Georg Wilhelm Friedrich Hegel : biographie d’un philosophe idéaliste

· 23 janvier 2019
Que savez-vous de cet homme épatant ?

Georg Wilhelm Friedrich Hegel a marqué un avant et un après dans la pensée philosophique de l’Europe Occidentale et de la Russie du XIXème siècle. Admirateur de Platon, de Descartes et de Kant, l’idéalisme allemand a atteint son expression maximale avec lui. Une grande avancée dans la théorie de l’évolution de la conscience a également eu lieu.

S’il y a quelque chose que nous savons bien, c’est que lire Hegel n’est pas une tâche particulièrement simple. Son plus célèbre livre, Phénoménologie de l’esprit (1807) est un échantillon de cet héritage intellectuel étroit, dense et déterminant dans lequel nous retrouvons la dialectique historique.

Il faut par ailleurs signaler que beaucoup ont vu dans ses thèses (comme la définition de l’Etat) les bases de ces pensées plus radicales qui ont inspiré le nationalisme allemand. Hitler, par exemple, a retrouvé une certaine justification dans la philosophie hégélienne avec des phrases comme « seul le monde germanique, en tant qu’incarnation du véritable christianisme, représente la liberté authentique ».

Cependant, Hegel a été beaucoup plus que ce type d’énoncés. Sa pensée était comme cette mèche qui a illuminé et généré une infinité de réactions théoriques et philosophiques. Il a inspiré le matérialisme marxiste, a fixé les bases du pré-existentialisme de Søren Kierkegaard, le concept métaphysique de Friedrich Nietzsche et même la dialectique négative de Theodor W. Adorno.

Hegel est essentiellement ce philosophe qui nous a invité à penser qu’il n’y a pas de barrières entre chacun de nous et le monde. Nous sommes les créateurs de notre vérité. Il a aussi introduit le concept de la dialectique pour nous expliquer que l’histoire et notre propre pensée sont le résultat du mouvement continu entre solutions et contradictions…

Friedrich Hegel

La vie d’un académicien admiré par ses élèves

Georg Wilhelm Friedrich Hegel est né à Stuttgart le 27 août 1770. Issu d’une famille aisée et protestante, il s’est toujours entouré de cet environnement culturel avancé de l’Allemagne du XIXème siècle. Il a été ami avec de brillants esprits de l’époque, comme le philosophe Friedrich von Schelling ou le poète Friedrich Hölderlin. Par ailleurs, il a toujours été un avide admirateur des œuvres d’Emmanuel Kant et de Schiller.

Hegel a étudié la philosophie et la théologie à l’Université de Tubingue. Après avoir reçu un héritage à la mort de son père, il a commencé à se dédier pleinement et sereinement au monde académique après la présentation de sa thèse « Orbites planétaires ». Il a ensuite rapidement obtenu un poste de professeur et a pu approfondir d’autres domaines de savoirs comme les mathématiques, la logique ou le droit.

En 1807, la Phénoménologie de l’Esprit est publiée. Il y approfondit certains aspects comme le sens de la conscience, la perception et la connaissance. Dans cette oeuvre, il met l’accent sur la seule chose en laquelle il croit : la raison. Après la transcendance de ce travail, Hegel n’a pas tardé à être appelé par d’autres université pour former les élèves d’Heiderlberg ou Berlin. 

Friedrich Hegel, jours de succès, jours de choléra

illustration de Hegel

 

Ses cours étaient réputés dans toute l’Europe. Ses élèves disaient qu’il était capable de répondre et de donner un sens profond à presque n’importe quelle chose. Il avait, selon eux, l’esprit d’un titan de la connaissance et était comme Platon dans la Grèce Antique.

Ses analyses sur la philosophie du droit et le système de l’état ont poussé de nombreux groupes à vouloir connaître ses différentes approches, théories et dissertations. L’élite culturelle et la classe politique de cette période ont vu en lui un véritable maître dont il fallait s’inspirer, comme l’a fait Karl Marx à son époqueCependant, Hegel n’a pas eu la chance de voir tout l’impact de son oeuvre. 

