Entretien avec Jenny Moix : "Le danger de l'exigence est sa rigidité"

29 juillet, 2020
Jenny Moix, psychologue et auteure de livres tels que "Mi mente sin mi", explique comment les exigences de soi-même peuvent mettre un veto à notre bonheur et à notre capacité d'épanouissement personnel.

Dans notre entretien avec Jenny Moix, nous découvrirons une dimension qui nous aidera à être un peu plus heureux : la flexibilité. Être flexible signifie remettre en question beaucoup de choses que nous faisons et que nous nous disons. Cela signifie, par exemple, prendre conscience de la façon dont nos exigences personnelles érodent notre capacité de croissance et de bien-être.

Le psychothérapeute Albert Ellis a dit que nos pensées et nos schémas autodestructeurs sont installés dans notre esprit par l’habitude et la pratique, parfois même hérités de nos parents et de notre propre éducation.

Avec eux, avec ces mandats inflexibles chargés de culpabilité et de peur, nous coupons notre créativité et cette impulsion vitale où nous pouvons être plus libres, plus sûrs pour créer la réalité que nous désirons.

Entretien avec Jenny Moix

Jenny Moix (Sabadell, Barcelone) porte la passion de la psychologie dans chaque fragment de son être depuis son plus jeune âge. Elle est professeure de psychologie à l’Université Autonome de Barcelone (UAB) et membre du groupe de recherche sur le stress et la santé. Ses spécialisations sont la douleur chronique, la conscience et l’attention.

Elle est également bien connue pour ses publications et ses livres tels que Manual de dolor (2006), Cara a cara con tu dolor (2011), Felicidad Flexible (2011) et Mi mente sin mi (2018). Elle a écrit plusieurs articles scientifiques, a collaboré avec El País Semanal pendant des années, ainsi que dans différents médias tels que Catalunya Ràdio.

Jenny Moix est également une grande communicatrice. Elle donne des conférences sur différents domaines de la psychologie et de la croissance personnelle.

Parler avec Jenny Moix est un plaisir en raison de sa qualité humaine, de son enthousiasme et de sa remarquable capacité à nous faire réfléchir, découvrir et comprendre beaucoup mieux comment nous sommes et ce que nous pourrions faire pour être plus heureux. Commençons !

Entretien avec Jenny Moix sur la rigidité d'une femme.

Q. Qu’est-ce que l’auto-exigence ?

Il s’agit d’un mandat ou d’un ordre que nous nous donnons à nous-mêmes. L’auto-exigence a généralement une forme de pensée plus ou moins inconsciente qui commence par un “je dois…”.

Q. Quand devenons-nous généralement plus exigeants envers nous-mêmes ?

Nous avons tendance à être plus exigeants envers nous-mêmes dans les situations où les valeurs et les croyances qui nous sont chères entrent en jeu.

Par exemple, la pensée “seules les personnes ayant un excellent dossier scolaire réussissent” vous pousse à être exigeant avec vos notes ou “seules les personnes minces peuvent attirer les autres” vous pousse à être exigeant avec vos kilos…

Q. Y a-t-il un avantage à être exigeant envers soi-même ? Pouvons-nous en tirer quelque chose pour nous ?

L’exigence n’est pas mauvaise en soi. Ce qui la rend dangereuse, c’est sa rigidité. Pour faire simple, si nous devions classer les exigences personnelles en rigides et flexibles, les rigides seraient les mauvaises et les flexibles les bonnes.

Les demandes flexibles vous permettent de sonner la cloche en classe, de sauter le régime, de sortir de l’horaire de la journée, de laisser la vaisselle non lavée, et même de vous permettre d’abandonner quelque chose quand vous voyez que cela n’a pas de sens. Les rigides vous font culpabiliser énormément à la moindre déviation et vous attachent aussi au mal.

Dans la vie, nous avons besoin d’avoir un sens, un “où je vais”, sans cela nous serions désorientés, nous ne saurions pas quoi faire. Nos valeurs et nos croyances nous donnent ce sens, cette orientation. Nous en tirons des objectifs et des exigences qui nous poussent à les atteindre.

C’est le jeu de la vie. Nous fixons les règles et nous les suivons. Nous sommes en train de jouer. Cependant, parfois ces objectifs, ces règles du jeu, sont trop rigides et au lieu de servir à nous guider, ils ne font que nous faire souffrir : si nous les suivons parce qu’ils sont si durs que nous souffrons et si nous ne les suivons pas parce que nous nous sentons coupables.

