La merveilleuse histoire de Joanne Greenberg

3 octobre 2018 dans Psychologie 0 Partagés

Nous connaissons l’histoire de Joanne Greenberg grâce à sa merveilleuse autobiographie publiée en 1964. Elle fut en outre reprise au cinéma dans le film : Jamais je ne t’ai promis un jardin de roses. Au-delà du drame puissant qu’elle y exposa, son témoignage fournit un exemple concret et vérifiable d’une guérison de la schizophrénie.

La psychiatrie considère la schizophrénie comme un trouble mental incurable. Elle est même appelée le « cancer de l’esprit ». Il n’existe en fait aucun traitement efficace pour éliminer les symptômes. La psychiatrie biologique propose par ailleurs des médicaments dont l’efficacité est somme toute limitée.

 « (…)  expérimenter la réalité était souffrir d’un ennui aussi infini que la maladie elle-même … L’ennui de la folie était un grand désert, si grand que la violence ou l’agonie de quiconque semblait une oasis ».

-Joanne Greenberg-

L’histoire de Joanne Greenberg est donc une étape prometteuse. Son cas est entièrement documenté. Elle fut diagnostiquée schizophrène lorsqu’elle était presque une enfant. Son cas pouvait être considéré comme sérieux. Il comprenait des hallucinations visuelles et auditives ainsi qu’un réseau complexe de ruptures avec la réalité. Elle parvint à guérir complètement grâce à un traitement reposant sur la parole.

Le début de l’histoire de Joanne Greenberg

L’histoire de Joanne Greenberg commence en 1932, aux États-Unis. Elle souffrait de certains problèmes physiques qui la conduisirent d’hôpital en hôpital. Elle dut supporter des traitements sévères et douloureux. Joanne Greenberg commença donc à créer son propre monde et à y rester .

histoire de Joanne Greenberg

Joanne parle d’un « quatrième niveau ». Ce dernier correspond au royaume de Yr. Il dispose de son propre temps, sa propre logique et même son propre langage. Il s’y trouve un dieu noir et une série de personnages sinistres qui parlent à Joanne et l’avertissent du mal du monde. Ils sont également parfois insidieux et la tourmentent avec des menaces et des avertissements de dangers.

Joanne Greenberg reçut un diagnostic de schizophrénie en raison de son incapacité à distinguer ce qui est dans sa tête du monde réel. À 16 ans, son père l’emmène dans un hôpital psychiatrique. Elle y rencontre la personne qui changerait sa vie : Frieda Fromm-Reichmann. Cette dernière avait été disciple de Freud en personne. Elle avait une conviction inébranlable : aucun patient, même très perturbé, n’était inaccessible à la psychothérapie.

Un long processus thérapeutique

La psychothérapeute Frieda Fromm-Reichmann avait épousé Erich Fromm, qui avait été son patient. Elle continua de suivre les postulats humanistes de ce dernier malgré leur divorce. Elle était convaincue que la schizophrénie pouvait également être guérie à travers la parole dans un espace thérapeutique.

Cette psychanalyste engagea un dialogue global avec Joanne. Elle l’interrogea et s’enquit de sa vie dans le but que Joanne verbalise les événements douloureux qui eurent lieu dans sa vie. Elle chercha principalement à mettre en lumière les souvenirs refoulés, ce qui se situe derrière « l’oubli ».

Toute l’histoire de Joanne Greenberg et son processus thérapeutique avec Frieda Fromm-Reichmann est présent dans le roman Jamais je ne t’ai promis un jardin de roses. Il s’agit là d’une expression littérale. La psychanalyste l’utilisa lorsque Joanne commença à remplacer son monde mental par le monde réel. Elle y rencontra des injustices et regrettait avoir abandonné le royaume de son imagination. La réponse que Frieda lui donna fut alors cette phrase.

Le témoignage de ce cas : la schizophrénie guérie par la psychothérapie

Ces deux femmes, Joanne et Frieda, ont donc défié les vérités de la psychiatrie. Joanne guérit complètement. Du point de vue psychanalytique, personne ne peut être qualifié de « normal » au sens strict. Joanne atteignit cependant ce que nous appelons communément la normalité : se prendre elle-même en charge. Étudier, tomber amoureuse, se marier. Parfois, être heureuse et parfois non.

L’un des plus beaux passages du livre dit la chose suivante : « Être bien ne veut pas dire que ta vie sera ensuite un jardin de roses. (Tu dois) profiter de ton jardin de roses lorsqu’il est en fleur et le considérer calmement à d’ autres moments ». Frieda murut avant de conclure complètement la psychanalyse. Mais Joanne était déjà sortie de l’hôpital psychiatrique, étudiait à l’université et essayait d’avoir une vie autonome.

Joanne Greenberg

Frieda ne permit jamais que Joanne soit traitée avec des médicaments. Ce fut un véritable défi pour la psychiatrie, d’où elle est très bien sortie. Joanne, selon son témoignage, est la preuve que la schizophrénie peut être soulagée. Ceci a cependant généré de grandes controverses. Les plus attachés au concept selon lequel la maladie mentale équivaut à la maladie du cerveau ont systématiquement refusé d’accorder à ce processus le crédit qu’il mérite.

Quoi qu’il en soit, l’histoire de Joanne Greenberg est un superbe témoignage d’espoir. Une référence qui ne devrait pas être négligée par ceux qui se soucient vraiment de l’esprit humain et comprennent qu’il n’existe finalement aucune limite imaginable.

A découvrir aussi