Énurésie : causes, symptômes et traitements

22 mars 2018 dans Psychologie clinique 0 Partagés
Énurésie

L’élimination des déchets corporels est une fonction fondamentale qui se réalise de manière instinctive dès la naissance. Une large évolution s’initie dans les premières années de vie, laquelle conduira l’enfant de la dépendance totale à l’autonomie complète. Dans ce processus évolutif, qui s’étend généralement jusqu’à la quatrième ou cinquième année de vie, l’enfant doit acquérir une série d’apprentissages. Ces apprentissages finissent par se consolider en tant qu’habitudes de soins personnels.

Le contrôle du sphincter suit généralement une séquence qui est commune à la plupart des enfants. La première chose qui est acquise est la continence fécale nocturne. En d’autre termes, le contrôle de la vidange intestinale pendant le sommeil. La deuxième chose qui est acquise est la le contrôle fécal de jour. S’acquiert généralement peu de temps après la continence urinaire diurne. Enfin, le contrôle nocturne de l’urine est obtenu, ce qui constitue généralement la séquence qui prend le plus de temps à acquérir.

Le sexe est une variable qui influence également l’âge du contrôle du sphincter. Normalement, les filles acquièrent le contrôle avant les garçons, avec un décalage qui pouvant aller de quelques mois à 2 ou 3 ans. Malgré cette variabilité, le contrôle commence en principe à être pratiqué après les 18 mois et est acquis entre 3 et 5 ans. Lorsque l’enfant dépasse ces moments d’évolution, le manque de contrôle urinaire ou fécal est considéré comme problématique.

Il existe beaucoup d’enfants qui, passés 5 ans, se font encore pipi dessus soit pendant leur sommeil soit pendant la journée. Ceci est une source de mal-être, tant pour les enfants que pour les parents.

petite fille souffrant d'énurésie

Qu’est-ce que l’énurésie ?

L’énurésie se définit traditionnellement comme une décharge involontaire et persistante d’urine. Cette décharge se produit pendant la journée, la nuit ou les deux, après l’âge de 4-5 ans. En d’autres termes, le terme énurésie se réfère à l’émission répétée et involontaire d’urine dans des endroits inappropriés, tels que le lit ou les vêtements, chez les enfants de plus de 5 ans. Âge auquel nous supposons que l’enfant aurait déjà dû acquérir un contrôle urinaire, et dès lors qu’il n’existe aucune pathologie organique motivant l’incontinence.

L’énurésie nocturne est l’un des problèmes les plus fréquents chez les enfants et fait référence au fait que la miction a lieu pendant le sommeil. Entre 10 et 20% des enfants de 5 ans présent habituellement ce problème pendant la nuit.

Les causes de l’énurésie

Différentes hypothèses ont été formulées pour expliquer l’origine de l’énurésie, mais aucune des variables étudiées n’a pu expliquer à elle seule le phénomène. C’est pourquoi, l’hypothèse la plus acceptée est celle de l’étiologie multicausale.

L’étiologie multicausale se réfère à l’existence de divers facteurs physiologiques, de maturation, génétiques et d’apprentissage. Interagissant les uns avec les autres, cet ensemble de facteurs aiderait à expliquer, dans une plus ou moins grande mesure, chaque cas d’énurésie.

Facteurs physiologiques

Il est nécessaire, pour acquérir le contrôle urinaire, que l’enfant apprenne à identifier les contractions du détrusor comme un signe que sa vessie est pleine. Par conséquent, l’enfant devrait aller à l’endroit requis pour uriner.

La chose normale est que la vessie soit relâchée pendant la phase de remplissage et que le détrusor ne se contracte que lorsque cette dernière est complètement pleine. Cependant, certains énurétiques démontrent une hyperactivité élevée du détrusor. Cela provoque des contractions incontrôlées avant que la vessie ne soit pleine.

Il s’agit de la raison pour laquelle l’enfant montre une grande urgence à uriner, laquelle peut conduire à l’incontinence nocturne. L’hyperactivité du détrusor pendant le sommeil pourrait être responsable d’environ un tiers des cas d’énurésie nocturne.

enfant chez le médecin

Facteurs génétiques

L’existence d’un modèle familier est un fait connu dans l’énurésie. Dans environ 75% des cas d’énurésie, il existe un parent au premier degré ayant des antécédents familiaux d’énurésie.

Par ailleurs, plusieurs gènes ont été identifiés qui semblent être impliqués dans les problèmes d’énurésie nocturne. Les résultats ne sont néanmoins pas totalement concluants.

Facteurs d’apprentissage

Le contrôle volontaire de la miction est un phénomène complexe qui suppose que l’enfant acquière séquentiellement une série de compétences spécifiques :

  • Reconnaître les signes de distension de la vésicule, autrement dit que sa vessie est pleine et être capable de le communiquer aux autres.
  • Éveillé et avec une vessie pleine, apprendre à contracter les muscles du pelvis pour retenir l’urine jusqu’à atteindre le lieu adéquat.
  • Détendre lesdits muscles pour commencer à uriner.
  • Contrôler la vidange de l’urine avec différents niveaux de remplissage, être capable de l’arrêter et de la redémarrer.

Si cette séquence n’est pas apprise correctement, elle ne sera pas automatisée, de sorte qu’elle sera difficilement applicable la nuit pour parvenir à contrôler la miction nocturne.

Symptômes de l’énurésie

Comme nous avons pu le constater antérieurement, le principal symptôme de l’énurésie est la perte d’urine, involontaire ou intentionnelle. Elle se manifeste avec une fréquence de 2 épisodes par semaine, pendant une période d’au moins 3 mois consécutifs.

L’énurésie provoque un mal-être cliniquement significatif ou une détérioration sociale, scolaire ou d’autres domaines importants de l’activité de l’enfant. Certains enfants atteints d’énurésie nocturne peuvent présenter des difficultés à se réveiller et de constipation.

énurésie

Traitement de l’énurésie

Il existe plusieurs options de traitement de l’énurésie, lesquelles vont du traitement pharmacologique au traitement comportemental. En ce qui concerne le traitement pharmacologique, l’un des médicaments les plus utilisés a été l’imipramine, un antidépresseur tricyclique.

Au cours des dernières années, l’utilisation de l’imipramine a été remplacée par la desmopressine, un analogue de l’hormone antidiurétique (vasopressine). Elle facilite la réabsorption de l’eau par les reins, de sorte que le volume de l’urine s’en trouve réduit.

En ce qui concerne le traitement comportemental, nous pouvons dire qu’il est consolidé dans l’intervention psychologique. Ce traitement a été développé à partir de trois procédures de base : la méthode d’alarme, l’entraînement à la rétention d’urine et l’entraînement au lit sec.

Par conséquent, si un de vos enfants souffre d’énurésie, il est recommandé de consulter un psychologue spécialisé. Ne perdons pas de vue que le traitement comportemental est efficace et que les effets secondaires des médicaments seront ainsi évités.

Bibliographie :

Comeche Vallejo, I., Vallejo Pareja, MA Manuel de thérapie comportementale dans l’enfance. Dykinson-Psychologie. Madrid, 2012.

Bragado Álvarez, C. Enuresis infantil. Pyramide Madrid, 2006


A découvrir aussi