La dépression infantile : les interventions les plus efficaces

24 octobre 2019
La dépression infantile est une triste réalité. Il est important de prendre conscience du fait que ce syndrome clinique peut également toucher les plus jeunes. Dans cet article, nous vous présenterons certains des traitements psychologiques les plus efficaces pour soigner la dépression infantile.

La dépression n’est pas une catégorie de diagnostic réservée aux adultes. Malheureusement, les enfants peuvent également en souffrir. Il est donc important de réaliser un bon diagnostic différentiel afin d’être capable d’identifier tout trouble du comportement pouvant s’apparenter à ce trouble psychologique de la dépression infantile.

Lors de l’enfance, la dépression s’apparente généralement à l’irritation plus qu’à la tristesse. Elle s’accompagne également souvent de troubles du sommeil.

La dépression infantile a la même prévalence chez les deux sexes. En revanche pendant la période relative à l’adolescence et jusqu’à l’âge adulte, les filles sont globalement plus touchées.

Les facteurs se cachant derrière une dépression infantile sont variés et, pour développer le trouble, aucun ne se sert à lui même. La combinaison de variables génétiques ou héréditaires ainsi qu’un environnement dysfonctionnel contribuent également à favoriser son apparition.

Si certains des parents ont souffert ou souffrent d’une dépression, il est beaucoup plus probable que l’enfant en souffre à son tour. Les exigences scolaires, extra scolaires et les ordres autoritaires et contradictoires sont également des facteurs de risque.

Dans cet article, nous vous présenterons plus en détail certains des traitements psychologiques les plus efficaces sur lesquels nous pouvons compter pour lutter contre le dépression infantile. La bonne nouvelle est que la population infantile peut bénéficier de l’aide adulte et de certaines démarches psychologiques. Nous pouvons donc être très optimistes quant à leur guérison.

Un petit garçon touché par la dépression infantile

 

Traitements contre la dépression infantile

Dans le cas de la dépression adulte, les thérapies pharmacologiques tout comme les thérapies psychologiques ont démontré de bons résultats. Ce sont donc des alternatives de premiers choix pour traiter les adultes. Chez les enfants et les adolescents, on n’a recours qu’à la thérapie psychologique qui peut compter sur un fort soutien empirique. La thérapie comportementale est la plus utilisée.

Chez les enfants, les médicaments sont moins efficaces que chez les adultes et ils provoquent davantage d’effets secondaires.

Ci-après, vous découvrirez certaines des thérapies existantes pour traitement la dépression infantile.

La thérapie d’auto-contrôle de Stark

Elle se base sur le modèle de Rehm selon lequel la dépression est due à des défauts dans les processus d’auto-observation, d’auto-valoration et d’auto-administration des contingences. Par l’emploi de cette thérapie, l’objectif de l’enfant serait de sélectionner et d’enregistrer les activités agréables qu’il vit, d’évaluer son humeur et de focaliser son attention sur les conséquences différées de tout cela (non pas sur les conséquences immédiates). Il est important d’apprendre à l’enfant à se féliciter lui-même pour ses victoires et à les valoriser de manière réaliste.

Programme d’auto-modélisation pour la dépression infantile et adolescente de Kahn

Il s’agit d’enregistrer une vidéo du comportement typique de chaque enfant en matière de dépression au cours d’une période de référence. On sélectionne ensuite un ensemble de comportements incompatibles avec la dépression (comportements verbalisés ou non). L’enfant doit effectuer ces comportements incompatibles et se filmer. On visualise ensuite la vidéo et on permet à l’enfant de voir comment il agit de manière positive.

Entraînement de l’augmentation des contrôles primaire et secondaire (PASCET en anglais) de Rothbaum

C’est un traitement cognitif comportemental basé sur le modèle des 2 processus de contrôle. Le premier processus de contrôle est destiné à modifier les conditions objectives de la vie de l’enfant. Le second processus permet de changer tout ce qui est subjectif ; les croyances par exemple. Les composantes de cette thérapie sont des activités agréables, le contrôle de soi, la restructuration cognitive et la relaxation progressive.

Programme « Emotion, Action, Conduite » (PEAC) de Mendez pour guérir la dépression infantile

Ce programme inclut 3 composantes principales : l’éducation émotionnelle, les activités agréables et la restructuration cognitive. En fonction de l’analyse fonctionnelle du cas particulier, on peut ajouter d’autres procédés tels que l’hygiène du sommeil ou la résolution des problèmes. Ce programme se développe au travers de jeux en groupe tels que « les charades émotionnelles » ou des fiches d’activité telles que « le gâteau des sentiments ». La participation des parents à cette thérapie est essentielle. Ils peuvent agit en tant que professionnels ou co-thérapeutes mais également en tant que patients. C’est un traitement qui n’envisage absolument pas le recours à des médicaments.

Cours d’affrontement de la dépression de Lewinsohn

C’est un traitement conçu pour les adolescents entre 13 et 18 ans. C’est une thérapie qui s’effectue généralement en groupes de 10 adolescents mais qui peut également s’appliquer de manière individuelle. L’objectif est d’enseigner des techniques de renforcement positives et de pousser le jeune à remplacer ses pensées destructrices par des pensées constructives. Certaines composantes de cette thérapie sont : le contrôle de soi, les habilités sociales, les activités agréables, la relaxation, la restructuration cognitive, la résolution des conflits, la communication, le maintien des réussites et la participation des parents.

Thérapie cognitive comportementale de Brent pour adolescents

C’est une thérapie qui se mène dans le style Beck. On y présente aux adolescents l’importance des compétences sociales et de la communication. L’éducation émotionnelle est également très importante. On emploie le « thermomètre des sentiments » pour mesurer tout cela. La composante de résolution des problèmes est également très importante.

La dépression infantile chez une fillette

 

Conclusions

Dans la mesure du possible, il est important de prévenir la dépression infantile. L’éducation des parents est essentielle dans ce processus. Il faudra absolument établir des limites fermes et saines à l’enfant.

Un environnement riche en efforts positifs permet également de prévenir le développement de la dépression infantile. Pour cela, il est crucial que les parents comprennent qu’il est indispensable leur enfant de pouvoir compter sur un moment de jeu libre ou de jeu avec d’autres enfants.

Les punitions doivent être appliquées en accord avec le comportement et dans un objectif correctif et non pas punitif. Evidemment, la punition physique est totalement déconseillée sous toutes ses formes (même les plus légères).

Si la dépression s’est manifestée, la thérapie cognitive-comportementale sera le traitement de premier choix. En fait, c’est l’unique modalité de psychothérapie pour laquelle il existe de vraies données quant à l’efficacité du traitement chez les enfants (avant la puberté).

Pour les adolescents, les 2 alternatives possibles sont la thérapie cognitive-comportementale et la thérapie interpersonnelle. Ces 2 types de thérapies peuvent compter sur 2 études expérimentales intergroupes prouvant statistiquement une meilleure efficacité que dans les cas d’absence d’intervention ou d’effet placebo.

 

  • American Psychiatric Association (APA) (2014): Manual de Diagnóstico y Estadísitico de los Trastornos Mentales, DSM5. Editorial Médica Panamericana. Madrid.
  • Comeche, M y Vallejo, P, M (2016). Manual de Terapia de Conducta en la infancia. 3º edición. Editorial: Dykinson-Psicología