Cela se produit lorsque nous oublions qu’en réalité, ces croyances, valeurs, objectifs ou règles du jeu sont relatifs ; alors nous croyons fermement qu’ils sont presque sacrés.

L’auto-exigence peut nous orienter et nous motiver, à condition que nous soyons profondément conscients que c’est nous qui l’avons créée et que de la même façon nous pouvons nous en débarrasser.

C’est-à-dire qu’elle est bénéfique tant qu’elle ne nous fait pas perdre notre liberté. Quand nous disons “Je ne peux pas dire non” ou “Je ne peux pas m’arrêter…“, c’est parce que nous avons oublié que nous avons mis ces exigences personnelles là.

Q. Comment une personne devient-elle exigeante envers elle-même ? Quels sont les facteurs en jeu ?

Nos parents, notre famille, nos professeurs, nos amis… la société en général est chargée de nous programmer. Bien que la programmation ne donne pas toujours les mêmes résultats. Certaines personnes, celles que nous classons habituellement comme “bien adaptées” sont plus exigeantes que celles que nous qualifions de “passives”.

Dans une société qui récompense le fait d’avoir beaucoup d’argent, de gravir les échelons de la carrière, d’être un partenaire pour la vie, d’être mince, d’avoir une apparence jeune à tout âge… Une personne bien programmée, adaptée à cette société de fous, est chargée d’exigences personnelles.

Et au fond, ça a même l’air bien ! Leur exigence est récompensée par la société, c’est pourquoi certaines personnes se vantent d’être très exigeantes. La société nous planifie si efficacement que l’auto-exigence a un système de maintenance intégré.

Ensuite, il y a d’autres facteurs plus ataviques, plus primitifs, qui sont inscrits dans nos gènes. L’évolution les a gravés sur nos chromosomes. L’Homo sapiens n’a pas survécu seul ; c’est un hominidé de groupe, et c’est grâce à la tribu qu’il est en sécurité. Des milliers d’années d’évolution ont marqué ce fait dans toutes nos cellules.

C’est pourquoi nous aimons que les autres partagent notre point de vue, qu’ils ne nous jugent pas, qu’ils nous acceptent, qu’ils nous aiment… et la plupart de nos exigences personnelles viennent de là.

De l’énorme pression que nous ressentons pour que notre corps s’adapte aux canons de la beauté de l’époque, à la répression que nous faisons de nos sentiments pour ne pas créer de conflit, elles sont là pour s’assurer que nous restons dans la tribu.

C’est pourquoi elles sont parfois si rigides, parce qu’au fond de nous, nous pensons (à tort) que ces exigences sont nécessaires pour survivre.

Un homme posant la tête sur une vitre et la rigidité.

Q. Est-il possible de gérer de hauts niveaux d’exigence ? Comment ?

Le mot “gérer” est un autre résultat de notre société quadrillée. Il est à la mode d’utiliser le mot “gérer” nos émotions, nos croyances, nos sentiments… comme si nous gérions les affaires d’un bureau, comme si nous pouvions mettre notre subjectivité dans un Excel et réparer toutes les cases.

Aujourd’hui encore, un garçon m’a expliqué qu’il veut mettre fin à son exigence personnelle dans deux mois. Comme si vous pouviez mettre un temps d’arrêt à l’auto-exigence. Nous mettons une exigence au-dessus d’une autre, nous, les humains, sommes sans espoir.

Derrière les auto-exigences, comme nous l’avons vu, il y a nos objectifs et nos valeurs qui sont maintenus par la peur de la culpabilité. La valeur-objectif vous dit : “Prenez soin de votre mère malade à tout moment, même si vous devez tout abandonner“, et la peur de la culpabilité : “Si vous ne le faites pas, vous souffrirez de culpabilité jusqu’à la fin de vos jours“.

Et plus loin encore, il y a la peur du vide. S’il y avait quelqu’un qui, avec une gomme magique, pouvait effacer toutes les valeurs pour que nous n’ayons pas d’exigences personnelles, qu’est-ce qui nous guiderait ? Qui serions-nous ? Que ferions-nous ?

Imaginons une personne dont toute l’existence tourne autour de l’exigence de prendre soin de sa mère, elle ne fait rien d’autre, et cela lui cause une grande souffrance, sa santé tant physique que mentale est très détériorée. Comment en est-elle arrivée là ? Pourquoi s’est-elle accrochée à cette valeur de manière si intense ?

Elle a peut-être peur du vide, peut-être peur de ce qu’elle va faire de sa propre vie, peut-être peur d’être libre. La question de l’auto-exigence peut aller si loin.

