La personne qui vous a fait du mal ne peut pas être celle qui vous aidera à aller mieux

16 avril 2018 dans Couple 0 Partagés
femme

Gardez bien cela à l’esprit. La personne qui vous a brisé ne peut pas recoller tous vos morceaux. Ne commettez pas cette erreur, ne pensez pas que cette personne pourra vous aider à aller mieux, à surmonter tout ce mal, à éliminer la douleur.

Ne retombez pas si cette relation vous fait du mal, ne retombez pas par peur d’être seul, par peur de ne pas savoir avancer dans la vie sans cette personne à vos côtés. Car les relations dysfonctionnelles, si l’on ne les travaille pas de la façon adéquate, ne se transforment pas du jour au lendemain à coups de baguette magique.

Souvenez-vous que, quand vous avez éclaté en mille morceaux, votre esprit s’est empli d’arguments en faveur d’une vie sans cette personne. Vous aviez mal, vous aviez des raisons de vouloir être à ses côtés mais vous vouliez vous convaincre que sa compagnie n’était pas la meilleure chose pour vous et votre vie.

femme triste allongée

Tout ce que nous fuyons est condamné à se répéter

Le temps passe et les conflits se répètent. Les humiliations, le doute, la douleur d’une blessure mal cicatrisée. Tout ce que nous fuyons et ne résolvons pas est condamné à se répéter. Freud a établi une théorie sur ce fait en 1920 dans son livre Le principe du plaisir, lui donnant alors le nom de compulsion à la répétition.

Cela signifie que les personnes ont tendance à buter sur la même pierre (chacun ayant sa pierre personnelle, bien sûr). Par conséquent, quand notre pierre est l’établissement d’un type de relation, nous retombons dans ce même schéma de façon systématique.

Le fait que la pierre sur laquelle nous trébuchons ait un “nom de personne” ou représente un “style de personne” signifie que nous avons tendance à nous lier de la même façon, à générer des dépendances émotionnelles, à chercher l’amour d’une façon déterminée et, très souvent, dans une personne concrète.

Ainsi, nous faisons souvent face à des problèmes similaires alors que nous nous trouvons à des étapes différentes de nos vies. Pourquoi? Parce que tout ce que nous fuyons est condamné à se répéter. Si nous ne réfléchissons pas, si nous ne remettons pas en question nos décisions ou notre manière de nous lier aux autres, nous sommes condamnés à commettre indéfiniment les mêmes erreurs.

souffrance

“Il est toujours nécessaire de savoir quand se termine une étape de la vie. Si tu insistes à vouloir rester en elle au-delà du temps nécessaire, tu perds la joie et le sentiment du reste. Il faut fermer des cercles, ou fermer des portes, ou fermer des chapitres, comme tu voudras le nommer.

L’important est de pouvoir les fermer, et laisser aller les moments de la vie qui se clôturent.

Nous ne pouvons pas être dans le présent en regrettant le passé. Ni même en nous demandant pourquoi. Ce qui s’est passé, est passé, et il faut le lâcher, il faut s’en détacher.

Nous ne pouvons pas être éternellement des enfants, ni des adolescents tardifs, ni des employés d’entreprises inexistantes. Les faits passent et il faut les laisser partir !”

Paulo Coelho

Quand quelque chose se brise à l’intérieur de nous, plus rien n’est comme avant

Quand nous nous brisons en mille morceaux, quand nous ressentons une douleur très intense au fond de nous, nous aspirons à la stabilité, au bien-être que cette personne nous faisait ressentir lorsque nous étions à ses côtés. L’incertitude nous convainc que “nous allions mieux en étant accompagnés”.

Evidemment, ces relations de dépendance ont un passé construit sur un style d’attachement dysfonctionnel ; or, il s’agit d’une chose que l’on peut changer grâce à la ré-élaboration continue que nous offrent nos expériences et réflexions.

Le changement se construit en formant de nouveaux liens d’attachement et en en supprimant d’autres. Si les expériences sont très différentes et significatives, le propre contenu des représentations, des stratégies et des sentiments parvient à changer la tendance consistant à chercher des relations basées sur la dépendance.

tableau d'une femme

Soigner nos failles émotionnelles ne dépend que de nous-mêmes. La tâche consistant à nous reconstruire nous appartient; personne n’a le pouvoir ou la responsabilité de le faire pour nous. Nous devons bien être conscients que tout processus de changement passe automatiquement par de la douleur et des efforts.

Réussir à dire adieu à une personne ne signifie pas reculer; cela signifie séparer ce qui nous enrichit de ce qui nous use, nous concentrer sur notre valeur et cesser de poursuivre les miettes d’un amour qui n’est pas sain pour nous. 
Partager

Nous détacher de la douleur nous aide à alimenter notre auto-estime

Nous détacher de tout ce qui implique de l’égoïsme, des intérêts et des absences injustifiées nous aidera à commencer une nouvelle étape, à semer des graines et à récolter des fruits pour notre auto-estime et pour grandir sur le plan émotionnel.

Nous éloigner des liens qui nous ont fait du mal signifie nous libérer, grandir et commencer une nouvelle vie. Une nouvelle vie qui nous sera propre, qui évoluera à partir d’un oxygène psychologique permettant le développement d’une atmosphère fertile.

Recouvrir la douleur de terre n’est pas la garantie d’une prospérité dans la relation. Il faut parfois faire disparaître les points de suspension d’une histoire pour les remplacer par un point final. Cet adieu implique de changer pendant une période de temps indéterminée.

Ceci peut nous angoisser mais les conséquences de cet acte ne seront autres que la reconstruction de notre être et l’harmonie interne. Il s’agit d’être honnêtes et exigeants avec nos compagnies émotionnelles. Ce n’est pas toujours facile mais c’est toujours nécessaire.

A découvrir aussi