La jalousie infantile : symptômes et stratégies

15 décembre, 2020
La jalousie infantile est une source de souffrance pour les plus petits et aussi pour les parents, tuteurs, amis, etc. Si elle est présente depuis longtemps, elle peut même éroder considérablement les relations.

Il était une fois un enfant qui se sentait au centre de l’univers. Toute l’attention de ses parents était dirigée vers lui… Et lui seul. Pourtant, un beau jour, le petit garçon a reçu ce qui n’était pas une bonne nouvelle pour lui : il allait avoir un petit frère. Il n’était pas du tout amusé. Heureusement, ses parents ont vite appris qu’ils devaient travailler sur la jalousie infantile avec leur fils aîné.

Malheureusement, après un certain temps, les parents ont été submergés par le problème et la jalousie de l’enfant est devenue chronique et même accrue. Pour cette raison, la relation du garçon avec son frère s’est aggravée et, petit à petit, toute la famille a été submergée par la situation.

Le problème vous semble-t-il familier ? C’est une situation qui se produit plus souvent qu’on ne le pense et qui est capable de générer une bonne dose de souffrance. Et pas seulement à cause de l’arrivée d’un jeune frère ou sœur. Les raisons à l’origine la jalousie infantile peuvent être très variées.

Alors, comment devons-nous agir ? La jalousie infantile peut être justifiée ou non, mais elle est là et elle est réelle. Par conséquent, il convient de faire un travail de prévention afin d’éviter son apparition.

Si elle est déjà là, observez les causes, analysez les symptômes et, si besoin est, solliciter l’aide d’un spécialiste. Avant de parler de stratégies, essayons de mieux comprendre ce qu’est la jalousie infantile.

La jalousie est liée à la frustration.

Qu’est-ce que la jalousie infantile ?

La jalousie désigne un état subjectif qui provoque un sentiment de frustration. Ce sentiment peut aussi concerner les animaux de compagnie. L’individu jaloux ressent un manque de correspondance.

La jalousie peut ne pas être justifiée. L’enfant peut continuer à recevoir la même attention qu’auparavant, encore plus que son frère. Cependant, dans l’esprit de la personne qui en souffre, la souffrance est réelle. Elle peut être due à un trouble clinique nécessitant des soins spécialisés.

Dans le cas des enfants, l’envie et le ressentiment peuvent être très marqués. Quoi qu’il en soit, il s’agit toujours d’une distorsion cognitive qui, à terme, pourrait avoir des conséquences néfastes.

La jalousie infantile envers les frères et sœurs

C’est une cause très fréquente chez les enfants. Elle est généralement produite par des facteurs environnementaux et évolutifs et elle peut être pertinente. Les facteurs peuvent aussi être génétiques : il peut donc y avoir conséquences à l’âge adulte.

La jalousie infantile évolutive

Elle dépend du moment évolutif de l’enfant. Entre 2 et 5 ans, la jalousie infantile est critique, car si elle naît pendant la phase d’attachement, la situation devient particulièrement sensible.

Les caractéristiques paternelles

Le style éducatif des parents ou des tuteurs de l’enfant à la maison est également un facteur important à considérer dans l’apparition et le développement de la jalousie chez les enfants. Tout comme l’est le climat familial.

Les facteurs environnementaux

L’environnement de l’enfant, et pas seulement son environnement familial, joue un rôle important. Ses propres expériences, sa capacité à socialiser, sa tolérance, ses éventuelles carences émotionnelles… Tout influence la jalousie infantile.

Les symptômes de la jalousie infantile

Il existe différents indicateurs qui peuvent nous montrer que nous avons affaire à un enfant jaloux, que ce soit fondé ou non. Les facteurs les plus courants sont les suivants :

  • Des sautes d’humeur non justifiées.
  • Des signes de mal-être comme des pleurs non motivés.
  • L’apparition de nouveaux comportements tels que le pipi au lit ou le manque d’appétit.
  • Les modifications de l’expression gestuelle et verbale.
  • Une attitude négative, têtue et ayant des difficultés à obéir.
  • Un déni systématique de ses propres erreurs et une tendance à blâmer les autres.

“Celui qui est jaloux n’est jamais jaloux de ce qu’il voit ; ce qu’il imagine suffit.”

Jacinto Benavente

Un petit garçon jaloux de son frère.

Les stratégies pour travailler la jalousie infantile

Lorsque nous travaillons sur la jalousie infantile, il faut envisager diverses stratégies. Les points les plus importants sont les suivants :

  • L’origine de la jalousie. Il faut bien connaître l’enfant et sa situation. Connaissant l’origine de la jalousie, il est possible d’agir en conséquence.
  • L’implication de tous les acteurs. Une fois la jalousie identifiée, la ligne directrice à suivre est fixée et devra être suivie par les personnes qui interagissent avec l’enfant.
  • L’abandon d’un éventuel traitement préférentiel. S’il y a plusieurs enfants dans la famille, il faut à tout prix éviter un traitement préférentiel pour l’un d’entre eux.
  • Le renforcement positif. Le renforcement positif met en évidence les réussites et ne met pas trop l’accent sur les points négatifs.
  • Le retrait de l’attention des comportements jaloux. À savoir les crises de colère, la désobéissance volontaire, etc.
  • Le renforcement des activités familiales et jeux de groupe.
  • Le calme. Il est important de réagir calmement aux épisodes de jalousie. Il faut éviter autant que possible les cris stridents et les récriminations.
  • Les privilèges. Lorsque l’enfant se focalise sur les aspects négatifs, parlez-lui des points positifs.

Travailler la jalousie infantile est important car, comme nous l’avons dit, elle continue d’être une source de souffrance et une source d’érosion pour les relations interpersonnelles. Si la situation devient incontrôlable, il convient de s’adresser à un professionnel pour planifier avec lui une intervention adéquate.

Dalloz. D. (2003). Los celos. Madrid: Ediciones Internacionales Universitarias.

Polaino-Lorente. A. (1991). Hijos celosos. Barcelona: Ediciones CEAC.