Q. Jenny Moix, être perfectionniste, est-ce la même chose que d’être exigeant envers soi-même ?

Ce sont deux concepts qui sont étroitement liés. On peut exiger que la maison soit parfaitement propre, la chemise parfaitement repassée, les cheveux parfaitement coupés, tout parfaitement ordonné.

Comme nous l’avons déjà dit, l’auto-exigence peut avoir des degrés, certains sont plus souples et donc sains, d’autres sont plus rigides et nous font souffrir. La recherche désespérée de la perfection dans un domaine évoque déjà une certaine rigidité.

Cela nous parle de l’aspiration à ce que la réalité se conforme à un idéal mental sur quelque chose. Dans ce cas, la souffrance est au bout du chemin parce que la réalité et les idéaux n’ont jamais tendance à s’ajuster.

Q. L’estime de soi et l’auto-exigence sont-elles liées d’une quelconque manière ?

Oui, elles le sont. Beaucoup d’exigences découlent du besoin de prouver quelque chose au monde, à soi-même ou “d’être meilleur” pour que les autres nous acceptent. Par conséquent, plus l’estime de soi est faible, plus ces besoins sont importants.

De même, nous voulons mieux nous aimer, mais l’amour de soi doit être inconditionnel, comme l’amour que les mères ont pour leurs enfants. L’amour authentique est de s’aimer tel que nous sommes, de s’accepter.

Un enfant qui est aimé et accepté est plus heureux. Il transforme sa vie en quelque chose de beaucoup plus beau. C’est la même chose pour nous. Accepter notre caractère unique serait plus facile sans cette présence constante d’idéaux sociaux. Être conscient de la pression de ces idéaux est la seule façon d’être moins influencé par eux.

Q. Le bonheur et l’auto-exigence sont-ils compatibles ?

Le mot “auto-exigence” me semble laid. “Exiger” est quelque chose de très dur et tranchant. “Mon patron exige que je…” indique que si vous ne le faites pas, ce dernier vous licenciera, réduira votre salaire ou décidera d’une sorte de répercussion. Si nous devions choisir notre patron, choisirions-nous celui qui est exigeant ou celui qui est motivant ?

Je pense que la plupart d’entre nous préféreraient le motivant. C’est-à-dire, celui qui connaît nos qualités et les met en valeur, celui qui nous applaudit quand nous faisons bien et celui qui nous pardonne quand nous avons fait une erreur, celui qui nous enseigne.

Nous serions plus heureux avec ce genre de patron “extérieur”, car la même chose se produit avec le patron “intérieur”. Le motivant est meilleur que l’exigeant.

Une femme courant dans un champ heureuse.

Q. Enfin, Jenny Moix, pourriez-vous indiquer quelques lignes directrices ou clés à prendre en compte en ce qui concerne l’auto-exigence ?

Je pense que nous devrions nous accepter avec nos auto-exigences dès le départ. “Je suis moi et mes exigences“. Ce serait le point de départ. Il est normal d’en avoir, certains plus que d’autres. Nous sommes programmés. Lutter contre elles serait comme exiger leur élimination. Une exigence de plus donc.

Pourquoi ne pas simplement les regarder ? Les observer comme la mère qui observe son enfant. Ou comme nous observons notre chat ou notre chien bien-aimé faire un bêtise. Les observer sans les juger.

Pour les observer, nous devons les reconnaître et elles sont souvent déguisées. Beaucoup d’entre elles sont vêtues du déguisement de la demande extérieure. Nous nous sentons obligés par notre famille, par nos collègues, par notre partenaire de faire quelque chose. Et nous le vivons comme une demande qui vient d’eux, extérieure. Mais en réalité, c’est interne ! Personne ne pointe une arme sur nous.

Nous devons enlever le déguisement de cette prétendue demande qui vient des autres jusqu’à ce que nous y voyions notre propre demande nue.

Si nous demandions à un groupe de personnes comment elles ont éliminé une de leurs auto-exigences, nous obtiendrions probablement une réponse du type “Un jour, j’ai réalisé que… cela n’avait pas de sens. Et qu’est-ce qui les a fait tiquer ? Les paroles d’une chanson, d’un film, d’un livre, une conversation avec un ami, un crayon tombé par terre, un oiseau qui a traversé leur jardin…

Comme nous le voyons, il y a beaucoup à réfléchir autour de l’univers des auto-exigences. Sans aucun doute, grâce à Jenny Moix, nous devons réfléchir à la façon dont elles nous influencent au jour le jour et à ce que nous pouvons faire pour éliminer le poids qu’elles ont sur notre vie. Oserez-vous ?