La curiosité et la faim partagent des régions cérébrales

La faim de connaissances, d'apprendre et de découvrir ressemble, pour le cerveau, à la faim d'aliments. À tel point qu'elles partagent des régions et des processus cérébraux. Analysons cela dès maintenant.
La curiosité et la faim partagent des régions cérébrales

Dernière mise à jour : 01 janvier, 2021

La curiosité et la faim partagent des régions cérébrales.Un fait fascinant parce qu’il définit deux besoins de base de l’être humain et parce que tous deux garantissent notre survie. L’un nous pousse à chercher des aliments, et l’autre des connaissances pour mieux nous adapter aux difficultés et progresser.

Albert Einstein disait que la curiosité a sa propre raison d’être. Peu de choses sont plus importantes que s’interroger sur tout ce que nous voyons. Aller au-delà des apparences, nous poser des questions, explorer et observer le monde avec la passion, l’intérêt et l’innocence malicieuse d’un enfant est absolument extraordinaire.

Ce n’est pas un hasard si l’être humain et les animaux ont cette disposition inquisitrice. La soif de découverte est aussi décisive que le besoin d’avoir faim. Cces deux dimensions agissent comme des impulsions qui orientent le comportement, garantissent l’existence et nous permettent de survivre dans des environnements de plus en plus complexes.

Que serions-nous sans ce besoin physiologique qui fait gronder notre estomac et nous pousse à partir en quête de nourriture ? Nous mourrions, évidemment.

Et nous mourrions aussi sans cette impulsion qui nous fait regarder dans le trou de la serrure. Cette curiosité qui nous pousse à nous demander comment nous pourrions soigner certaines maladies et quelles études nous devrions commencer à mettre en pratique…

Le reflet d'un paysage dans un miroir.

Pourquoi la curiosité et la faim partagent-elles des régions cérébrales ?

Cette découverte est récente. Au cours de la même année, une équipe de neuroscientifiques de l’Université de Reading (Royaume-Uni) a démontré, à travers une étude, que la curiosité et la faim partageaient effectivement des régions cérébrales. Malgré cela, des doutes continuaient de planer.

Ces deux dimensions sont deux grands moteurs de la motivationAinsi, on entend souvent dire que la faim, par exemple, est capable de nous mener à des situations extrêmes pour obtenir de la nourriture.

La curiosité, même si cela peut sembler surprenant, a aussi poussé l’être humain à franchir des frontières inimaginables pour accumuler des connaissances, découvrir d’autres réalités et se positionner comme l’être le plus avancé sur cette planète. Serait-ce un hasard ? Peut-être pas.

Il est possible qu’au fond de cette ingénierie cérébrale, la faim et la curiosité partent de mécanismes communs pour atteindre le même but : la survie. La curiosité, en fin de compte, encourage le mouvement, l’action et, surtout, nous pousse à aller au-delà de notre zone de confort pour savoir ce qui se trouve de l’autre côté.

Cela nous a aidés, dans le passé, à nous métamorphoser en explorateurs, en êtres capables de traverser de nouveaux territoires pour découvrir de meilleures ressources afin de survivre et prospérer. Songeons, par exemple, aux migrations humaines préhistoriques et à tout ce qu’elles ont supposé pour l’humanité.

Cette découverte du neuroscientifique cognitif Johnny King Lau et de son équipe n’a fait que confirmer une chose que l’on devinait déjà… Approfondissons le sujet…

Le noyau accumbens, le centre de la faim et de la curiosité

Nous savons que même si la curiosité et la faim partagent des régions cérébrales, la seconde dimension est un peu plus complexe. La sensation de faim est un instinct très puissant qui s’active quand le cerveau détecte une série de changements au niveau des hormones et des nutriments dans le sang.

L’équipe de scientifiques de l’Université de Reading, responsable de cette étude, a détecté un phénomène intéressant à partir de l’utilisation de résonances magnétiques. Lorsque l’on « allume » la curiosité et lorsque notre estomac vide nous fait savoir que nous avons faim, une même région cérébrale s’active : le noyau accumbens.

Par ailleurs, d’autres aires comme le noyau caudé bilatéral et l’aire tegmentaire ventrale élèvent leur activité. Mais, plus concrètement, que font ces aires du cerveau ?

En réalité, elles orchestrent les comportements orientés vers le traitement des récompenses. En d’autres termes, elles nous poussent à réaliser des actions qui nous permettent de recevoir quelque chose de gratifiant.

Dans le cas de la faim, ce que nous obtenons quand nous agissons est un aliment (des nutriments), le plaisir d’un bon repas et de continuer à vivre. En ce qui concerne la curiosité, nous obtenons des connaissances, des découvertes et de nouveaux moyens pour satisfaire notre bien-être d’une infinité de façons.

Une illustration d'un cerveau.

La raison ? Nous maintenir motivés

La curiosité et le désir d’avoir des informations est un phénomène psychologique qui a éveillé l’intérêt de quelques-uns des noms les plus importants de l’histoire de la psychologie. C’est le cas par exemple de William James, Ivan Pavlov, Frederic Skinner…

Ainsi, si la curiosité et la faim partagent des régions cérébrales, c’est parce qu’elles ont un lien avec la motivation. Tandis que l’une nous semble être un signe d’intelligence et de rationalité (la curiosité), l’autre ne paraît être qu’un instinct primaire (la faim), mais toutes deux sont néanmoins essentielles et déterminantes.

La perte de curiosité est d’ailleurs associée à la dépression, et l’absence de faim à la maladie. Sans elles, nous ne sommes rien et, comme l’a dit William James, « le désir de comprendre ce que nous ne savons pas nous maintient en vie, car la curiosité est aussi une autre forme indispensable d’aliment. »

Avivons cette impulsion, nourrissons-la chaque jour pour maintenir notre corps et notre intelligence en vie, pour rester en bonne santé et pour ne pas perdre cet espoir de progresser, d’avancer au-delà des limites et des défis. La curiosité et la faim sont deux instincts indispensables chez une grande partie des êtres vivants.

It might interest you...
La valeur de la curiosité
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
La valeur de la curiosité

Découvrez en quoi la relation entre la créativité et la curiosité est symbiotique et nécessaire, car sans une on ne peut pas avoir l'autre.



  • Johnny King L LauHiroki OzonoKei KuratomiAsuka KomiyaKou Murayama. Hunger for Knowledge: How the Irresistible Lure of Curiosity is Generated in the Brain
  • Kidd, Celeste (2015) The psychology and neuroscience of curiosity, Neuron. 2015 Nov 4; 88(3): 449–460.
    doi: 10.1016/j.neuron.2015.09.01