Traitement psychologique de l'autisme

31 janvier, 2020
Il existe de nombreux traitements de l'autisme qui n'ont pas de fondement scientifique. Ainsi, dans cet article, nous expliquons quels sont les traitements psychologiques les plus évidents et nous vous indiquons leurs principales caractéristiques.

On utilise actuellement plusieurs traitements auprès des personnes diagnostiquées comme touchées par l’autisme, qu’il s’agisse d’enfants ou d’adultes. Parmi ces traitements, certains ont une base scientifique solide et offrent de bons résultats.

D’autres ne sont pas aussi solides ou ne travaillent qu’avec des personnes ayant un profil très particulier. D’autre part, nous savons qu’un traitement psychologique efficace de l’autisme se fondera sur des preuves scientifiques. Il se doit d’être intégratif et holistique.

L’autisme a été officiellement reconnu au début des années 1940 par le psychiatre d’origine autrichienne Leo Kanner. Kanner a déjà parlé des caractéristiques souvent présentes dans l’autisme, telles que l’isolement, les problèmes de langage, la communication limitée ou l’obsession de l’invariance environnementale.

La définition de l’autisme reste controversée aujourd’hui.

Depuis quelques années, le terme “troubles du spectre autistique” (TSA) a été intégré pour englober un groupe plus large de troubles qui partagent des caractéristiques cliniques définissant un autisme plus classique.

L’autisme touche 10 à 15 personnes sur 10 000. Lorsque les sous-types plus légers et le syndrome d’Asperger sont inclus dans ces statistiques, la prévalence augmente à 57 personnes sur 10 000.

En termes de sexe, 4 personnes sur 5 sont des hommes, bien que les femmes aient tendance à être plus handicapées intellectuellement. Cela concerne 75% des personnes diagnostiquées autistes. En outre, 50% sont sourdes ou ont un langage très déficient.

Un enfant touché par l'autisme

Traitements psychologiques de l’autisme

De la pluralité des options thérapeutiques se dégage un fait de plus en plus consensuel : il n’existe pas de programme d’intervention unique valable pour toutes les personnes atteintes d’autisme, tout comme il n’existe pas d’approche thérapeutique unique valable pour le même sujet à différents moments de son développement.

Ce qui est clair, c’est que les interventions comportementales sont le traitement psychologique privilégié pour l’autisme. Elles se basent toutes sur une analyse comportementale appliquée pour préciser les besoins de cette personne, puis modifier les comportements pertinents.

Les hypothèses théoriques du traitement comportemental de l’autisme

  • Les principes de l’apprentissage sont universels et s’appliquent de la même manière aux personnes autistes et non autistes
  • Il n’est pas nécessaire de connaître l’étiologie de l’autisme pour appliquer des techniques comportementales (Lovaas, 1993). Ce fait contraste avec les théories qui se fondent sur des mécanismes supposés expliquer l’autisme
  • L’autisme est conçu comme un syndrome avec des déficiences et des excès de certains comportements. Bien qu’il existe une base neurologique, les comportements peuvent changer grâce à l’interaction avec un environnement programmé

Les objectifs généraux de l’intervention dans l’autisme sont les suivants :

  • Développer des compétences de communication. Cela permet aux patients de mieux comprendre les autres et de donner un sens à leurs relations et à leurs actions
  • Diminuer les comportements qui interfèrent avec ou entravent la stabilité émotionnelle et l’indépendance

Au cours des dernières années, différents programmes ont vu le jour. Ils se basent davantage sur des preuves empiriques. Parmi eux, on peut citer : l’analyse comportementale appliquée (Loovas, 1987 ; Simth et al., 2000), l’intervention comportementale naturaliste (Koegel et al., 1998) et le modèle pragmatique évolutif (Prinzant et Wetherby, 1998).

Traitement psychologique de l’autisme : analyse comportementale appliquée (Lovaas)

L’analyse comportementale appliquée (ACA) utilise les connaissances scientifiques sur l’apprentissage. Elle le fait pour développer des procédures d’enseignement pour l’acquisition de comportements socialement pertinents.

Imaginons que les interventions comportementales globales tentent d’instruire le sujet par une batterie de techniques pendant un certain temps. Cependant, les spécifiques cherchent à promouvoir certaines compétences par le biais d’une ou de quelques techniques. Les deux types d’intervention sont considérés comme étant aussi efficaces l’un que l’autre.

Les trois principes de base du modèle d’intervention ACA sont les suivants :

  • Analyse : les progrès s’évaluent sur la base des interventions enregistrées et se mesurent dans leur déroulement
  • Comportement : basé sur des principes scientifiques de comportement
  • Application : principes appliqués aux comportements observés

D’autre part, les éléments les plus courants des interventions globales sont :

  • Situation d’apprentissage contrôlée et structurée
  • Traitement visant tous les domaines de compétences et individualisé en fonction des déficits et des excès
  • Utilisation de procédures d’analyse comportementale appliquées
  • Un ou plusieurs thérapeutes effectuent le traitement
  • 34-40 heures par semaine
  • Sélection d’objectifs à court terme après un développement normal
  • Planification de la généralisation et maintien
  • Acquisition nécessaire de compétences pour en acquérir d’autres plus tard
  • Objectif prioritaire : l’apprentissage du langage
  • Utilisation de procédures d’apprentissage sans erreur
  • L’apprentissage par essais et erreurs entraîne une augmentation du négativisme, des troubles du comportement et du manque de motivation

Résultats des interventions mondiales

Les différentes études ont permis de conclure que l’analyse comportementale appliquée comme traitement de l’autisme donne des résultats dans les domaines suivants :

