Apprenez à dominer votre ego

· 9 février 2016

Notre ego a la capacité de nous influencer dans toutes les décisions que nous prenons et dans les actes qui déterminent notre destin. Nous pouvons devenir esclaves de notre ego sans nous en rendre compte…

Il est indispensable de comprendre la relation que nous entretenons avec notre ego, afin de prendre conscience de la manière dont il nous influence et à quel point il est facile d’en devenir esclave.

A quoi sert notre ego ?

Le fait de connaître le rôle de l’ego dans notre vie nous aide à l’identifier et à en prendre connaissance.

L’ego n’est pas quelque chose d’extérieur à nous. Il représente notre « moi », l’identité que nous montrons devant les autres et devant nous-même.

Il est constitué de toutes nos expériences et apprentissages, de toutes nos peurs et nos douleurs.

Via notre ego, nous nous défendons de ce dont nous avons souffert, de ce qui nous a angoissé et tourmenté. Les humiliations, les rancœurs, les malheurs, la maltraitance ; tout ça est resté gravé dans notre ego.

L’ego se manifeste en nous à travers une lutte constante pour cacher nos faiblesses, et pour maintenir une apparence forte et distante émotionnellement.

Il représente notre conduite la plus puérile, celle qui n’a pas appris des erreurs, celle qui est restée ancrée dans le passé. Il nous « protège » pour des sujets tels que la nouveauté, l’intimité, le rapprochement, l’engagement et l’amour…

Siluetas-cabezas-conectadas

Comment nous porte-t-il préjudice dans nos vies ?

Lorsque nous n’avons pas conscience que notre ego peut avoir pris le contrôle de notre conduite, nous voyons la rancœur, la vanité, la violence, la possession et la destruction comme des sentiments normaux.

Notre ego est le véritable motif de notre souffrance, nous l’alimentons et lui donnons du pouvoir pour qu’il règne sur nos vies.

En n’assumant pas notre ego, nous agissons en mode automatique, sans prendre conscience des conséquences de nos actes. Nous nous éloignons de notre essence et de notre humanité en alimentant notre ego.

Le malheur et la souffrance sont donc inévitables, puisque l’ego se nourrit de la misère, et de la torture envers notre bien-être.

A travers l’ego, nous nous sentons coupables de reconnaître ce dont nous avons besoin, et ce que nous voulons. jusqu’au point de nous sentir coupable de nous abandonner à l’amour.

C’est à la fois notre juge intérieur le plus sévère et le plus injuste. Il nous rend lâche en amour, compétitif, égoïste et méfiant envers les gens. Il nous transforme en sujets passifs depuis notre position de victime.

A travers la victimisation, nous associons tout ce qui arrive à des causes externes.

La cause du mal-être est dehors de nous. Nous nous ôtons ainsi toute responsabilité de ce qui arrive dans nos vies, en nous réjouissant du mal de ce que cela nous a fait et en restant collés à notre souffrance et notre mal-être.

Hombre-mirando-reflejo-espejo

Diminuer l’influence de l’ego

Pour pouvoir être des personnes plus responsables dans nos vies et conscientes de notre développement personnel, il ne s’agit pas d’éliminer ni de se détacher de l’ego, car il fait partie de ce que nous sommes et c’est quelque chose d’inévitable.

Le travail personnel à réaliser serait de diminuer son influence sur nos vies, et surtout de prendre conscience des moments où l’ego prend possession de nos pensées et de nos actes.

C’est quand on prend conscience du moment où apparaît l’influence de l’ego, que nous pouvons le maîtriser et décider de l’attitude que nous souhaitons adopter. Nous nous détachons ainsi du rôle victimisant qui nous raccroche à la souffrance.

Quand nous sommes capables de maîtriser notre ego, nous nous libérons d’attitudes qui nous génèrent de la souffrance telles que :

  • Le besoin d’avoir raison
  • Se sentir offensé en croyant que les autres nous attaquent
  • Le besoin de gagner et de triompher pour être les meilleurs
  • Le besoin de se sentir supérieurs aux autres
  • Nous identifier à nos réussites, en mettant notre courage en avant
  • Le désir de possession et d’avoir plus

Si nous sommes capables de prendre conscience de notre ego, nous nous situons dans le présent, sans l’éviter ni oublier qu’il est là. En nous aimant, non pas pour ce que nous faisons mais pour ce que nous sommes.