Comment savoir si ma santé mentale s'est détériorée ?

01 mars, 2021
Parfois, nous enclenchons le pilote automatique, et nous nous disons que nous pouvons tout faire. Et pourtant, ce n'est pas le cas. La santé mentale peut s'affaiblir. Les émotions, le stress et l'anxiété peuvent faire des ravages.

Au-delà de ce que nous pouvons penser, il n’est pas facile de détecter si notre santé mentale s’est détériorée. Après tout, cette société normalise l’anxiété : le stress est courant et la dépression est associée à une mauvaise gestion de la vie.

Nous continuons à concevoir la santé mentale d’une manière déformée. Beaucoup associent le bien-être mental à la folie et à la faiblesse. Or, c’est une grande erreur, car tout le monde, absolument tout le monde, peut souffrir à un moment donné d’un problème psychologique. Un tel problème ne nous rend pas moins aptes, il nous rend humains.

Ainsi, il est important de rappeler la définition de santé mentale proposée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). “Un état de complet bien-être physique, mental et social, et [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. La santé mentale englobe la promotion du bien-être, la prévention des troubles mentaux […]”

Avouons-le, nous ne ressentons pas toujours cet équilibre émotionnel nous permettant de gérer les défis quotidiens. Le bien-être psychologique n’est pas quelque chose qui vient automatiquement. Parfois, il s’affaiblit et il y a des moments où, pour diverses raisons, nous en manquons cruellement.

Problème de santé mentale détériorée.

Les indices qui révèlent si ma santé mentale s’est détériorée

On oublie souvent que la santé mentale est l’un des piliers qui font progresser un pays sur les plans social, humain et économique. Sans elle, tout tombe, tout s’effondre et n’a aucun sens.

Ce bien-être psychologique dépend de multiples facteurs. Soutien affectif, opportunités d’emploi, soins de santé, un contexte social sans conflit, discrimination, violence…

Nous pourrions dire qu’il y a une rétroaction continue dans toutes ces sphères qui entourent l’individu. Ce qui nous entoure nous affecte et, en fonction de notre état psychologique, nous filtrerons tout ce qui nous entoure. Il est ainsi nécessaire de normaliser ce domaine une bonne fois pour toutes.

Normaliser les maladies et troubles mentaux, c’est les accepter, les intégrer et surtout respecter ceux qui en souffrent. Savoir les détecter tôt et faire le pas pour demander l’aide d’un spéciliste est une priorité. Alors apprenons à détecter si notre santé mentale s’est détériorée ces dernières semaines ou mois.

Je me sens nerveux, anxieux et irritable

Les sautes d’humeur sont souvent le premier indicateur d’un problème de santé mentale. Se sentir plus irritable, en colère, percevoir que l’on manque de patience et que tout nous dérange sont des aspects révélateurs. Cependant, cette réalité doit être une constante qui dure au-delà de trois semaines.

Oublis et difficulté à se concentrer

Il y a des moments où il est difficile de maintenir l’attention, de réfléchir, de prendre des décisions et même de suivre le fil d’une conversation, etc. Ce sont ces jours où il est aussi courant d’oublier des choses, de ne pas se souvenir que nous devions faire cela, livrer ceci… Souvent, derrière cette réalité se cache un trouble anxieux.

Des changements au niveau des habitudes de repos et alimentaires

Certains sont soudainement affectés par une insomnie sévère. D’autres dorment excessivement et se sentent toujours épuisés.

Les habitudes sont aussi des indicateurs. Les fringales et la perte d’appétit sont deux indicateurs importants.

L’isolement

La déconnexion progressive de l’environnement est un indicateur. De même, l’apathie et la mise de côté de nos loisirs sont des aspects importants à considérer.

Le bien-être psychologique est également déterminé par notre capacité à profiter des loisirs et à nous délecter de nos amis, notre familleConstater que beaucoup de ces choses perdent tout intérêt et sens pour nous devrait nous convaincre de considérer la nécessité de demander de l’aide.

Des obsessions qui obscurcissent la vie

Une personne peut devenir obsédée par des idées au point de ne plus pouvoir faire autre chose. Nous ne parlons pas seulement de pensées irrationnelles ou négatives, comme croire que tout va mal tourner ou que l’on ne vaut rien. Elle peut, par exemple, regarder sans cesse certains contenus sur Internet qui génèrent en elle un mal-être.

Envie de pleurer tout le temps ? L’un des signes d’une santé mentale qui s’est déteriorée

Peu importe que quelque chose de concret nous soit arrivé ou que le monde se désagrège… La tristesse s’accroche parfois à nous sans explication et il y a des jours où l’on a seulement envie de pleurer. Nous pouvons en faire l’expérience pendant une courte période de temps, puis revenir à la normale sans signification majeure.

Pour savoir si notre santé mentale s’est détériorée, il est important de sonder notre humeur. Si en nous il y a toujours des brumes et une envie constante de pleurer, il est temps de parler à quelqu’un étant en mesure de nous aider.

Signes d'une santé mentale détériorée.

Comment savoir si ma santé mentale s’est détériorée ? L’indicateur le plus important est les pensées de suicide

Il n’y a pas de facteur plus inquiétant que de penser à ce que serait le monde sans nous. La personne qui veut que cesser de souffrir peut considérer que “cesser d’exister”est un moyen de résoudre ses problèmes. Les idées suicidaires sont un facteur que nous ne devons à aucun moment négliger. Il faut impérativement demander une aide spécialisée.

Consulter des personnes qui nous aiment peut aussi aider. Prenons soin de cette dimension de la même manière que nous veillons à notre santé physique. Car ces deux dimensions déterminent notre qualité de vie.

  • H. Herman, Saxena. S, Moodlie M.  (2018) Determinantes de la salud mental actual. Organización Mundial de la Salud.
  • O’Reilly, M., Svirydzenka, N., Adams, S., & Dogra, N. (2018, July 1). Review of mental health promotion interventions in schools. Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology. Dr. Dietrich Steinkopff Verlag GmbH and Co. KG. https://doi.org/10.1007/s00127-018-1530-1
  • Parker, L., Bero, L., Gillies, D., Raven, M., Mintzes, B., Jureidini, J., & Grundy, Q. (2018). Mental health messages in prominent mental health apps. Annals of Family Medicine16(4), 338–342. https://doi.org/10.1370/afm.2260