La psychologie est-elle une science ?

20 juillet 2018 dans Actualité et psychologie 0 Partagés
la psychologie et la science

Ceux d’entre nous qui se consacrent à la discipline de la psychologie à de nombreuses occasions ont entendu des phrases qui mettent en doute le fait que la psychologie est une science à cause de sa subjectivité, ou même des expressions comme « J’ai beaucoup de psychologie, je vois une personne et je sais comment elle est« . Des déclarations comme celles-ci nous montrent la grande confusion qui existe par rapport à cette discipline. Cela signifie que la majorité de la population ne sait pas ce que veut dire étudier la psychologie.

Pour comprendre que la psychologie est une science, il faut d’abord savoir ce qu’est une science, car il y a beaucoup de confusion à ce sujet. La science est considérée comme le porteur incontesté de la vérité, puisqu’elle observe et décrit la réalité. Mais le réduire à cette définition peut conduire à de multiples erreurs. Allons plus loin.

Qu’est-ce qu’une science ?

Une science est une branche de la connaissance qui cherche à décrire, expliquer, prévoir et modifier un domaine de la réalité. La psychologie concerne le comportement humain et les processus cognitifs. La science a un objectif pragmatique, elle cherche à comprendre certains événements afin de les utiliser à son avantage. Pour ce faire, elle utilise sa propre méthodologie, la méthode scientifique.

psychologie et science

La méthode scientifique est une stratégie hypothético-déductive qui permet de tirer des conclusions et d’acquérir des certitudes sur l’objectif de l’étude. Cette méthode suit obligatoirement une série d’étapes, qui sont les suivantes :

  • Problématisation. C’est la première partie de la méthode. C’est la recherche d’un problème pour lequel la raison de son apparition est inconnue. Par exemple, pourquoi les choses tombent-elles sur le sol ou comment se déroule l’apprentissage humain ? Ces deux questions sont très génériques, en science il faudra travailler à un niveau beaucoup plus spécifique, mais elles sont bonnes pour comprendre ce que signifie chercher un problème.
  • Élaboration d’hypothèses. Par l’observation, la déduction et la revue bibliographique, nous pouvons élaborer une série d’hypothèses. Il s’agit de théoriser sur la façon dont le problème se produit. Les hypothèses ne sont ni vraies ni fausses, ce sont des possibilités voulant être fausses.
  • Conduite de l’expérience. Une fois que nous avons les hypothèses, l’étape suivante est de les attaquer pour prouver qu’elles sont fausses. Il faut concevoir une expérience dans laquelle les hypothèses ci-dessus peuvent être fausses. Cette expérience peut être réalisée de plusieurs façons, telles que des enquêtes, des observations directes, des manipulations expérimentales, etc.
  • Analyse des données. Après la réalisation de l’expérience, une analyse statistique des données est effectuée. Si elle nous montre que les hypothèses sont fausses, elles sont écartées. Cependant, si nous n’avons pas été en mesure de les nier, elles sont considérées comme étant prouvées. Il est important de comprendre que vous ne pouvez jamais confirmer une hypothèse, car nous ne pouvons pas accéder à toutes les données et nous parlons toujours en termes de probabilité. Le terme « contrasté » indique seulement que nous n’avons pas été en mesure de le nier pour le moment.
  • Communication des résultats. C’est la partie la plus importante de la méthode scientifique, il ne serait pas logique de découvrir quelque chose si nous ne le partagions pas. En communiquant les résultats, nous élargissons les connaissances scientifiques, ce qui permet de faire apparaître de nouveaux problèmes à résoudre pour aller de l’avant. De plus, le partage d’une expérience permet à d’autres chercheurs de la reproduire et de découvrir d’autres preuves au sujet de ces hypothèses.

L’aspect clé de ce processus est de comprendre que la science fonctionne en s’attaquant à ses propres hypothèses. C’est un moyen de réduire les erreurs et d’éviter l’affirmation de dogmes immuables. En laissant toujours dans le doute les hypothèses prouvées, la science est en vérification continue. Grâce à cela, nous disposons d’une méthode dynamique qui s’adapte aux nouvelles données qui apparaissent.

Une autre question importante est la distinction que certains font entre « science dure » et « science douce ». La biologie, la physique ou la chimie, qui sont les sciences qui semblent être les plus objectives et facilement observables, sont appelées « sciences dures », mais c’est une erreur de penser ainsi. Par exemple, tout comme en physique on en déduit que la gravité existe à travers des événements observables, en psychologie on fait de même avec l’anxiété, l’émotion ou les processus d’apprentissage. Même aujourd’hui, on sait que la loi classique de la gravité était erronée. La science ne consiste pas à dire ce qui se passe, mais pourquoi cela se produit. Et pour ce faire, les « sciences douces » et les « sciences dures » utilisent la même méthode.

