Erich Neumann, biographie du disciple le plus brillant de Jung

11 novembre 2019
Un des aspects les plus notables de l'oeuvre de Erich Neumann a été l'apport du concept de la Grande Mère comme archétype fondamental dans la psyché humaine. En son temps, c'était en effet la vision masculine de développement humain qui primait.

Erich Neumann était un psychanalyste d’origine allemande. Avec le temps, il est devenu le disciple le plus remarqué de Carl Jung. Même si sur certains points, il s’est éloigné des postulats classiques de Jung, il a tout de même poursuivi, élargi et approfondi sa thèse.

Un des aspects les plus remarquables de la biographie d’Erich Neumann, c’est qu’il a dépassé d’autres théoriciens en ce qui concerne l’étude du concept et l’importance de la figure de la mère dans le processus de développement des individus. En effet, en son temps, la figure du père était le principal centre d’intérêt des psychanalystes jungiens et freudiens.

Erich Neumann a laissé derrière lui un précieux travail qui combine certains postulats de Freud à la plus grande partie de la théorie de Jung. En effet, il a pris des apports de la psychologie freudienne du Moi et les a conjugués avec le versant jungien, qui associait tous ces phénomènes à l’inconscient collectif et la mythologie.

Erich Neumann et la méthode d’élargissement

Erich Neumann est né à Berlin le 23 janvier 1905. Or, plus tard, il a demandé à être naturalisé israélien. Il venait d’une bonne famille juive. Il a étudié la médecine et la philosophie, domaines qui à un moment donné l’ont mené à se rapprocher des postulats de Carl Jung. Rapidement, il a commencé à faire partie du cercle proche de ce grand psychanalyste.

Dans son oeuvre, Neumann applique rigoureusement la méthode d’élargissement proposée par la psychologie analytique de Jung. Cette méthode est liée au processus via lequel les images inconscientes ou oniriques s’associent aux symboles universels présents dans la mythologie, la religion, la mysticité, etc. Autrement dit, les contenus inconscients individuels doivent être associés à ces références universelles afin de pouvoir être interprétées correctement.

En d’autres termes, le processus d’analyse d’un individu cherche la présence de contenus universels, chez cette personne en particulier. C’est donc ce qui permet d’interpréter ses symptômes. Pour Neumann, la référence centrale de ces contenus universels est la mythologie. Jung lui-même a reconnu que l’oeuvre de son disciple était bien plus large que la sienne sur cet aspect en particulier.

Erich Neumann était le meilleur disciple de Carl Jung

La Grande Mère, un des plus grands apports d’Erich Neumann

Le nom d’Erich Neumann a acquis une certain notoriété, plus particulièrement du fait d’un de ses grands apports : le complexe de la Grande Mère. Il est ainsi parti de l’idée que dans toutes les cultures, il existe un mythe lié à une grande déesse mère, bien souvent représentée comme la terre mère. Ces déesses sont même antérieures à l’apparition des dieux masculins.

Neumann décrivait la Grande Mère comme un archétype qui correspond à la dimension du féminin. Elle se configure de 3 manières différentes : la bonne mère, la mauvaise mère et la combinaison des deux. Ces configurations correspondent à la bonne mère, la mère terrible et la grande mère. La première présente des éléments positifs du masculin et du féminin ; la deuxième, des éléments négatifs des deux pôles ; et la troisième, des éléments positifs et négatifs des deux genres.

Ce qui est important dans cette conception, c’est qu’elle donne au féminin un rôle fondateur dans la psyché humaine. Et cela résulte notable pour un temps lors duquel les centres d’intérêts étaient le complexe d’Oedipe et la convoitise du pénis. Jung lui-même privilégiait une vision masculine du développement psychique.

Un dessin de visage de femme aux yeux fermés

Le Cercle d’Eranos

Erich Neumann a fait partie du Cercle d’Eranos, une organisation à caractère multidisciplinaire. C’est là qu’une fois par an, se réunissaient les intellectuels les plus éminents. Chaque rencontre durait 8 jours. Pendant ces 8 jours, ils vivaient ensemble et présentaient leurs approches autour d’un sujet, dans une ambiance de camaraderie.

Chacun des intellectuels présents traitait d’une thématique sur une durée de 2 heures. Puis, les autres présentaient leurs remarques, ce qu’ils appelaient le « banquet des idées ». Ils n’essayaient pas de tomber d’accord, mais plutôt de créer un espace de kaléidoscope multicolore, où toutes les perspectives avaient leur place.

Neumann a été l’un des membres les plus influents du Cercle d’Eranos. Presque toutes ses approches ont été passées au peigne fin de ces présentations et discussions collectives. D’autre part, il a passé les dernières années de sa vie à Tel Aviv, où il est mort le 5 novembre 1960. Ses oeuvres les plus connues sont Origines et histoire de la conscience, The Great Mother (« La Grande Mère », en français), ou encore Depth Psychology and a New Ethic (« Psychologie Profonde et Nouvelle Ethique », en français).

 

Fernández, M. Á. C. (1996). La mujer en algunas literaturas occidentales: una aproximación bibliográfica. Scriptura, (12), 215-252.