Il est en effet décédé du choléra le 14 novembre 1831. Ses élèves se sont chargés de transmettre ses écrits et ses annotations sur les savoirs qu’il avait approfondis : l’histoire, la religion, l’esthétique…

« L’homme qui n’est pas capable de lutter pour la liberté n’est pas un homme : c’est un serviteur ».

-Friedrich Hegel-

La philosophie d’Hegel

Hegel était surtout connu pour l’introduction de l’histoire dans la philosophieJusqu’alors, les discours philosophiques partaient d’un vide, d’une entéléchie qui ne permettait pas de bénéficier de l’appui des événements sociaux.

Ainsi, des faits comme la Révolution Française ont indubitablement marqué le discours d’Hegel, tout comme ce changement dans la mentalité qui régnait dans l’Europe de l’époque. Des concepts comme la liberté ont enfin acquis une transcendance décisive.

Voyons maintenant quels sont les concepts les plus importants dans son héritage philosophique.

L’idéalisme

 

Lorsqu’on parle d’Hegel, il est commun de le définir comme l’essence de l’idéalisme allemand. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? L’idéalisme est une théorie philosophique qui défend les points suivants :

  • Les idées sont le plus important et elles peuvent exister de manière indépendante.
  • Ce qui nous entoure n’existerait pas si personne ne le percevait et n’en était conscient.
  • Pour Hegel, le monde est beau, il est métaphysiquement parfait car la beauté symbolise la raison.

Par ailleurs, il défendait souvent l’idée selon laquelle le bonheur ne doit pas être le principal but de l’être humain. Deux choses sont plus importantes : la connaissance et la raison.

La dialectique

Hegel définissait la raison comme un processus dialectique. On peut affirmer un fait et ensuite le nier pour enfin surmonter cette contradiction un peu plus tard. Ainsi, selon lui, le mouvement dialectique suivait ces différentes étapes :

  • Thèse : affirmation d’une idée.
  • Antithèse : négation de la thèse.
  • Synthèse : dépasser la contradiction formulée.

La liberté

Hegel pensait que l’authentique liberté devait partir d’un cadre très concret : celui de l’Etat. Ce n’est qu’à partir de ce point que la personne peut se sentir épanouie. Elle doit acquérir un véritable sens de la dignité. En d’autres termes, l’être humain a besoin d’un cadre légal auquel se soumettre.

Qui plus est, dans ce schéma hégélien, c’est à travers le christianisme que la personne a pu acquérir la liberté. Comme nous pouvons le supposer, ces idées ont fini par marquer d’autres courants.

La logique

Si nous parlons de philosophie, il est essentiel d’approfondir le domaine de la logique. Tout comme il est obligatoire de comprendre la plus célèbre des thèses d’Hegel : la contradiction. Ainsi, et selon ce principe, une chose est à la fois ce qu’elle est tout en ne l’étant pas.

Nous changeons tous. Nous nous transformons et passons d’un état à une autre réalité à cause de la vitalité, du changement… La vie est une contradiction constante. 

L’esthétique

 

Hegel a fait une distinction intéressante entre le beau naturel et le beau artistique. Le premier fait référence à l’exquisité, qui est authentique, libre et représente l’esprit naturel des choses. Le second, la beauté artistique, est ce que crée l’esprit et nous permet une recherche esthétique pour acquérir des connaissances.

Friedrich Hegel est aujourd’hui l’une des plus grandes références dans le monde de la philosophie. Il est admiré par beaucoup et met d’autres personnes mal à l’aise. C’est peut-être dû à son concept de l’état, de l’idéalisme allemand ou de l’eurocentrisme. Enfin, certains le considèrent avec une certaine réticence à cause de la complexité de ses textes.

Ses idées ont cependant marqué un moment clé en Europe. Actuellement, des livres comme la Phénoménologie de l’Esprit sont encore une lecture presque obligée.