La psychologie intuitive et la psychologie scientifique

Nous générons tous des théories intuitives de ce qu’est le monde qui nous entoure. Cela nous aide à garder le contrôle et à prévoir ce qui va se passer. Par conséquent, nous avons une psychologie intuitive qui nous dit comment nous pensons que les autres se comportent et pourquoi ils le font. Cependant, ce serait une grave erreur de penser que ces croyances sont fondamentalement correctes.

Cette psychologie intuitive est basée sur des raccourcis mentaux formés par des expériences antérieures. Selon notre éducation, nos expériences et notre histoire personnelle, nous aurons une façon ou une autre de voir ce qui se passe autour de nous. Ces jugements sont totalement subjectifs et ne suivent aucune rigueur scientifique, donc ils font partie de notre vie mais n’ont rien à voir avec la discipline scientifique de la psychologie.

La psychologie scientifique est à l’opposé de cette psychologie intuitive. Elle ne s’appuie pas sur des croyances ou des jugements de valeur pour expliquer le comportement humain, mais utilise la méthode scientifique et l’expérimentation pour recueillir des données objectives et les interpréter. Les diverses recherches effectuées ont donné naissance à des constructions psychologiques, étayées par de multiples données empiriques.

psychologie intuitive et psychologie scientifique

Un aspect clé à comprendre, et qui facilite la compréhension du fait que la psychologie est une science, est de connaître la différence entre l’opinion et l’interprétation. Lorsque nous parlons d’opinion, nous faisons référence aux croyances que nous avons en raison de notre expérience d’un aspect de la réalité. Par exemple, nous pouvons dire que l’être humain est bon et que c’est la société qui le corrompt parce que nos expériences vont de pair avec lui.

Mais l’interprétation est tout autre : il s’agit d’analyser, déchiffrer et expliquer un événement à partir de données obtenues scientifiquement. Si nous continuons avec l’exemple précédent, si les données nous montrent que l’être humain n’est ni bon ni mauvais, nous devrons les interpréter d’un point de vue différent qui intègre toutes les informations.

La psychologie scientifique n’est pas une question d’opinion, elle ne peut pas être discutée dans les mêmes termes que la psychologie intuitive. Cette première est basée sur l’interprétation des preuves obtenues et, par conséquent, son débat devrait avoir lieu entre les différentes manières de donner un sens aux informations obtenues. En d’autres termes, la seule façon de réfuter les résultats de la recherche scientifique en psychologie est de disposer de données objectives pour les réfuter. Par conséquent, la psychologie scientifique s’inscrit dans la revendication que la psychologie est une science.

Pour comprendre que la psychologie est une science, il faut faire la différence entre la psychologie intuitive et la psychologie scientifique.
Partager

Pourquoi croit-on que la psychologie n’est pas une science ?

Nous avons vu que la psychologie utilise les mêmes méthodes et dispose de la même validité et de la même fiabilité que les autres sciences. Mais alors, pourquoi y a-t-il tant de doutes sur le fait que la psychologie soit une science ou non ? Nous allons maintenant examiner trois raisons qui sont les principales causes de la remise en question de la valeur scientifique de la psychologie.

La première est la grande confusion qui existe au sujet du concept de la science. La majorité de la population a une définition très vague à l’esprit. Ceci, ainsi que le manque de connaissance des instruments utilisés pour mesurer le comportement et les processus mentaux, conduit à une catégorisation de la psychologie comme subjective et non scientifique.

La deuxième raison est la pratique pseudo-scientifique dérivée de la psychologie. Malheureusement, autour de cette discipline, il y a beaucoup de gens qui utilisent le terme « psychologie » pour désigner des pratiques qui n’utilisent pas la méthode scientifique. Cela signifie que la majeure partie de la population associe par erreur la pseudoscience à la psychologie, bien qu’en réalité, elles n’ont rien à voir entre elles. Les exemples sont des pratiques telles que le coaching, la PNL ou certaines parties de la psychanalyse.

psychologie et pseudoscience

Et enfin, une autre raison pour expliquer cette résistance qui existe au moment d’assumer les preuves de la psychologie est qu’elle peut être due au fait qu’elle implique directement l’être humain. En physique, en chimie ou dans d’autres sciences, les résultats ne « dérangent pas » les gens et sont facilement acceptés. Mais quand on parle de l’être humain, la situation est différente, parce que si les résultats vont à l’encontre des croyances intuitives, on essaie rapidement de résoudre ce conflit cognitif parce qu’il est plus facile d’ignorer les preuves présentées que de restructurer les croyances à son sujet.

La confusion sur le concept de la science ainsi que les pratiques pseudoscientifiques dérivées de la psychologie et l’implication de l’être humain en tant qu’objet d’étude sont les raisons les plus importantes qui génèrent le débat sur la question de savoir si la psychologie est une science.
Partager

Par conséquent, lorsqu’on demande si la psychologie est une science, la réponse est un OUI retentissant. Nous ne pouvons pas commettre l’erreur de ralentir le progrès scientifique en mettant des obstacles à cette discipline très importante pour se comprendre dans son ensemble.

A découvrir aussi