Frédéric Chopin, biographie du poète du piano

23 octobre, 2020
Frédéric Chopin était un compositeur polonais qui a marqué le monde du piano. Ses œuvres musicales continuent d'être présentées partout dans le monde. Sachez-en plus ici sur ce génie.

Frédéric Chopin était un homme à la personnalité contradictoire et avait deux grandes vertus : c’était un excellent compositeur et un sublime interprète. C’est principalement cette dernière caractéristique qui l’amena à être considéré par ses contemporains comme un poète du piano.

Deux thèmes captivèrent essentiellement sa sensibilité : l’amour pour sa patrie et l’empreinte des femmes dans sa vie. Le premier aspect marqua à la fois son travail et ses pensées. Une autopsie fut pratiquée après sa mort pour lui enlever le cœur et l’enterrer en Pologne.

«Et moi ici, condamné à l’inaction ! Il arrive parfois que je ne puisse m’empêcher de soupirer et, rempli de douleur, je verse mon désespoir sur le piano. »

-Frédéric Chopin-

En ce qui concerne les femmes, Chopin fut malchanceux pendant la majeure partie de sa vie. Cela était peut-être dû à sa façon d’être. Il était en effet extrêmement pudique, avec des normes morales très fortes, et était très timide en amour malgré le fait qu’il adorait la vie sociale.

Il ressentit davantage le poids du chagrin que le bonheur de l’amour réciproque tout au long de sa vie, même en ayant vécu une assez longue romance avec l’écrivaine George Sand.

Chopin incarne incontestablement les valeurs du romantisme, ce mouvement qui exalte la conscience de soi, les valeurs nationales, la patrie. Un mouvement qui s’est étendu à tous les arts… De la littérature à la musique, tous s’imprègnent des valeurs de liberté, de subjectivisme et d’originalité.

Une illustration de Frédéric Chopin.

La jeunesse de Frédéric Chopin

Frédéric Chopin naquit en 1810 dans la petite ville de Żelazowa Wola, une ville qui se trouve dans la Pologne actuelle et qui appartenait alors au Duché du Grand Varsovie. Il n’existe aucune certitude quant à la date exacte de sa naissance. Deux dates possibles sont en effet envisagées : le 22 février ou le 1er mars.

Son père, Mikolaj Chopin, d’origine française, était professeur de littérature. Sa mère, Tekla Justyna Krzyżanowska, avait un lien avec la noblesse sans toutefois posséder de grandes ressources.

Frédéric était le deuxième de quatre enfants et le seul mâle de la fratrie. La famille évoluait dans un environnement culturel fort. Les soirées littéraires et musicales étaient l’un de leurs principaux passe-temps. Il n’est alors pas étonnant que Chopin, imprégné par l’ambiance artistique, se soit rapidement intéressé à la musique.

On dit que le petit Frédéric ne put retenir ses larmes au cours de l’une de ces soirées pendant un récital de piano. Ses parents prirent alors conscience de son incroyable sensibilité musicale.

Il commença à prendre des cours de piano dès son plus jeune âge. Frédéric Chopin avait déjà écrit deux pièces à l’âge de 10 ans, une Polonaise et une Marche militaire.  Elsner, le directeur du Conservatoire de Varsovie, fut l’un de ses professeurs. Il parlait de lui comme d’un génie. Ce fut sous sa direction que Chopin commença a montrer le grand talent qui l’habitait.

L’expansion de son talent

Frédéric Chopin aimait beaucoup la musique populaire de son pays. Cela fut le substrat à partir duquel il commença à créer certaines de ses plus belles compositions. Il s’agit peut-être de la raison pour laquelle nous observons un net accent nationaliste dès le début de son œuvre. Cela n’est en revanche pas surprenant chez les auteurs du romantisme.

Il donna ses premières représentations publiques à l’âge de quinze ans lors de deux concerts de charité auxquels assistait le tsar russe. Ce moment constitue l’origine de son penchant pour la vie à la cour, pour les rassemblements sociaux et les conversations de qualité.

Il se rendit à Berlin à l’âge de 18 ans et donna à 19 ans un concert au Théâtre impérial de Vienne, ville qui était alors la « Mecque » de la musique. Chopin ne suscita au début pas d’enthousiasme auprès des Autrichiens, habitués à des compositeurs plus viscéraux et plus énergiques que Frédéric Chopin.

Ces voyages lui permirent toutefois de nouer des amitiés qui constituèrent un excellent nutriment pour sa carrière. Il créa plusieurs de ses œuvres les plus célèbres au cours des années qui suivirent.

Son grand rêve était de voyager à Paris. Il l’accomplit à l’âge de 21 ans. Chopin y trouva alors le style de vie dont il avait toujours rêvé. Il ne savait cependant pas qu’il ne reverrait jamais sa chère patrie.

Une sculpture de Frédéric Chopin.

Une sensibilité particulière

Nous savons, d’après la correspondance avec certains amis proches, que Frédéric Chopin était malheureux en amour. Il tomba tout d’abord amoureux d’une femme à laquelle il fut incapable de confesser ses sentiments. Il noua ensuite une relation amoureuse avec une autre.

La famille de cette dernière fit en sorte qu’ils se séparèrent, car Chopin avait contracté la tuberculose. Curieusement, cette femme épousa un autre homme dont elle eut un fils, mais tous deux moururent des suites de la tuberculose.

Le grand amour de Chopin fut l’écrivain George Sand, de son vrai nom Aurora Dupin. Elle était plus âgée que lui, divorcée et avait deux enfants. Elle menait une vie quelque peu licencieuse et, malgré ses scrupules moralistes, Frédéric Chopin en tomba follement amoureux.

La relation dura dix ans : elle fut très orageuse mais constitua également une source d’inspiration pour le musicien.

Chopin tombé dans une profonde dépression après sa séparation avec George Sand. Sa santé, qui avait toujours été très fragile, commença à se détériorer rapidement. Il mourut alors qu’il n’avait que 39 ans, le 17 octobre 1849.

Frédéric Chopin est considéré comme le plus grand représentant du romantisme musical. Un auteur dont l’héritage musical touche l’âme, embrasse la culture et le nationalisme et caresse les sentiments.

  • Cicero-Sabido, R. (2003). “Sintomatología y creatividad. El caso de Federico Chopin” en Gaceta médica de México, 139(2), 192-196.