L'écriture améliore notre santé mentale

Vous êtes-vous déjà senti mieux après avoir écrit un journal intime ou une lettre ? Si c'est la cas, cela confirme l'idée que l'écriture peut améliorer notre santé mentale. Découvrez pourquoi dans cet article.
L'écriture améliore notre santé mentale

Dernière mise à jour : 26 août, 2021

À travers les siècles et les récits de nombreuses personnes en souffrance, il semble clair que l’écriture est un exercice qui contribue à améliorer la santé mentale. Et bien entendu, la science a cherché à démontrer cela de nombreuses manières différentes.

On a constaté que certaines formes d’écriture étaient plus efficaces que d’autres selon l’aspect de la santé mentale. Par exemple, l’estime de soi, le stress ou la maîtrise de soi. C’est pourquoi l’écriture est une activité couramment utilisée en thérapie.

Cet article passe en revue les recherches qui se sont penchées sur ce phénomène et sur la manière dont l’écriture influence le processus thérapeutique. Si vous envisagez de vous lancer, vous pourrez découvrir le type d’écriture qui vous convient le mieux.

Des éléments qui prouvent que l’écriture améliore la santé mentale

Une multitude d’études démontre clairement que l’écriture améliore la santé mentale. Toutefois, lorsqu’il s’agit d’expliquer comment cela se produit, les experts divergent sur quelques points :

  • On sait que le fait de réprimer ou de contenir ses émotions peut entraîner de la détresse psychologique. L’écriture apparaît donc comme un exutoire pour les personnes qui gardent leurs émotions pour eux.
  • Selon un autre point de vue, l’amélioration de la conscience de soi est le processus sous-jacent de l’écriture. Ainsi, c’est la conscience de soi plutôt que la révélation de sentiments refoulés qui est thérapeutique.

La théorie de la conscience de soi est celle qui a le plus de poids.En portant son attention sur soi à travers l’écriture, il est possible de prendre conscience de ses propres traits de caractère, de ses comportements, sentiments, croyances, valeurs et motivations. Cela renforce la confiance en soi et développe l’empathie.

Exercice d'écriture.

La conscience de soi comme objectif de l’écriture

On sait maintenant que l’écriture sert de catalyseur à des processus tels que la mauvaise humeur, l’inquiétude ou l’hypervigilance. En couchant ses soucis sur papier, on évite alors de créer un processus qui deviendrait cyclique. Cela évite aussi de penser à l’envers. On se donne ainsi une chance de trouver des solutions.

Cependant, la conscience de soi est un continuum qui ne peut être amélioré que par la pratique. L’écriture, en tant qu’activité pouvant être pratiquée presque partout et à tout moment, est à la portée de tous. Tout comme la relecture de ce qu’on a écrit, qui peut donner un nouveau point de vue après une catharsis.

Les différents types d’écriture thérapeutique

Pour optimiser les bienfaits de l’écriture, l’idéal est de trouver une manière d’écrire structurée et axée sur les problèmes. Il existe trois grands types de styles d’écriture :

  • L’écriture expressive. On l’utilise souvent dans un cadre thérapeutique. L’objectif est d’écrire sur les pensées et les sentiments liés à un événement stressant. Ce type d’écriture favorise le traitement émotionnel des situations difficiles, notamment en cas de dépression, d’anxiété et de stress chronique.
  • L’écriture réflexive. Elle est plus adaptée aux environnements professionnels, notamment ceux à forte charge émotionnelle (médecins, travailleurs sociaux, psychologues, etc.). Grâce à l’écriture réflexive, on peut évaluer ses croyances et ses actions et favoriser ainsi un apprentissage et son développement personnel, ainsi qu’une ouverture d’esprit.
  • L’écriture créative. Ce type d’écriture fait appel à l’imagination et à la mémoire. Grâce à des ressources telles que les images mentales ou les métaphores, il est possible de transmettre des idées abstraites sur des pensées, des sentiments ou des croyances. Cela est très utile pour les plus jeunes patients, ainsi que pour les personnes ayant des difficultés à exprimer leur ressenti.

Il convient de noter qu’il n’est pas nécessaire de posséder des compétences particulières en matière d’écriture, car l’écriture contribue à améliorer la santé mentale grâce au processus psychologique de révélation de soi.

Femme qui écrit près d'un lac.

L’écriture peut améliorer la santé mentale, mais elle ne convient cependant pas à tout le monde

Certes, la conscience de soi est une des premières étapes de l’identification, du traitement et de la résolution des problèmes. Néanmoins, l’écriture n’est pas nécessairement un outil adapté à tout le monde. Même s’il s’agit d’une démarche pertinente, l’idée de divulguer une part de soi sur une feuille de papier ne convient pas à tous.

L’écriture peut clairement améliorer la santé mentale, mais ce n’est pas non plus une solution miracle. Dans tous les cas, le fait d’avoir des réserves quant à l’expression de ses sentiments diminue l’estime de soi et augmente le stress.

Une étude publiée dans le Journal of Biobehavioral Medicine révèle une relation directe entre l’activation du système immunitaire et la propension à livrer des informations sur un événement traumatique ou stressant sur papier. En effet, certains hommes qui étaient hostiles et sceptiques quant à la démarche présentaient une cytotoxicité accrue au niveau de leurs lymphocytes NK.

L’écriture comme moyen pour améliorer sa santé mentale fonctionne, mais surtout dans un cadre thérapeutique approprié. La première étape, dans tous les cas, est donc de consulter un spécialiste.

Cela pourrait vous intéresser ...
Connaissez-vous l’écriture en tant qu’outil thérapeutique ?
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Connaissez-vous l’écriture en tant qu’outil thérapeutique ?

créent ou adaptent les outils thérapeutiques qu'ils utiliseront pour donner "la clé adéquate". L'une des techniques les plus utilisées en psychothé...



  • Pirjo Suvilehto & Timo Latomaa (2018) Writing with horses: poetry with therapeutic art activities supporting self-expression in a case study, Journal of Poetry Therapy, 31:4, 224-243, DOI: 10.1080/08893675.2018.1505250
  • Disclosure of traumas and psychosomatic processes. (1988, 1 enero). ScienceDirect. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/0277953688903978
  • Christensen, Alan J., et al. “Effect of verbal self-disclosure on natural killer cell activity: Moderating influence of cynical hostility.” Psychosomatic Medicine 58.2 (1996): 150-155.
  • Gu, J., Strauss, C., Bond, R., & Cavanagh, K. (2015). How do mindfulness-based cognitive therapy and mindfulness-based stress reduction improve mental health and wellbeing? A systematic review and meta-analysis of mediation studies. Clinical psychology review37, 1-12.