Edith Piaf, biographie de la môme de Paris

25 mai, 2020
Le vrai nom d'Edith Piaf était Edith Giovanna Gassion. D'après certaines sources, elle serait née en pleine rue, à Paris. Toute sa vie, elle a connu un destin tragique. Malgré cela, sa voix a été d'un grand réconfort pour beaucoup pendant la Seconde Guerre mondiale et son caractère a inspiré de nombreux artistes.

Edith Piaf a l’une des histoires de vie les plus fascinantes de tout le monde artistique. Cela est non seulement dû à sa carrière musicale et à son talent, mais aussi aux extraordinaires épreuves qu’elle a dû traverser au cours de sa vie. C’était avant tout une femme courageuse. Elle est sortie de la plus grande des misères pour devenir la muse de nombreux compositeurs et l’inspiration de millions de personnes dans le monde entier.

La môme Piaf, comme on la surnommait au sommet de sa carrière, était une femme petite et menue qui chantait plus avec son âme qu’avec sa voix. Son style unique a marqué toute une époque. Elle était la diva par excellence des années 1950 et elle est encore considérée aujourd’hui comme une icône de la vie parisienne dans le monde entier.

“Mon enfance peut sembler affreuse, mais elle était belle… J’avais faim… J’avais froid… Mais j’étais libre… Libre de ne pas me lever… De ne pas aller au lit… De me saouler… D’attendre… De rêver… “

-Edith Piaf-

Edith Piaf a eu une vie singulièrement tragique. Cependant, ceux qui l’ont connue la décrivent comme une personne à la personnalité fabuleuse, d’une énorme générosité et d’un grand détachement. On dit que Paris ne s’est figé complètement qu’à deux reprises. A la fin de la Seconde Guerre mondiale et lors des funérailles de Piaf.

Un portrait d'Edith Piaf

 

Edith Piaf : une enfant née dans la rue

Il semble qu’Edith Piaf soit née le 19 décembre 1915 dans une rue de Paris. Son père était un acrobate de cirque et sa mère une chanteuse itinérante. Lorsque sa mère était sur le point d’accoucher, son père s’est mis à se saouler pour fêter ça. Sa mère a alors essayé de se rendre seule à l’hôpital mais elle n’y est pas parvenue. La petite Edith est donc née sous un lampadaire de la rue de Belleville à Paris.

Les deux parents d’Edith étaient alcooliques. Anneta, sa mère, l’a confiée aux soins de sa grand-mère maternelle pendant un certain temps. Cependant, selon la légende, sa grand-mère lui a donné du vin au lieu du lait, parce que, selon elle, c’était bon pour sa santé. Elle a ensuite été retirée de sa grand-mère par son père qui l’a, à son tour, laissé à sa grand-mère paternelle. C’était la propriétaire d’une maison close. Edith Piaf a alors été élevée par un groupe de prostituées.

Piaf a commencé à gagner sa vie en chantant dans le métro parisien et dans les cafés de la banlieue. À 16 ans, elle est tombée amoureuse d’un garçon de 17 ans qui l’a mise enceinte. Ils ont eu une fille qu’ils ont appelée Marcelle. Cependant, à l’âge de 2 ans, elle est morte d’une méningite. C’est alors qu’Edith Piaf a dû se prostituer une nuit afin de pouvoir payer l’enterrement de sa fille. Marcelle laissera une marque à tout jamais dans l’âme de Piaf.

La môme de Paris

La vie d’Edith Piaf a changé à jamais lorsqu’un passant s’est arrêté pour l’écouter chanter dans la rue. Cet homme était Louis Leplée, le propriétaire d’un des plus célèbres cabarets de Paris. Il lui a fait passer un essai, puis l’a embauchée et l’a formée pour qu’elle devienne la grande diva qu’elle est devenue. Son succès a été immédiat. Cependant, lorsque Leplée a été assassiné, Edith Piaf a été identifiée comme un suspect. Du jour au lendemain, elle n’a plus eu de contrat et s’est retrouvée à devoir de nouveau chanter dans la rue.

Peu de temps après, le compositeur Raymond Asso, qui était son amant, lui est venu en aide et a fait d’elle une chanteuse de métier. Edith Piaf est alors devenue une star de la chanson et les grands compositeurs se sont mis à écrire exclusivement pour elle. Elle est ainsi tombée amoureuse du public parisien, puis des gens du monde entier. Pendant l’occupation nazie, elle s’est lancée dans le cinéma et a continué à chanter. Elle a même protégé des artistes juifs au cours de la Seconde Guerre mondiale.

C’est une fois la guerre terminée que Piaf a écrit les paroles de sa chanson la plus célèbre : La vie en rose. Elle vivait à cette époque une romance torride avec Yves Montand. Puis, en 1947, elle est partie avec lui pour une tournée aux États-Unis, mais ils se sont séparés peu de temps après.

Edith Piaf en train de chanter

 

Une triste fin

En 1948, Edith Piaf a rencontré son grand amour, le boxeur Marcel Cerdan. Elle n’a cependant vécu avec lui que pendant un an. En effet, Cerdan est mort dans un accident d’avion en 1949. La perte de Marcel l’a alors plongée dans une profonde douleur. Elle qui était déjà sujette à plusieurs addictions, cette disparition l’a conduite à développer une nouvelle dépendance à la morphine.

Elle a ensuite eu plusieurs histoires d’amour avec des personnages connus tels que Marlon Brando, Georges Moustaki, Charles Aznavour et d’autres. En même temps que sa renommée continuait de croître, sa dépendance à la morphine aussi. Sa santé a alors commencé à nettement se détériorer. Un jour de 1959, elle s’est même évanouie sur scène.

En 1961, à la grande surprise du public et pour son plus grand plaisir, elle a interprété sa chanson emblématique Non, je ne regrette rien à l’Olympia de Paris. En 1962, déjà très malade et affaiblie, elle épouse Théo Sarapo, un homme de 26 ans. Un an plus tard, elle meurt à l’âge de 47 ans.

 

  • Miller, K. (2017). Un tema para todas las épocas: las postguerras. Realidad: Revista de Ciencias Sociales y Humanidades, (108), 333-342.