La prolifération des pseudosciences

12 avril, 2020
La prolifération des pseudosciences est dangereuse pour deux raisons fondamentales : elles suivent un but lucratif, et pire encore, elles jouent avec notre santé.

Dans un monde de plus en plus connecté et informé, il est difficile de croire que les pseudosciences comme le chamanisme ou l’homéopathie sont à l’ordre du jour. Certaines fausses croyances sont si courantes qu’elles imprègnent souvent même les médias qui se vantent d’une certaine rigueur scientifique.

Actuellement, la prolifération des pseudosciences augmente. Cela est dangereux non pas tant pour des raisons individuelles, car chacun est libre de croire en ce qu’il veut, mais pour le vrai danger que cela comporte pour notre santé, à la fois physique et psychologique.

Les différentes pseudosciences

Qu’est-ce qui est considéré comme une pseudoscience ?

Il y a un trait que toute pseudoscience a nécessairement en commun avec les autres. Elle ne répond pas à la méthode scientifique valable. Leurs arguments ne sont pas basés sur des théories et des expériences scientifiques. Mais plutôt sur des disciplines qui soutiennent leur efficacité en affirmant que leur application a fonctionné pour d’autres personnes.

Dans une enquête de la Fondation espagnole pour la science et la technologie (FECYT), les données obtenues étaient alarmantes. Environ 50% des personnes interrogées croyaient, par exemple, à l’efficacité de l’homéopathie. Cela ne peut évidemment que conduire à de graves répercussions sur la santé des gens.

En général, les déclarations présentées par les pseudosciences sont généralement :

  • Vagues
  • Contradictoires
    Exagérées
  • Faillibles

Elles n’ont pas de procédures d’étude et d’expérimentation systématiques. Souvent, elles ne prennent que les données scientifiques qui leur sont favorables. Il y a un exemple clair dans le développement mathématique de la Nouvelle Théorie Terraplanista, qui au 21ème siècle défend, encore une fois, que la Terre est plate.

D’autre pseudosciences populaires sont, par exemple, l’astrologie, la numérologie ou la crystalotherapy. Aucune d’entre elles n’utilise la méthode scientifique pour corroborer ses hypothèses et les transformer en théories. Les résultats n’ont pas été vérifiés.

Les pseudosciences au 21e siècle : le mouvement anti-vaccin

L’un des cas les plus dangereux de pseudoscience de notre siècle est le mouvement anti-vaccin. Les vaccins ont été l’une des avancées médicales les plus importantes de l’histoire humaine. Et nier leur efficacité est naïf et dangereux.

Chaque année, grâce aux vaccinations, deux à trois millions de décès sont évités. Par exemple, entre 2000 et 2010, la mortalité par rougeole a été réduite de 74%.

Cependant, une fausse étude publiée en 1998 a lié un vaccin à l’autisme. Bien que l’étude ait été scientifiquement discréditée peu de temps après, cela a alimenté les arguments de ceux qui s’opposaient à la vaccination de leurs enfants.

Le danger de ces déclarations est que bien qu’il semble que le seul affecté soit l’enfant non vacciné, la vérité est que les vaccins fonctionnent en groupe et non individuellement. Par conséquent, lorsqu’un nombre suffisant d’enfants cessent d’être vaccinés, l’immunité de l’ensemble de la société dans laquelle il se trouve est affectée.

D’autres pseudosciences qui nous accompagnent au quotidien

L’astrologie est une autre pseudoscience que nous consommons quotidiennement sans nous en rendre compte. Des émissions de télévision tôt le matin aux dernières pages des journaux. Ils ont tous une section pour l’horoscope ou des informations sur le tarot.

En ce sens, nous connaissons presque tous notre signe du zodiaque. Généralement, il est intéressant de penser que nos différentes personnalités sont déterminées par la constellation sous laquelle nous sommes nés. D’une certaine manière, cette inclination obéit à la propre idiosyncrasie de l’esprit humain.

Mais la vérité est que l’étoile dans laquelle vous êtes né n’a rien à voir avec votre façon de penser ou d’être, comme l’affirme l’astrologie. La génétique ou la façon dont nous avons été élevés, au contraire, en disent beaucoup plus sur qui nous sommes.

Comment combattre la pseudoscience

Le moyen le plus efficace de lutter contre les pseudosciences est l’information. Malheureusement, aujourd’hui, nous pouvons trouver des milliers de pages sur Internet avec une interface attrayante, apparemment technique et scientifique. Qui, finalement, ne sont qu’une autre fraude qui tente de vider nos poches.

Une étude menée par des chercheurs de l’Université George Washington publiée dans l’American Journal of Public Health affirme qu’il existe un grand nombre de messages malveillants et de fausses informations sur les réseaux sociaux sur les pseudosciences et leurs puissants effets.

Par conséquent, il est nécessaire d’apprendre à différencier de quelle source nous pouvons extraire des informations véridiques et adéquates et celles que nous devons rejeter.

Ainsi, il est important que cet exercice commence à l’école, où nous sommes encore excessivement vulnérables aux opinions des autres. Si nous ne développons pas un esprit critique suffisant depuis l’enfance, nous pouvons toujours l’acquérir plus tard. Cependant, plus nous prenons de temps pour le faire, plus nous sommes susceptibles de ne pas pouvoir résister à la fraude.

D’autre part, l’éducation doit toujours être accompagnée d’une législation cohérente qui pénalise ceux qui tentent de profiter de la souffrance d’autrui. En ce sens, les pires pseudosciences sont celles qui empêchent les gens de résoudre leurs problèmes avec des méthodes éprouvées et efficaces qui seraient, elles, d’une réelle aide.

Les effets des pseudosciences

La communauté scientifique a également beaucoup à dire à cet égard. Elle est la première à rejeter les articles prétendument scientifiques. Et à dénigrer les charlatans pseudoscientifiques des universités, des laboratoires et des conférences.

Les sciences réelles ou “sciences dures” doivent répondre de manière appropriée et mettre un terme à ces mouvements, car leur permettre de s’épanouir nuit à leur statut scientifique.

Mettre fin aux pseudosciences est, en fin de compte, la tâche de chacun. Ce n’est que lorsque nous y arriverons que nous accèderons à une véritable qualité de vie. Fondée sur la vérité et la liberté de choix.

 

  • M. Gardner (1981): La Ciencia, lo Bueno, lo Malo y lo Falso, Editorial Alianza, Madrid.
  • Ward, S. (2008): Global Journalism Ethics: Widening the Conceptual Base. Global Media Journal — Canadian Edition 1, 1, 137-149.