Quand j'ai mis mon ego de côté, j'ai gagné tout le reste

Quand j'ai mis mon ego de côté, j'ai gagné tout le reste

Dernière mise à jour : 09 avril, 2017

L’ego est le fruit d’une éducation émotionnelle déficiente, qui s’est renforcée autour d’une idée : on réussit quand on montre aux autres une image de nous sans défauts, sans peurs ou sans doutes. On est obligé-e d’épater l’autre, même si cela revient à assombrir ce que nous sommes en réalité et ce que nous souhaitons véritablement. De cette manière, nous confondons souvent l’estime de nous-même avec le fait de préserver notre ego.

Votre ego blessé révèle que vous souffrez d’une certaine forme d’humiliation et d’échec quand vous faites face au regard des autres, quelque chose que vous ne tolérez pas bien et qui vous fait vous sentir triste et en colère en même temps. Il nous faut apprendre à gagner, mais pour cela, nous devons être prêt-e-s à apprendre. Cela implique de nous sentir vulnérables, de tomber et de nous relever infiniment. Mettre son ego de côté, pour apprendre de la vie.

Au cours de ce cycle, vous devez être préparé-e pour ne pas toujours être la meilleure version de vous-même et accepter que les autres puissent voir de vous ce que vous voulez toujours cacher. Si vous voulez changer par rapport à ce que vous êtes, il faut prendre le risque de très souvent mettre votre vanité de côté. Beaucoup de gens se consument eux-mêmes pour ne pas prendre des risques qui pourraient les positionner “sur la corde sensible”. Ils laissent leur ego prendre le dessus et ils perdent tout le reste.

La bataille pour notre ego nous arrache notre tranquillité

Un vide existentiel peut vous consumer, mais vous préférez continuer à faire semblant d’accepter de vous montrer vulnérable. Par chance ou par malchance, vous ne souffrez d’aucune pathologie particulière, mais simplement d’un trait commun qui touche malheureusement un grand nombre de personnes : la vanité, pleine d’ego, qui tourne autour du “moi”.

La bataille pour préserver notre ego est une lutte sans trêve de notre moi contre le monde. Et à la fin, nous sommes implicitement voué-e-s à l’échec. Un jour, nous pouvons nous rendre compte que ne pas accepter une faiblesse l’a renforcé et nous a conduit à perdre des gens que nous aimions et qui nous aimaient en retour.

Pour gagner quelque chose que nous aimons, pour la simple satisfaction que cela nous produit et pour ne rien montrer aux autres, nous devons mettre de côté notre vanité à de nombreuses reprises. Cela suppose de l’expérience, de renoncer à certaines choses, mais aussi de vivre une vie qui a du sens.