Étiqueter une personne, qu'elles sont les répercussions?

"Paresseux, geignard, arrogant, grand, petit, trop sensible, perdant, maladroit..." Avez-vous déjà été étiqueté ? De plus... Vous êtes-vous déjà étiqueté ? Peu de réalités sont plus dommageables que de se catégoriser.
Étiqueter une personne, qu'elles sont les répercussions?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 11 octobre, 2022

Si vous deviez utiliser un mot pour vous définir, ce serait lequel ? Il est vrai qu’il n’est pas facile de condenser en un terme la perception que nous avons de nous-mêmes. Cependant, certains n’ont pas de mal à le fait car depuis qu’ils sont petits, ils traînent une étiquette qui définit la façon dont les autres les perçoivent.

“Carlos est comme son père, très sérieux et fermé.” “Andrea est intelligente, mais pas très bavarde”. “Juan est lent et brouillon”. “Beatriz est espiègle et une tête folle”. Avouons-le, peu d’actes sont moins pédagogiques (et communs) que d’étiqueter arbitrairement à ces âges précoces, dans lesquels nous n’avons aucun filtre et, pire encore, considérons comme vrai tout ce qui nous arrive.

Étiqueter, c’est préjuger et assigner une série d’attentes auxquelles beaucoup d’entre nous finissent par s’adapter dès le plus jeune âge. Nous intériorisons les récits extérieurs et les faisons nôtres. Nous les engloutissons et les diluons dans notre personnalité presque sans nous en rendre compte. Si nous allons sur le territoire clinique, il y a un fait que nous apprécions avec une fréquence élevée.

De nombreuses personnes n’ont pas de mal à se définir. “Je suis une personne déprimée sans aspirations” – disent certains. Et en effet, leur attitude, état émotionnel et comportement en témoignent, mais l’origine est souvent dans ces messages nocifs projetés depuis l’environnement même du patient…

Beaucoup d’entre nous se définissent par des étiquettes que d’autres projettent sur nous ou que nous intériorisons. Ces présences nuisibles sont ce qui donne lieu à des croyances auto-limitantes.

Étiqueter
Presque sans s’en rendre compte, nous projetons des étiquettes et des attentes sur les enfants avec notre langage qui peut leur être nocif.

Étiqueter une personne modifie sa perception de lui-même

Les étiquettes sont ce mécanisme primitif qui nous permet de délimiter (simplifier) la réalité. Il convient de noter que c’est quelque chose de pratique, une ressource essentielle pour notre cerveau pour donner du sens à un monde presque toujours complexe et diffus. La catégorisation nous donne également un sens clair du contrôle. C’est comme avoir des points cardinaux avec lesquels nous orienter dans différents scénarios.

Cependant, et voici le problème, chaque fois que nous étiquetons quelque chose ou quelqu’un, nous avons également tendance à l’identifier comme bon ou mauvais. Parce que le langage n’est pas neutre, il a un sens et aussi des implications. Si nous disons qu’une personne est “toxique”, nous essaierons ensuite de ne pas interagir avec elle. Si on précise qu’un enfant est « lent », on suppose déjà que son apprentissage ne sera pas optimal.

Les gens ne sont pas pleinement conscients de la facilité avec laquelle il est possible d’étiqueter ou de se faire une première impression que nous avons tendance à confirmer par la suite. Ces réponses rapides avec lesquelles essayer de contrôler la réalité sont un sujet étudié depuis 1930. C’est le linguiste Benjamin Whorf qui expliqua que les mots que nous utilisons pour décrire ce que nous voyons sont rarement objectifs, mais chargés de préjugés.

Aussi, cette coutume si nôtre a de lourdes conséquences. Car étiqueter une personne consiste à nier sa complexité, son droit au changement, sa richesse en tant qu’être humain…

Détruire les concepts de soi Vs Effet Pygmalion

Nous en avons parlé au début. S’il est une pratique récurrente, c’est celle d’utiliser des adjectifs qualificatifs dans notre quotidien avec les tout-petits. Pensons, par exemple, à la maman ou au papa qui dit à son enfant « Écoute, tu es énervant, chéri, tu ne vois pas que tu es un râleur et que tu te plains de tout ? ». Dans cette phrase, deux étiquettes sont évidentes : énervant et plaintif.

