La curieuse vie émotionnelle entre un homme et une femme

1, octobre 2016 dans Psychologie 398 Partagés

La vie émotionnelle entre un homme et une femme est un curieux échange, fortement influencé par les besoins et les habitudes affectives et cognitives des deux membres.

Ces dernières dépendront grandement des préférences éducatives et biologiques qui varient en fonction de l’équilibre émotionnel de chaque être humain.

Le reproche le plus habituel qu’émettent les hommes envers les femmes est qu’elles sont trop émotives.

A l’inverse, les femmes les accusent de ne pas l’être assez. Avec ces reproches, nous prétendons que l’autre doit changer et s’adapter à nos besoins, puis nous pensons que s’il ne le fait pas c’est qu’il n’en a pas véritablement envie.

Cependant, nous devons nous rendre compte que ce qui se passe dans les circuits cérébraux émotionnels qui prévalent chez les hommes et les femmes, est souvent bien différent.

Nous allons développer cette question dans la suite de cet article.

homme-avec-les-bras-croises-1

Deux système émotionnels différents

Daniela passe par un moment de stress professionnel très fort. Lorsqu’elle rentre à la maison, elle a besoin que Georges l’écoute et la prenne dans ses bras. Cependant, lorsqu’elle commence à parler de ses problèmes, Georges se met dans ce qu’elle appelle son « mode robot » et commence à dire à Daniela ce qu’elle pourrait faire pour changer la situation.

Cela énerve Daniela qui pense que Georges ne comprend pas ce qui lui arrive et qu’il ne donne pas d’importance à sa situation. De son côté, Georges est très affecté de voir Daniela dans cet état, mais il ne parvient pas à trouver la manière idéale pour l’aider car même s’il présente des solutions à Daniela, celle-ci ne parvient pas ou n’essaie pas de les mettre en pratique.

Jusqu’à il y a peu de temps, nous pensions que les différences de ressentis et d’expression des émotions chez les hommes étaient uniquement dues à l’éducation qu’ils avaient reçue.

Cependant, comme nous vous le disons depuis le début de cet article, cela dépend en fait des processus mentaux qui sont déclenchés différemment dans les cerveaux des hommes et des femmes.

Cette différence est caractérisée par l’utilisation de deux systèmes cérébraux distincts qui fonctionnent de manière simultanée (le système neuronal spéculaire et l’union pariéto-temporale).

Nous allons vous expliquer ces notions en détails, tout en continuant à l’illustrer par l’exemple ci-dessus.

pleurer-homme-et-femme

Lorsque les femmes pleurent, elles peuvent causer une véritable douleur cérébrale chez les hommes

Si nous pouvions scanner le cerveau de Georges lorsque Daniela se plaint de ses problèmes et se met à pleurer, nous pourrions voir qu’il active deux systèmes de lecture émotionnelle.

Le premier est le système neuronal spéculaire (SNE), qui va lui permettre de ressentir la douleur émotionnelle que Daniela ressent et exprime. A ce moment, Georges est en totale empathie avec sa partenaire.

Ensuite, nous serions capables de voir que le cerveau de Georges déclenche l’union pariéto-temporale (UPT), laquelle lui permet d’analyser la situation et de rechercher des solutions. C’est ce qui s’appelle l’empathie cognitive.

Si le cerveau masculin est capable d’utiliser le SNE depuis la fin de l’enfance, les hormones masculines peuvent lui faire préférer d’avoir recours à l’UPT pour affronter certaines situations, même si cela varie énormément d’un homme à un autre.

empathie

L’UPT est chargée de concevoir une frontière claire entre les émotions propres du sujet et celles des autres, ce qui empêche bien souvent que les processus mentaux de l’individu puissent s’imprégner des émotions des autres.

Cela renforce la capacité à rechercher une solution de manière analytique et cognitive, ce qui s’avère très pratique dans le monde pragmatique dans lequel nous vivons.

Si nous observions le cerveau de Georges lorsqu’il présente ses solutions aux problèmes de Daniela, nous pourrions voir comment il est parvenu à atténuer sa douleur. Nous verrions que son cortex s’active alors qu’il demande tout naturellement à sa partenaire : « Combien de personnes te faudrait-il pour pouvoir avancer sur ton projet ? ».

Cette réflexion va grandement irriter Daniela. Elle va alors lui répondre sèchement « En quoi cette question fait avancer mon problème ? Je dois faire avec l’équipe que j’ai« , tout en lançant un regard plein de ressentiment à l’endroit de Georges.

profil-couple-rose-et-bleu

Cependant, le cerveau de Georges ne va pas remarquer la coloration émotionnelle des propos de Daniela, car le cerveau masculin a désactivé la zone d’empathie émotionnelle, cherchant une solution pratique au problème de Daniela en utilisant l’empathie cognitive.

En suivant ce modèle, Georges propose à Daniela la meilleure solution que son cerveau lui a permis de découvrir : « Embauche des intérimaires« .

Automatiquement, les zones responsables du bien-être s’activent dans le cerveau de Georges, à cause de cette idée qui lui paraît régler l’intégralité de la question.

Mais le plaisir ne dure que quelques secondes, car l’expression de Daniela s’assombrit et qu’elle se met à pleurer.

Elle se plaint à son partenaire qu’il ne comprend pas son état d’esprit et qu’il ne donne pas d’importance à son problème.

couple-enlace

Cependant, ce qui est réellement en train de se produire n’est pas une divergence de points de vue, mais bien l’utilisation de différents processus cérébraux.

Deux réalités cérébrales distinctes

Georges tente d’aider sa partenaire par tous les moyen pratiques que son cerveau peut mettre à sa disposition, car sa logique émotionnelle lui indique que c’est la meilleure chose à faire.

Mais Daniela n’est pas du tout dans la même optique et recherche davantage une empathie émotionnelle que cognitive.

Les solutions pratiques lui importent peu, elle a besoin de se sentir synchronisée émotionnellement avec son partenaire.

Daniela va donc comprendre, dans sa logique, que Georges se moque de ses problèmes alors qu’il est véritablement en train d’essayer de mettre fin à la douleur de sa partenaire par un raisonnement pragmatique.

Nous devons donc conclure que la vie émotionnelle d’un homme n’est pas moins riche et moins valide que celle d’une femme, mais que nous fonctionnons tout simplement différemment au niveau cérébral.

Cela peut créer de nombreux problèmes de compréhension, mais être également la source d’une certaine complémentarité.

Maintenant que vous connaissez tout sur ce sujet, n’hésitez pas à vous en souvenir lorsque vous serez confronté à une situation similaire, que vous soyez un homme ou une femme.

Sources consultées

Carlson, N. (2014). Physiologie du comportement. Pearson.

Brizendine, L. (2010). Le cerveau masculin. Broché.

Images de Claudia Tremblay, Puung et d’auteurs inconnus.

A découvrir aussi