  • Accélération des taux de développement, avec une amélioration du QI d’environ 20 points. Des niveaux normaux peuvent être atteints
  • Amélioration du comportement adaptatif à la normalité
  • Disparition des traits autistiques – par exemple, comportements auto-stimulés, automutilation, stéréotypes, etc
  • L’acquisition du langage par une grande majorité d’enfants – généralement vers l’âge de cinq ans
  • Amélioration du comportement et des compétences sociales
  • Incorporation dans les écoles normales
  • Maintien des résultats pendant les années de suivi

Variables des interventions globales qui affectent l’efficacité

Des études sur les traitements comportementaux ont montré des données indiquant que certaines variables peuvent influencer l’efficacité du traitement :

  • Plus l’intervention commence tôt (avant l’âge de quatre ans), plus les chances d’intégration d’une école ordinaire sont grandes
  • Plus le traitement est intense, plus il est efficace. Bien qu’il puisse y avoir des besoins différents selon l’enfant
  • S’il y a des améliorations durant la première année, la deuxième année en connaîtra aussi. Il a été démontré que les progrès réalisés peuvent suivre le même rythme deux ans plus tard.
  • Il a été démontré que la thérapie comportementale est supérieure aux autres traitements
  • La qualité de la formation des instructeurs et des superviseurs des enseignants et des parents ne semble pas interférer avec les résultats. Dans certaines études, les professionnels impliqués n’étaient pas nécessairement des experts de l’autisme
  • Le meilleur maintien et la meilleure généralisation des résultats ont été obtenus lorsque les parents ont collaboré à l’intervention
  • Il faut baser le traitement sur la connaissance des caractéristiques psychologiques des personnes atteintes de troubles autistiques

Traitement psychologique de l’autisme : interventions spécifiques

De nombreuses études ont utilisé des interventions comportementales pour établir les conditions d’apprentissage les plus élémentaires jusqu’aux comportements les plus complexes comme le langage.

D’autre part, l’une des conclusions les plus importantes dans le contexte de l’intervention comportementale dans l’autisme est la suivante : moins les comportements sont perturbateurs (comme l’autostimulation), plus les possibilités d’apprentissage sont grandes.

En ce sens, deux faits ont été constatés dans les recherches :

  • Lorsqu’un enfant autiste se voyait interdire un item, ses réponses étaient réparties entre les autres items
  • En diminuant les comportements perturbateurs, les enfants augmentent la probabilité d’un apprentissage discriminatoire

La recherche s’est intéressée à la manière dont les comportements perturbateurs sont maintenus : par un renforcement négatif, un renforcement positif ou l’absence d’autres stimuli.

La principale conclusion des études est que, pour réduire les comportements perturbateurs, les procédures directement axées sur le retrait ou la diminution de ces comportements ne sont pas suffisantes. L’une des stratégies les plus efficaces pour éliminer ces comportements est le renforcement différentiel d’autres comportements.

Les interventions spécifiques se basent sur des techniques concrètes. Elles se concentrent sur l’enseignement des compétences sociales, du langage, de la lecture, des compétences académiques, etc.

Traitement psychologique de l’autisme : intervention comportementale naturaliste (Koegel et al., 1998)

Plusieurs études actuelles basées sur des interventions comportementales utilisent une approche plus “naturaliste” axée sur le développement. Cela fait une grande différence par rapport aux interventions plus traditionnelles basées sur l’ACA (analyse comportementale appliquée).

Par exemple, les interventions que l’on a le plus récemment développé pour les enfants d’âge préscolaire se mènent dans des environnements naturels et socialement interactifs.

Pendant les jeux et les routines quotidiennes, les stratégies dans lesquelles l’enfant dirige la situation d’enseignement s’incluent déjà dès le début de l’intervention.

Ces interventions, qui se basent sur des méthodes empiriquement éprouvées, dérivent à la fois des principes du comportement d’apprentissage et de la science du développement.

L’enseignement naturaliste est une réponse aux difficultés des méthodes traditionnelles d’intervention, basées sur des essais discrets de généralisation de l’apprentissage.

Toutes les approches (enseignement incidentel ; formation à la réponse pivot ; enseignement du milieu ; enseignement du langage naturel, etc.) ont été développées dans l’intention de parvenir à une approche plus naturaliste ; ainsi, l’objectif est d’améliorer le développement du langage et de la communication des enfants autistes.

Ces interventions se basent, en partie, sur les principes et les processus interactifs qui découlent des modèles de développement, ACA, et de l’importance de l’interaction entre parents et enfants.

Comment traiter l'autisme chez les enfants ?

Traitement psychologique de l’autisme : le modèle pragmatique de l’évolution (Prinzant & Wetherby, 1998)

Ce modèle se caractérise par une approche éminemment pragmatique et sociale du développement. Il souligne la nécessité de se concentrer sur le langage préverbal et verbal, ainsi que sur les compétences de communication fonctionnelle.

En outre, il comprend des travaux visant à réduire les difficultés d’imitation, ainsi que les particularités du traitement sensoriel, qui doivent être prises en compte et travaillées.

De même, on met l’accent sur le contexte sociopragmatique naturel. La participation de la famille est nécessaire et l’inclusion des pairs, recommandée.

Cela se fait par la construction de l’intentionnalité, la prise de quart, l’attention partagée et les compétences d’initiation à la communication ; on tente également d’élargir le répertoire des fonctions, en plus des fonctions instrumentales, dans des contextes naturels.

 

Wing, L. (2011). El autismo en niños y adultos: una guía para la familia. Barcelona: Ed. Paidós Ibérica.