Quand vous envisagez de faire quelque chose, pensez à la manière dont cela vous affecterait

5, avril 2017 dans Emotions 151 Partagés

Pensez à un moment de votre vie au cours duquel vous ne vous êtes pas senti-e fier-ère de votre comportement. Peut-être la fois où vous vous êtes disputé-e avec votre mère, avez manqué de respect à votre conjoint ou avez mal regardé un-e collègue de travail.

Comment vous-êtes vous senti-e après avoir fait cela ? Sûrement que dans un premier temps, vous avez pu ressentir du plaisir puisque, si vous avez agi ainsi, c’est parce que vous vous sentiez blessé-e. D’une certaine manière, vous avez pensé qu’il était injuste que cette personne vous traite mal, par opposition à ce dont vous aviez besoin à ce moment-là.

Mais sûrement aussi qu’après cela, vous vous êtes senti-e coupable et avez fait votre possible pour réparer le mal que vous aviez fait, même si c’était de façon cachée. Pensez-y.


Nous, les êtres humains, sommes bons par nature, mais nous avons parfois un ego qui nous éclipse et nous fait ressembler à une personne qu’en réalité nous ne sommes pas.


L’ego nous pousse parfois à agir d’une manière peu correcte avec les autres, sans penser aux conséquences que cela peut entraîner à long terme, simplement parce que nous le laissons nous dominer, lui ou notre état émotionnel du moment. Pensez que c’est précisément le moment où il faut maintenir le contrôle et retenir le cheval qui veut galoper.

Pensez à vous avant d’agir

Une bonne manière de gérer l’ego consiste d’abord à penser à comment cela nous toucherait si les autres agissaient de la façon dont nous pensons agir. Beaucoup de nos comportements inappropriés disparaîtraient avant d’être exécutés si nous faisions attention au reflet qui se dessine dans le miroir.

Si nous sommes capables de ressentir ce que sentirait cette personne, nous mettre à sa place et la comprendre, il sera beaucoup plus difficile d’agir de forme impulsive. Nous nous épargnerons du mal, des lamentations et des moments de honte.


L’empathie est la capacité que nous avons à nous mettre à la place de l’autre, à être capable de ressentir ce qu’il ressent, d’être dans sa peau à chaque circonstance.


mujer-con-flores-en-medio-rostro

Apprendre à l’utiliser est essentiel pour améliorer nos relations sociales et même notre relation avec nous-même, avec notre ego. Nous serons beaucoup plus heureux si nous apprenons à gérer cet ego et à le dominer.

Par conséquent, chaque fois que vous vous trouvez dans une situation où quelqu’un ne s’est pas comporté de la meilleure façon avec vous, et que vous êtes prêt-e à agir avec vengeance, avec envie et avec haine, faites l’effort mental de vous mettre à sa place et de penser à comment cela pourrait l’affecter. En cela, nous ne sommes pas si différent-e-s.


Laissez cette rancœur, cette haine ou ces idées d’injustice de côté et comprenez que même si la vie et les autres n’agissent ou ne sont pas toujours comme nous le voudrions, cela ne veut pas dire que nous devons leur rendre la pareille.


Il est intelligent et rationnel de passer au-dessus de ces situations et d’agir avec calme, sans avoir forcément à souffrir. Appliquer l’expression «œil pour œil, dent pour dent» est une grande erreur et ne nous apportera que des conséquences négatives, à moyen ou long terme.

Quelque clés pour apprendre à sentir de l’empathie

Ecoutez l’autre personne et ouvrez-vous à elle

Parfois, celui/celle qui vous a blessé-e ou n’a pas su se comporter comme vous l’attendiez est en réalité en train de vivre une mauvaise passe, s’est trompé-e, est blessé-e ou a des problèmes. Peut-être serait-il bon, avant de le/la critiquer ou de lui rendre la pareille (ce que nous faisons la plupart du temps), de penser à lui demander ce qui lui arrive ou pourquoi iel vous a traité de cette manière. Vous serez peut-être surpris-e par tout ce qu’iel a à vous dire.

Il est aussi nécessaire de vous ouvrir et de vous connecter à l’autre personne sur le plan émotionnel, de comprendre ses sentiments, et aussi d’être capable de l’aider dans ses coups durs.

amigas-hablando-mientras-meriendan

Essayez de ne pas juger les gens trop hâtivement

Si nous voulons faire preuve d’empathie avec les autres, nous devons apprendre à les connaître, approfondir notre relation et comprendre que nous ne sommes pas des clones ; parfois, des choses nous dérangeront chez elleux, de même qu’iels seront dérangé-e-s par quelque chose chez nous. Nous nous trompons tou-te-s de temps en temps.


Vous devez ôter les préjugés de votre tête parce qu’ils enveniment votre esprit et ne vous permettent pas de faire preuve d’empathie avec les autres.


Si vous vous écoutez prononcer un jugement général sur une autre personne, corrigez-vous immédiatement et ne jugez que sa conduite, mais pas elle en général.

Exprimez vos sentiments avec clarté mais agissez avec sérénité

Il est courageux et mature de dire ce qui nous a dérangé ou ce qui ne nous a pas plus, l’un comme l’autre sont nécessaires pour de bonnes relations sociales, même si dire ce qui est négatif nous est toujours plus difficile, et au final, à force de ne rien dire, nous finissons par agir d’une façon que nous regretterons plus tard.


Pour cela, vous devez être courageux-se et apprendre à être assertif-ve, parler de vos désaccords mais en étant toujours respectueux-se.


amigas

Faites preuve de compréhension envers l’autre personne et montrez-la lui en même temps que vous lui dites que, même si vous la comprenez, vous n’êtes pas d’accord avec elle. Cela sera suffisant pour qu’elle ne soit pas blessée ou qu’elle se mette sur la défensive.

N’agissez pas impulsivement en suivant votre douleur ou votre rage, parce que cela ne vous aidera absolument pas.

L’orgueil corrompt toujours tout et nous rend plus vulnérable ; en le prenant comme compagnon de jeu, nous sommes quasiment toujours condamné-e-s à perdre. Comprenez bien que l’autre -en tant que personne- se trompe, beaucoup, tout comme vous. La compréhension entre humains et l’empathie sont essentielles pour bien nous entendre avec les autres.