Emmy Noether, biographie de la femme qui a révolutionné la physique

23 septembre, 2020
Emmy Noether est considérée par beaucoup comme étant la mathématicienne la plus importante de l'histoire, et par conséquent, elle a recueilli l'admiration de grands scientifiques de son temps, comme Albert Einstein. Cependant, Noether a dû faire face à un système et à une société qui n'étaient pas disposés à reconnaître les réalisations d'une femme.

Emmy Noether était une autre de ces grandes femmes qui dépassaient de loin beaucoup de leurs contemporains mais n’ont pas reçu la reconnaissance qu’elles méritaient en leur temps. Albert Einstein a exprimé publiquement son admiration pour Emmy Noether, à plusieurs reprises.

Les célèbres physiciens Leon M. Lederman et Christopher T. Hill ont, eux, déclaré que le théorème créé par son travail était peut-être au même niveau que le théorème de Pythagore.

Pour beaucoup de ses collègues et des hommes de science, elle possédait vraiment une intelligence privilégiée qui devait lui permettre se démarquer. Pour d’autres, Emmy Noether était simplement une femme, ce qui l’a invalidée pour occuper une place prestigieuse.

“Les mathématiques pures sont, à leur manière, la poésie des idées logiques.”

– Albert Einstein sur Emmy Noether-

Le travail d’Emmy Noether a complètement changé le paysage de la physique et des mathématiques. Elle est connue comme étant la mère de l’algèbre moderne. Et certains l’élèvent à la position de la mathématicienne la plus importante de toute l’histoire.

Malgré cela, pendant presque toute sa vie, elle a dû faire face à l’exclusion et à la ségrégation, soit parce qu’elle était une femme, soit parce qu’elle était juive. Le monde n’était peut-être pas prêt à reconnaître les réalisations d’une femme ; la société machiste et l’antisémitisme étaient encore profondément enracinés en son temps.

Emmy Noether a révolutionné les mathématiques.

Emmy Noether et sa famille de mathématiciens

Il n’est pas étrange qu’Emmy Noether opte pour les mathématiques à un âge précoce, car elle est issue d’une famille de personnes notables dans cette science depuis trois générations. Cependant, aucune d’elles n’a réussi à aller aussi loin qu’elle.

Emmy Noether est né à Erlangen (Bavière, Allemagne) le 23 mars 1882. Son père, Max Noether, est mathématicien et professeur. Il a souffert de poliomyélite à l’âge de 14 ans et, bien qu’il ait partiellement récupéré, a toujours eu des problèmes avec une de ses jambes. Son père croit fermement à l’égalité des femmes.

La mère d’Emmy se nomme Ida Amalia Kaufmann et est fille de marchands prospères. Comme son mari, elle a une mentalité très avancée pour son époque. Emmy a également trois frères et sœurs, tous plus jeunes qu’elle.

Emmy Noether est myope et a un problème d’élocution appelé sigmatisme, une difficulté similaire au lisp dialectal. Malgré cela, ces parents remarquent que leur fille possède une intelligence impressionnante dès son plus jeune âge.

L’exclusion de la vie académique

Emmy Noether reçoit une grande éducation. Le moment venu, elle décide que sa vocation est d’étudier les langues modernes. Cependant, en parallèle, elle commence à fréquenter la chaire enseignée par son père et constate que les mathématiques sont sa véritable passion.

Le problème pour Noether était qu’à cette époque, les femmes n’étaient pas autorisées à aller à l’université.

La possibilité d’admettre des femmes a été envisagée, mais la discussion se clôturait par une approche radicale. Si l’on permettait aux femmes d’entrer dans l’institution, le chaos régnerait.

Par conséquent, Emmy Noether doit se contenter de suivre différentes classes en tant qu’auditeur, tant que les enseignants lui donnent une autorisation écrite. Malgré ces restrictions, en 1903, elle réussit l’examen de fin d’études.

Noether continue de développer son travail et, en 1908, elle est autorisée à enseigner à l’Institut mathématique de l’Université d’Erlangen. La seule condition est qu’elle ne peut pas recevoir de salaire pour ses cours. Grâce à l’aide de son père, elle accepte et y reste jusqu’en 1915.

En 1915, elle est invitée à enseigner à l’Université de Göttingen par le célèbre mathématicien David Hilbert.

  • L’un des professeurs proteste en disant : “Que penseront nos soldats lorsqu’ils retourneront à l’université et découvriront qu’on leur demande d’apprendre en se mettant aux pieds d’une femme ?”.
  • Ce à quoi Hilbert a répondu : “Je ne vois pas pourquoi le sexe d’un candidat peut être un argument contre son admission en tant que privatdozent. Après tout, nous sommes une université, pas un établissement de toilettes.”

Ainsi, malgré sa grande capacité et sa passion pour les mathématiques, Noether trouve d’innombrables obstacles sur son chemin. Des obstacles qui répondent aux problèmes machistes de la société dominante.

Ce n’était pas facile d’être une femme dans un monde d’hommes, mais dans les domaines scientifiques, la situation était plus violente. Malgré cela, Noether n’a jamais cessé de se battre pour sa véritable passion, les mathématiques.

Emmy Noether a révolutionne les mathématiques.

La gloire et la fin

Pas à pas et année après année, Emmy Noether progresse dans son travail et devient enfin l’un des plus grands mathématiciens du monde. Pendant plusieurs années, elle doit travailler sans recevoir de salaire en retour. Finalement en 1923, on la nomme assistante de Hilbert et Emmy Noether reçoit enfin un salaire.

Avec l’arrivée du nazisme au pouvoir, Noether est démise de ses fonctions et doit rapidement se réfugier aux États-Unis. Dans ce pays, elle trouve un environnement beaucoup plus propice pour exposer ses idées et être valorisée pour son travail. L’atmosphère n’est pas sans misogynie, mais pas au même degré que dans son pays d’origine.

Bien qu’Emmy Noether ait reçu plusieurs récompenses, ce n’est qu’après sa mort qu’elle obtient la vraie distinction que son travail méritait. Elle décède le 14 avril 1935 en Pennsylvanie (États-Unis). Albert Einstein fait un message d’adieu significatif ; l’astéroïde 7001 et un cratère sur la face cachée de la lune portent son nom.

Corrales, C. (2004). Matemáticas y matemáticas: vida y obra de Emmy Noether. Matemáticas y matemáticos, 43, 185.