Le succès et l’échec : dans la vie, on écrit, on efface, et on réécrit

14 novembre 2016 dans Emotions 2 Partagés

Walt Disney a été renvoyé du journal pour lequel il travaillait pour manque de créativité.

Il a alors fondé sa première entreprise, Laugh-O-Gram Films, dédiée à l’animation, mais rapidement, il fût contraint d’y mettre fin.

Finalement, il est allé à Hollywood, et ses films ont enfin commencé à avoir du succès.


« Je ne peux pas croire qu’il existe des obstacles insurmontables pour les personnes qui savent comment faire de leurs rêves une réalité. »

-Walt Disney-


Il existe de nombreuses histoires comme celle de Walt Disney. A un moment ou un autre de notre vie, nous sommes tous passé par des moments d’échec au cours desquels il a été nécessaire de rectifier le tir et de recommencer.

La réussite, l’échec et l’apprentissage font partie de notre vie quotidienne. Ce sont les bases qui nous permettent de grandir en tant que personne.

C’est pourquoi, dans la vie, on écrit, on efface et on réécrit.

Avoir du succès dans la vie : qu’est-ce que cela veut dire, plus exactement ?

Pour vous, avoir du succès, qu’est-ce c’est ? Est-ce être reconnu dans votre travail ? Est-ce être heureux dans votre vie ?

Est-ce vous sentir bien avec vous-même et avec les autres ? Est-ce avoir de l’argent ou des richesses ? Est-ce avoir une famille ?

Est-ce avoir un compagnon/une compagne ou des enfants ? Est-ce voyager partout dans le monde ? Est-ce avoir un travail et la santé ?


« 90% de notre succès dépend de notre capacité à insister. »

-Woody Allen-


Indépendamment de la définition que vous donnez personnellement au succès, sachez bien que ce dernier vous permet de prendre confiance en vous, d’aller de l’avant, et donc d’être heureux.

Elsa Punset, écrivaine, philosophe et fille d’Eduardo Punset, parle de « l’effet gagnant ».

Lorsque vous sentez que vous réussissez, que vous « gagnez », donc, votre cerveau sécrète de la dopamine, ce qui vous permet de vous sentir mieux et davantage préparé, et donc de faire tous les efforts possibles pour relever les défis que vous voulez relever.

Autrement dit, avoir du succès conduit à réussir davantage : c’est un effet de chaîne.

Apprendre de l’échec

Afin de vous aider à mieux comprendre en quoi consistent le succès et l’échec, nous avons décidé de vous faire part de cette information étonnante : selon certaines estimations, il semblerait que 90% des produits lancés sur le marché ne génèrent pas les ventes escomptées et échouent.

L’échec n’est donc pas une exception, mais une règle générale. Néanmoins, échouer, ce n’est pas bien vu pour autant.

shutterstock_208701412

Maintenant que vous savez que l’échec est fréquent et ce pour tout le monde, certainement parviendrez-vous à cohabiter avec lui de façon plus naturelle.

Pour Carol Dweck, psychologue, votre façon de faire face à l’échec est proportionnelle à votre talent.


« Echouer, c’est l’opportunité de recommencer, fort d’une plus grande confiance. »

-Henry Ford-


Selon une certaine approche, le talent est quelque chose d’inné ; on naît ou non avec, tout simplement.

Or, une autre approche, elle, soutient que le talent se développe, et qu’avec de la persévérance et des efforts, on peut arriver à ce que l’on veut.

Pour les personnes du premier groupe, relever des défis, c’est une façon de démontrer leur talent inné.

Selon elles, un échec suppose qu’elles ne disposent pas des capacités ou du talent suffisants ; c’est la raison pour laquelle elles ont peur de l’échec, car elles ne supportent pas l’idée de ne pas réussir.

Cependant, les personnes qui pensent que le talent se développe conçoivent l’échec comme une preuve qu’elles font des efforts, et le voient d’un point de vue positif.

L’échec, c’est une façon pour elles de s’améliorer. Si vous n’échouez pas, vous ne pouvez pas vous améliorer.

Tirer des leçons de ses échecs et assumer les risques, cela requiert beaucoup de courage. Tout ne se passera pas toujours bien, on vivra de nombreuses déceptions, mais notre vrai succès sera celui d’apprendre, de mûrir et de grandir.

Pensez à ce qui vous rend heureux, à ce qui esquisse un sourire sur votre visage, et battez-vous pour ça.

L’intelligence émotionnelle et le succès

Dans son livre Intelligence Emotionnelle (publié en 1995), Daniel Goleman cite différentes études nous présentant le cas de plusieurs jeunes obtenant de très bons résultats à des tests d’intelligence.

article_13744045754

Dans le cadre de ces études, les chercheurs ont comparé les niveaux de satisfaction de ces jeunes face à des concepts tels que le bonheur, le prestige ou le succès professionnel.

Il a alors été conclu que  le quotient intellectuel suppose approximativement 20% des facteurs qui déterminent le succès.

Les 80% restants dépendent de variables telles que la chance, la classe sociale et surtout, l’intelligence émotionnelle.

Par conséquent, l’auto-motivation, la capacité de persévérer, la gestion des humeurs et l’empathie sont des facteurs plus déterminants que l’intelligence.


« Dans la vie, on ne gagne pas et on ne perd pas non plus, on n’échoue pas et on ne triomphe pas non plus. Dans la vie, on apprend, on grandit, on découvre ; on écrit, on efface et on réécrit ; on coud, on découd et on coud de nouveau. »

-Ana Cecilia Blum-


A découvrir aussi