Le Gaslighting, la forme d’abus la plus subtile et corrosive

16 juin 2017 dans Psychologie 513 Partagés

Vous a-t-on déjà fait croire que vous étiez fou/folle ? Que ce que vous affirmez n’est jamais arrivé ? Quand on vous fait douter de votre point de vue, de ce qui est arrivé, vous pouvez vous sentir confus-e et même tomber dans une dépression. C’est une stratégie très efficace de manipulation que beaucoup de gens utilisent pour faire souffrir et profiter des autres. Nous parlons ici du Gaslighting, la forme d’abus la plus subtile et corrosive.

Le terme « Gaslighting » n’est pas choisi au hasard, mais a été tiré d’un film connu sous le nom de Gaslight dans lequel le personnage principal fait croire à sa femme qu’elle délire et qu’elle devrait consulter un-e psychologue. Tout cela pour une fin précise : lui voler sa fortune. Une véritable torture pour toute personne qui se transforme en victime de cette trahison brutale.

Le Gaslighting est une forme de maltraitance psychologique.

Gaslighting, l’arme des manipulateurs

Même si vous n’êtes directement lié-e à ce terme, sachez quand même que le Gaslighting s’utilise beaucoup plus de fois que ce que nous pensons. C’est l’une des armes des manipulateur-trice-s, celle qui leur permet de rendre folle et soumise la victime, qui finit par réaliser tout ce qu’iels veulent. Avez-vous besoin d’exemples ? Peut-être qu’ils vous paraîtront familiers.

Imaginons un couple où l’un-e des deux dit à l’autre, à la fin d’une conversation, qu’iel s’est senti-e blessé-e. L’autre personne lui dit qu’elle ne se souvient pas de cela, qu’iel invente et qu’iel n’aurait jamais pu lui dire une pareille chose. Même si cela peut être remis en question, le/la manipulateur-trice finit par semer quelque chose de très important dans l’esprit de l’autre : la graine du doute.

À partir de ce moment, se succèdent une série de circonstances qui rappellent à la victime ce moment où son conjoint lui a dit que les choses ne se sont pas passées comme elle l’imaginait. Face à toute autre situation, le/la manipulateur-trice lui dira qu’elle exagère, qu’elle ment, que son extrême sensibilité lui joue des tours. La graine germera et petit à petit, la victime pourra penser qu’elle exagère.

Si vous commencez à mentir pour éviter que l’on vous change la réalité ou que vous vous posez constamment des questions sur vos idées et vos actions, vous pourriez être victime de manipulation.

Dans les cas extrêmes, la personne qui réalise ce type d’abus cache des objets et fait toujours en sorte que l’autre pense qu’iel a une perception erronée et que ses souvenirs ne sont pas fiables. La raison pour laquelle cela a lieu, c’est qu’elle parvient à soumettre l’autre, à se sentir tout-e puissant-e, à faire du mal et à obtenir son objectif, comme dans le film Gaslight. C’est la preuve claire d’une relation toxique dans laquelle l’un-e des membres se sent dans une grande insécurité, en doute constant sur ce qui est la vérité et dans une dépendance absolue vis à vis de l’opinion des autres.

Lisez aussi : Le syndrome d’aliénation parentale : manipulation ou trahison ?

Ayez confiance en votre intuition

Est-il difficile de sortir d’une telle situation ? Bien sûr, tout comme toutes celles où il y a une personne disposée à manipuler. Mais ce n’est pas impossible. D’où l’importance de tenir compte de certaines clés qui nous permettent d’ouvrir les yeux et de sortir d’une situation comme celle que nous décrivons, une situation de Gaslighting.

La première de ces clés est de faire confiance à son intuition. Quand nous sentons qu’il y a quelque chose de bizarre, que quelque chose ne correspond pas, il ne faut pas donner complètement raison à l’autre. Iel a au moins autant raison que n’importe qui d’autre.

La deuxième clé consiste à ne pas rechercher l’approbation de l’autre. C’est quelque chose que nous faisons souvent à cause d’une faible estime de nous-même ou parce que nous dépendons de cette acceptation. Mais, si notre instinct nous dit que quelque chose sent mauvais, ne donnons pas raison à qui nous dit que telle conversation ne s’est jamais produite.

Faisons-lui savoir comment nous nous sentons et comment nous le vivons. Montrons qu’il est aussi possible que l’autre ait oublié ce qui s’est passé et que nous ne voulons pas l’offenser en mettant en doute ses souvenirs, tout comme il ne nous offense pas quand il met les nôtres en doute.

La troisième de ces clés est de rester ferme dans ses limites. Si l’autre nous crie dessus, s’il utilise des mots blessants avec nous ou que nous remarquons qu’il essaie de nous utiliser pour que nous fassions ce qu’il souhaite, montrons-lui et ne laissons pas passer cela. Il ne faut permettre à personne de dépasser nos limites car sinon, on renforce l’idée qu’il peut le faire avec impunité. Nos limites doivent être infranchissables. Une fois que nous cédons, il n’y a pas de retour en arrière possible et une personne qui maltraite psychologiquement profitera de cette opportunité.

Le Gaslighting peut détruire notre auto-estime, nous faire complètement perdre la confiance en notre avis, notre opinion, et provoquer des troubles d’anxiété et même la dépression.

On peut douter de soi-même mais dans un tel cas, le mieux est de chercher des preuves de manière indépendante. Sachez que le Gaslighting est une stratégie qui alimente la croyance selon laquelle nous vivons des réalités très différentes qu’un narrateur objectif pourrait retracer en détails. Ainsi, nos pensées commencent à devenir obsessionnelles, ce qui renforce davantage cette idée.

S’éloigner de la personne qui nous fait du mal est important pour prendre des distances et analyser la situation d’une autre perspective, là où la manipulation ne puisse pas intervenir. Donner raison à l’autre, quand il nous fait douter de nous-même, lui donnera tout le pouvoir pour nous détruire.

Lisez aussi : Les coups invisibles sont les manifestations d’une maltraitance psychologique

A découvrir aussi