Être énervant peut donner à cet enfant l’impression que ses besoins ne sont pas importants. Ils l’ignorent parce qu’il se plaint excessivement et suppose donc qu’exprimer ce qui est nécessaire n’est pas bon. Sa perception de soi prend un tour et il peut commencer à se dévaloriser en conséquence.

L’inverse peut aussi être le cas. Preuve en est une étude bien connue menée par les docteurs Robert Rosenthal et Lenore Jacobson. Dans ce travail, ils ont réalisé une expérience frappante. Un groupe d’enseignants s’est fait dire que certains élèves de l’une de leurs classes étaient plus intelligents que la moyenne (alors qu’en fait, rien ne prouvait que c’était le cas).

Après leur avoir donné ces informations, les chercheurs sont revenus à la fin de l’année scolaire. Ils ont découvert que ces enfants, qu’ils avaient désignés comme les plus brillants, avaient un QI supérieur de 10 à 15 points à celui de leurs pairs.

L’effet Pygmalion et le marquage positif ont fait leur effet. Les professeurs ont validé cette idée, cette fausse étiquette que les chercheurs leur ont donnée. Cela les a amenés à traiter ces étudiants différemment. Cette préférence, cette attention et cette confiance en eux payèrent.

L’étiquetage peut agir comme une prophétie auto-réalisatrice, c’est-à-dire que lorsque nous croyons que quelque chose qu’ils disent de nous est réel, nous finirons par le valider avec nos croyances et nos comportements.

Étiqueter
Les étiquettes et les catégorisations sont communes à tous les scénarios sociaux.

Les étiquettes sont des tunnels qui ferment nos réalités

Lorsque vous étiquetez une personne, vous pouvez la renforcer ou la dévaloriser. Mais malheureusement, ce qui est le plus pratiqué dans la société d’aujourd’hui, c’est cette catégorisation peu aimable, peu utile et pas du tout pédagogique. Si dans notre quotidien nous sommes déjà catalogués selon la race, le sexe, la classe et l’orientation sexuelle, nous devons aussi composer avec d’autres terminologies : « sensible », « faible », « naïf », « égoïste », etc.

La plupart des étiquettes blessent parce qu’elles sont chargées de préjugés. En fait, ces terminologies définissent plus qui les dit que qui les reçoit. Parce que ceux qui les utilisent ont une vision très limitée de la réalité : ils voient ce qu’ils croient, pas ce qui est vraiment. Cependant, dans sa tentative de contrôler la complexité des gens, ils déforment tout, réduisent tout à ce qu’il n’est pas.

Essayons d’avoir une vision un peu plus ouverte et flexible de la vie, des gens et des événements. Évitons l’étiquette facile et rapide, prenons soin du langage, qui fait tant de dégâts sans qu’on s’en rende compte. Et essayons aussi de désactiver et d’enlever tout cet arsenal d’étiquettes collées en nous.

Celles que d’autres placèrent sur nous et que nous avons validé… Évitons qu’elles ne deviennent des prophéties auto-réalisatrices.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Croire en soi-même : ne vous laissez pas étiqueter !
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Croire en soi-même : ne vous laissez pas étiqueter !

Croire en nous-mêmes nous permet de grandir et d'apprendre à nous connaître.



  • Darley, J.M., Gross, P.H. (1983). A hypothesis-confirming bias in labeling effects. Journal of Personality and Social Psychology, 44, 20-33.
  • Eberhardt, J. L., Dasgupta, N., & Banaszynski, T. L. (2003). Believing is seeing: The effects of racial labels and implicit beliefs on face perception. Personality and Social Psychology Bulletin, 29, 360-370.
  • Rosenthal, R., & Jacobson, L. (1992). Pygmalion in the classroom: Expanded edition. New York: Irvington

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.