La dyslexie, c’est quoi ?

15 décembre 2015 dans Psychologie 12 Partagés

Ce qui est certain c’est que lorsque l’on annonce à des parents que leur enfant souffre d’une maladie, d’un trouble ou autre, leur première réaction se traduit par un véritable choc.

Souvent, l’amour que l’on ressent pour son enfant ainsi qu’une méconnaissance de la maladie dont nous parle le spécialiste, peuvent nous faire voir le problème de façon démesurée.

Cependant, parfois, ces obstacles peuvent représenter de grandes opportunités pour nous, parents, et pour nos enfants…

C’est pour cela que nous souhaitons parler aujourd’hui de dyslexie, car il est important que vous ayez conscience que si votre enfant ou vous-même en souffrez, il ne faut pas se mettre de barrières.

En effet, vous pourrez obtenir tout ce que vous souhaitez et si vous en doutez, sachez que le fondateur d’IKEA est dyslexique… et bien d’autres !

Qu’est-ce que la dyslexie ?

Les premières descriptions de la dyslexie remontent à environ plus de cent ans.

Depuis, les débats se sont enchaînés quant à la définition exacte, le diagnostic et le traitement de ce trouble.

À ce jour, la définition la plus adéquate est la suivante (Association Internationale de la Dyslexie, 2002) :

Difficulté spécifique d’apprentissage, d’origine neurobiologique, qui se caractérise par des difficultés à reconnaître de façon précise et fluide les mots, et par des problèmes d’orthographe et de décodage. Ces difficultés engendrent un déficit du composant phonologique“.

Il ne s’agit pas d’une maladie, il n’existe donc pas de traitement pour y remédier.

Le cerveau d’un dyslexique présente des différences. En effet, certaines zones du cerveau (particulièrement la zone temporale supérieure de l’hémisphère gauche, responsable du processus phonologique et la zone occipito-temporale, chargée de former les représentations visuelles des mots) fonctionnent différemment.

On pense que ce trouble est dû à une anomalie de fonctionnement au niveau de certains gènes, au moment du développement embryonnaire.

Luz Rello et la dyslexie

Luz Rello souffre de dyslexie et elle est experte dans le domaine. Grâce à elle, il existe aujourd’hui une nouvelle application appelée “Piruletas”, qui consiste en une série d’exercices et de jeux pour aider les personnes qui ont des difficultés.

Grâce à cet exercice, l’orthographe semble s’améliorer de façon notable !

Voici également DysWebxia, une application permettant d’adapter des textes à des personnes dyslexiques. Ainsi, les enfants peuvent lire plus rapidement.

Le blog espagnol “Mis disléxicos”

María a créé ce blog il y a deux ans avec l’aide de sa fille. Comme elle l’affirmait elle-même : “j’étais désespérée, stressée et je voulais me libérer, convaincue que seuls les membres de ma famille liraient ce blog” … María a 6 enfants, et tous sont dyslexiques.

Mais à sa plus grande surprise, les vues se sont multipliées et de nombreuses mères d’enfants atteints de dyslexie ont visité son blog.

Son fils aîné étudie aujourd’hui l’ingénierie des télécommunications : voilà un bien bel exemple de ce que vous pouvez accomplir, même si vous êtes atteint de dyslexie.

Captura de pantalla 2015-12-15 a las 18.37.15

Quelques recommandations pour les personnes dyslexiques

– La meilleure façon d’aider un enfant dyslexique est de lui donner les bons outils pour compenser les difficultés qu’il a lorsqu’il se confronte à des mots.

Ces outils doivent lui redonner confiance en lui et du courage pour surmonter ce petit obstacle et aller de l’avant.

– Plus vous détectez tôt que votre enfant à des difficultés, mieux il pourra travailler sur ce trouble et générer les outils nécessaires.

Les parents doivent rester calmes et ne pas surdimensionner le problème, ni fermer les yeux en le sous-estimant.

Il est essentiel d’avoir conscience qu’il faut agir en cas de doute, car si le problème est confirmé et bien présent, il ne disparaîtrait pas tout seul.

– Agissez conjointement avec les personnes impliquées dans l’éducation de votre enfant : professeurs, membres de votre famille ; tous peuvent et doivent s’impliquer. Il faut agir tôt pour pouvoir observer rapidement des résultats.

Les limites se trouvent seulement là où vous les placez …

Steven Spielberg, Patrick Dempsey (alias “Docteur Mamour” dans Grey’s Anatomy) ou encore le fondateur d’IKEA sont dyslexiques !

Le beau Patrick Dempsey avoue : “Il m’est difficile de lire les scripts… Mais je ne baisse jamais les bras“. Voilà comment l’acteur parvient à faire chavirer nos coeurs à travers l’écran !

Terminons cet article avec une phrase de Luz Rello, qui, je l’espère, vous aidera : “Le collège est l’étape la plus difficile pour une personne dyslexique. Mais un jour, tout sera terminé. Courage ! Après le collège tu pourras étudier où tu voudras, être qui tu veux et utiliser tous les outils dont tu as besoin“.

A découvrir aussi