Entretien avec Rafael Santandreu : "Le stress n'est que dans notre esprit"

05 juillet, 2020
Rafael Santandreu nous rappelle dans cette entrevue que nous sommes devenus une société qui tolère à peine l'échec. Cette soif de grande efficacité nous conduit à des souffrances inutiles que nous devons aborder différemment.

Quelque chose que nous rappelle le psychologue Rafael Santandreu est que le stress et l’anxiété sont essentiellement deux dimensions mentales. Cependant, comme nous le savons bien, peu de facteurs psychologiques limitent à la fois la qualité de vie et même le potentiel humain. Que faisons-nous de mal ? Pourquoi avons-nous souvent l’impression de perdre le contrôle de nous-mêmes ?

Plutôt que de faire quelque chose de mal, ce qui nous arrive en réalité, c’est que nous appliquons une approche mentale très déformée. Nous nourrissons notre cerveau avec des exigences, avec la pression de tout bien faire, d’atteindre tous nos objectifs…

Parfois, nous recherchons une efficacité si élevée que nous devenons intolérants à l’échec. Dans nos têtes l’image de l’erreur n’a guère sa place et cela engendre de grandes souffrances.

Une clé pour réduire et gérer ces états est le calme intérieur. Porter un regard plus humble sur les choses et avoir un esprit plus détendu et serein nous aide à nous concentrer sur ce qui est vraiment important.

Entretien avec Rafael Santandreu sur l’anxiété de performance

Être un peu plus tolérant aux fautes, par exemple, peut nous permettre de nous accepter et de créer une réalité plus saine, plus équilibrée et plus heureuse. Rafael Santandreu nous l’explique dans cette interview.

Qu’est-ce que l’anxiété de performance ?

Il s’agit de nervosité à propos d’une tâche qui pourrait peut-être avoir mal tourné ou que l’on croit aller mal. L’idée de l’échec nous inquiète.

Par exemple, à la veille d’un examen, certains étudiants se rendent malades, et d’autres non. Nous pouvons alors nous demander : pourquoi seulement certains souffrent-ils d’une grande anxiété de performance ?

Rafael Santandreu a des conseils à donner aux personnes souffrant d'anxiété de performance

Comment ceux qui n’ont jamais souffert d’anxiété de performance font-ils ?

“Jamais” est pratiquement impossible parce que nous sommes humains et il est normal de ressentir parfois ce sentiment. Mais il y a des gens qui en font très peu l’expérience.

Pour se débarrasser de l’anxiété liée aux performances, vous devez penser correctement au “besoin d’efficacité”. Si vous souffrez d’anxiété de performance, vous ressentez un grand “besoin d’être efficace”.

Pourriez-vous expliquer un peu plus ?

Le système de valeurs que nous adoptons en psychologie cognitive consiste à penser que “l’efficacité” n’est pas importante. La capacité d’aimer la vie et les autres est bien meilleure. Très bien faire les choses n’est pas mauvais, mais c’est loin d’être essentiel. Disons que bien faire les choses devrait être un objectif très mineur.

Mais nous voulons tous bien faire les choses pour que la vie ne se passe pas mal pour nous, non ?

À mon avis, vous venez de dire quelque chose de bien et quelque chose de mal. Tout d’abord : nous voulons tous bien faire les choses. C’est naturel parce que bien faire ses devoirs est plus amusant. Mais sinon, “la vie ne se passe pas mal pour nous”. C’est un mythe de notre société de consommation, qui est super exigeant.

Cela a à voir avec un esprit de “préférences” et non de “demandes”, comme vous l’expliquez dans votre livre L’art de ne pas s’empoisonner la vie, n’est-ce pas ?

Voilà. Un esprit qui fonctionne bien se dit : “J’aimerais bien faire les choses, mais il n’en sera pas toujours ainsi et rien ne se passera.” Au lieu de cela, un esprit fou, plein d’exigences, se dit : “Je me DOIS de TOUT faire bien, sinon, ma vie va mal tourner !”.

Mais êtes-vous sûr que la vie ne va pas mal se passer si nous ne faisons pas les choses correctement ? Au moins en partie ?

Si nous accomplissons “seulement une partie” de nos tâches, nous aurons déjà une belle vie. Notre société nous pousse à faire trop de tâches. Nous devons tous être parfaits.

Jamais auparavant dans l’histoire de l’humanité nous n’avons dû être aussi efficaces. Nous devons être élégants, avoir fait des études, être en couple, avoir des enfants et une très belle maison, être extravertis, beaux, minces, avoir un excellent travail, passer de belles vacances, parler plusieurs langues, et j’en passe ! Nos grands-parents n’avaient pas à répondre à toutes ces exigences.

L’anxiété de performance est-elle le produit de cette demande exagérée ?

Oui, et vous devez apprendre à ne pas exiger autant. Par exemple, je ne prétends pas être quelqu’un. Seul un homme qui aime et qui profite de l’environnement. Je n’ai pas besoin d’être psychologue, intelligent, ou je ne sais quoi d’autre. La clé est la simplicité et l’humilité radicale. Cette idée m’a sauvé de l’anxiété.

Quels exercices pouvons-nous faire pour éliminer l’anxiété liée aux performances ?

Je propose, par exemple, “la visualisation des démunis”. C’est-à-dire, imaginez-vous comme un sans-abri vivant dans une auberge publique.

Imaginez que, pour une raison quelconque, vous ne pouvez pas travailler ou avoir de l’argent. La question est : “Pourriez-vous être heureux ?”. La réponse obligatoire est “oui”. Ensuite, demandez-vous : “Que pourrais-je faire pour être très heureux ?” Par exemple, étudier, aider les autres, vous faire de bons amis, etc.

Doit-on s’imaginer tout cela dans les détails ?

Oui, et ce doit être un exercice amusant pour vous ! De cette façon, vous comprendrez que vous pouvez faire de grandes choses et profiter à merveille de la vie. Quel repos !

Une femme qui applique les conseils de Rafael Santandreu et qui se libère du stress

Mais faut-il renoncer à avoir du travail et des projets ?

Non. Nous devons continuer à travailler et à étudier, mais sans être soumis à cette pression folle. Par exemple, je peux être psychologue et essayer de bien faire. Mais j’aurais aussi pu faire 10 000 autres choses. Ou même aucune. Mais, de toute façon, j’ai choisi d’essayer d’être un grand psychologue.

Vous expliquez dans vos livres que c’est ainsi que vous vous êtes débarrassé de la peur de parler en public, n’est-ce pas ?

Voilà. J’ai pensé encore et encore, “Dois-je donner des conférences ?”, et j’ai réalisé que “non”. Si je me débrouillais très mal, rien ne se passerait du tout : ma vie serait toujours belle. Lorsque vous relâchez la pression à un niveau profond, vous n’avez plus peur, il n’y a plus de stress. Mais il faut y croire radicalement.

Dans votre dernier livre, vous évoquez le fait de discerner des médailles aux échecs. Devrions-nous aller jusqu’à cet extrême ?

Oui, parce que nous devons être radicaux pour obtenir tous les avantages mentaux. Moi, maintenant, quand j’échoue dans quelque chose, je fais l’effort de rien n’en avoir à faire. De cette façon, je renforce mon système de valeurs.

Il s’agit de se dire : “J’ai juste échoué et perdu ceci ou cela, mais je m’en fiche. Je suis heureux aussi comme ça.” Discerner des médailles aux échecs, c’est être heureux d’échouer et heureux quoi qu’il arrive. Cela signifie que vous avez un excellent système de valeurs. Vous pouvez montrer vos erreurs et être fier de les avoir tout en étant heureux.