La liberté d’expression

18 janvier 2020
La liberté d'expression signifie que tous les êtres humains ont le droit de manifester, sans être harcelés. D'autre part, nous parlons d'un droit qui rencontre des limites lorsqu'il entre en conflit avec d'autres droits.

Pour que la démocratie, le dialogue et le développement puissent s’épanouir, nous avons besoin d’un élément essentiel : la liberté d’expression. Un droit universel dont tout le monde devrait jouir. Ainsi, tous les êtres humains doivent avoir le droit de s’exprimer librement.

Selon l’Organisation des Nations Unies (ONU), la liberté d’expression est un droit humain qui s’inscrit dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Selon cet article :

« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

L’objectif de cet article est d’analyser ce droit, qui est reconnu dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme, dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et détaillé dans le Comité des droits de l’Homme. Nous soutenons que la liberté d’expression est le fondement de toute société démocratique.

Une chaîne qui se brise représentant la liberté d'expression

Qu’est-ce que la liberté d’expression ?

La liberté d’expression implique que tous les êtres humaines ont le droit de s’exprimer, sans être harcelés, et que chacun doit pouvoir accéder à l’information et la transmettre sans obstacles.

Ainsi, ce droit est lié à la liberté de la presse, que nous définissons comme « la transmission d’informations par les médias sans aucun contrôle préalable de l’Etat ».

Par conséquent, la liberté d’expression protège :

  • Toute opinion politique, ainsi que religieuse, scientifique, morale ou historique
  • Toute forme d’expression, telle que la parole et l’écrit, les images, le langage des signes et les objets artistiques
  • Tout moyen de diffusion. C’est-à-dire les journaux, les affiches, les vêtements, les plaidoiries devant les tribunaux, etc
  • Toute opinion ou idée d’intérêt pour les personnes concernant leurs affaires personnelles et publiques, les droits de l’Homme, le journalisme, l’expression culturelle et artistique, la pensée religieuse et politique

Quelles sont les conditions nécessaires à l’exercice de ce droit ?

Pour qu’il y ait une liberté d’expression réelle et effective, il faut donner aux gens les moyens de s’exprimer :

  • S’exprimer et donner leur avis sur toute question, par tout moyen
  • S’informer, recevoir et diffuser l’information. Sans information, le droit de s’exprimer librement ne peut s’exercer
  • Accéder aux informations de l’Etat. Ces informations sont indispensables à l’exigence de politiques efficaces, à la défense des droits de l’Homme et à la lutte contre la corruption
  • Il doit y avoir des médias diversifiés et indépendants. Le monopole ou l’oligopole de l’information conspire contre l’égalité des chances, la diversité et la pluralité
  • Protection efficace des journalistes, en évitant toute forme de pression directe ou indirecte
  • Liberté académique (pour les étudiants, les enseignants et les chercheurs), de rechercher, transmettre et développer librement les connaissances.La défense d’un modèle de libre pensée interdit l’endoctrinement

En outre, nous devons souligner que la liberté d’expression protège également le droit à l’objection de conscience lorsque nous prenons la parole. Par exemple, par rapport à une idéologie considérée comme officielle dans la législation ou à différentes obligations. Comme le service militaire.

Le concept de censure

Les régimes non démocratiques menacent souvent la liberté d’expression. Ils utilsent différents outils de censure, définis comme l’utilisation du pouvoir pour contrôler la liberté d’expression. La censure peut être explicite (dictée par la loi) ou moins évidente (par exemple, les tabous sociaux).

Ainsi, l’une des façons les plus radicales de restreindre la liberté d’expression est la censure préalable de certains contenus avant leur publication.

L’expression n’a pas à être soumise à une censure préalable, bien qu’elle puisse être réglementée avec une responsabilité ultérieure : on ne peut pas empêcher une personne de s’exprimer, bien qu’elle puisse être pénalisée pour ses messages.

Le manque de liberté d'expression sous forme de dessin

Les limites à la liberté d’expression

Par conséquent, nous constatons que le droit à la liberté n’est pas un droit absolu et que la législation peut interdire à une personne d’inciter au crime ou à la violence ou de présenter des excuses pour la discrimination et la haine. Ainsi, la liberté d’expression est limitée lorsqu’elle entre en conflit avec d’autres droits ou valeurs des individus.

A ce stade, nous devons souligner les difficultés que pose la conception de la frontière entre l’expression légitime et non légitime. Elle vise à protéger la dignité et les droits de l’Homme contre ces frontières aux caractéristiques autocratiques qui cherchent à limiter notre droit de nous exprimer librement.

 

  • Berlin, Isaiah (2004) « Dos Conceptos de Libertad ». En Sobre la Libertad. Ed. H. Hardy, y Trad. J. Bayón, 205-255. Madrid: Alianza Editorial.
  • Habermas, Jürgen (2010) « The concept of human dignity and the realistic utopia of human rights » Methaphilosophy v. 41-4, pp. 464-480.
  • Nussbaum, Martha C. (2007) Las Fronteras de la Justicia. Trad. Ramón Villa Vernis y Albino Santos Mosquera. Barcelona, Paidós.