Cela justifie l’un des thèmes les plus importants défendus par la série : le passé influence l’avenir et l’avenir influence le passé. Tout est lié. Il n’y a ni début ni fin, le temps est comme un cercle où tous les faits coexistent et toutes les réalités temporelles sont liées entre elles.