Du dit au fait, la clé psychologique de l'entrepreneur

L'image projetée par les biographes de nombreux entrepreneurs à succès est dans bien des cas un miroir pour les nouvelles générations. Cela surtout pour les avantages du fait de ne pas avoir de patrons ou de conserver la capacité de prendre des décisions.
Du dit au fait, la clé psychologique de l'entrepreneur

Dernière mise à jour : 23 octobre, 2021

La clé psychologique de l’entrepreneur semble se perdre parmi toutes les informations qui saturent les médias. A plusieurs points de vue, être entrepreneur est nouveau, ce qui est considéré comme la clé du succès, mais… Comment y parvenir ? De plus, dans ce contexte, il semble que même un salarié ait besoin des compétences d’un entrepreneur.

Les générations récemment entrées dans le monde du travail et celles que l’on verra bientôt dans des biographies comme celles de Steve Jobs ou de Bill Gates. Ces modèles sont un exemple que tout grand projet n’a pas besoin d’avoir de grands moyens au début.

D’autre part, à de nombreuses reprises, leur parcours est simplifié, le réduisant à une question de volonté ou d’attitude, alors qu’en réalité, d’autres facteurs, tels que la fortune ou le hasard, ont également été les protagonistes du succès.

Entrepreneuriat : un changement dans le monde du travail

Des phénomènes tels que la mondialisation, les progrès de la technologie et la flexibilité du travail ont produit des changements radicaux dans la façon dont le travail est présenté.

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, les gens faisaient toute leur carrière professionnelle dans la même entreprise, voire au même poste. Le travail était beaucoup plus industriel, moins changeant. Aujourd’hui, le monde du travail exige que de nombreux postes soient pourvus par des « nomades ».

Le désir de l'entrepreneur.

Le désir des jeunes

D’autre part, les nouvelles générations n’aspirent pas à retourner dans le passé. Cette génération a vécu avec une avancée technologique abrupte qui permet d’autres formes de travail. Il semble que le désir des nouveaux jeunes soit d’être leurs propres patrons.

Les jeunes ont été élevés avec l’idée qu’ils sont libres et capables de créer ou de choisir les lieux dans lesquels investir leurs efforts et leur enthousiasme. D’autre part, la prise de conscience d’un fait s’est accrue : nous passons une bonne partie de notre vie au travail et donc nous voulons que les conditions soient bonnes en ce lieu. En ce sens, beaucoup pensent, pourquoi ne pas entreprendre ? Pourquoi ne pas générer ces conditions ?

Qu’est-ce que l’entrepreneuriat ?

De nos jours, nous comprenons que l’entrepreneuriat consiste principalement à créer sa propre entreprise. Le point commun est que pour y parvenir il faut : visualiser une niche de marché, créer les bonnes conditions matérielles pour l’exploiter, gérer intelligemment les ressources dont nous disposons. Ainsi, entreprendre, c’est prendre possession d’une idée, d’un projet.

La clé psychologique de l’entrepreneur

Comme l’explique le titre de l’article, de manière métaphorique, l’entrepreneur n’est pas seulement un idéaliste, mais aussi un exécuteur testamentaire – quelqu’un qui est capable de façonner ses idées dans la réalité.

En ce sens, un entrepreneur à succès est celui qui est capable de tirer parti de ses idées tout en respectant les conditions imposées par les circonstances.

Parmi les compétences requises figure la capacité de calculer les risques et de séparer les innovations qui peuvent fonctionner de celles qui ne fonctionnent pas. En ce sens, dans le développement d’un entrepreneur à succès, nous trouvons une personne qui sait choisir quelles batailles mener, reporter ou abandonner.

Les compétences de l’entrepreneur

Un entrepreneur, en plus d’avoir une vision, doit avoir des connaissances dans divers domaines pour gérer un projet. Une critique très fréquente du système éducatif actuel est qu’il existe certaines carrières qui ont très peu de débouchés ou dont les contenus sont très éloignés de ce que demande le marché.

En ce sens, les compétences techniques que nous pourrions inclure dans la clé psychologique de l’entrepreneur pour réussir seraient :

  • Développement de projets.
  • Gestion de groupe.
  • Connaissances économiques et financières.
  • Capacité à vendre une idée.
  • Chercher des alliés.
  • Travail en équipe.

Compétences émotionnelles d’un entrepreneur

Dans un monde où l’offre est large et les demandes ne sont pas soumises à la patience, le chemin de l’entrepreneur s’est également transformé. Les entrepreneurs établis le remarquent souvent, il faut faire face aux frustrations et aux obstacles, car le début en est assailli.

D’autre part, la curiosité se manifeste parfois par un malaise. Paradoxalement, les premières étapes d’un projet peuvent être particulièrement inconfortables. Pour cela, les traits émotionnels et personnels suivants s’ajoutent à la clé psychologique de l’entrepreneur :

  • Surmonter les obstacles.
  • Tolérance à la frustration.
  • Intelligence émotionnelle.
  • Ouverture à l’expérience.
  • Persévérance.
  • Travail.
  • Gestion des risques.

La clé de l’intelligence émotionnelle de l’entrepreneur

Bien qu’il soit très difficile d’établir un profil d’entrepreneur parfait, l’intelligence émotionnelle est l’un des traits les plus présents. Cette caractéristique montre la capacité à s’adapter à chaque situation, en répondant de manière fructueuse sur le plan émotionnel.

C’est aussi une qualité fondamentale pour animer des groupes, contacter les bonnes personnes et sympathiser avec ceux qui nous accompagnent tout au long du chemin. Bref, c’est une manière d’ interagir efficacement avec l’environnement, étant celui de l’entrepreneur, très mouvementé.

Travail : le sacrifice d’aujourd’hui est le fruit de demain pour l’entrepreneur

L’entrepreneuriat, c’est aussi avoir la capacité de sacrifier du temps, des relations et des espaces. Un travail en tant qu’employé, vous permet de respecter l’horaire et d’avoir une autre vie à l’extérieur.

Être votre propre patron exige que lorsque vous devez effectuer une tâche essentielle, vous soyez le seul à le faire, peu importe le jour ou l’heure. Pour entreprendre, il faut alors 150% de celui qui l’exécute.

Les objectifs de l'entrepreneur.

L’entrepreneuriat, un moyen d’aller de l’avant

En entrepreneuriat, les récompenses sont rarement immédiates. Par conséquent, la patience est nécessaire pour continuer à construire ou à produire en attendant.

En ce sens, dans la biographie de nombreux entrepreneurs à succès, nous trouvons un facteur commun. Dans les premières phases du projet, ils ont dû investir un grand nombre d’heures, conservant dans de nombreux cas une foi quelque peu aveugle dans leur performance.

Sans surprise, l’entrepreneuriat est un mécanisme de promotion sociale et un débouché naturel pour ceux qui valorisent avant tout l’autonomie. Enfin, compte tenu de ce qui précède, la clé psychologique de l’entrepreneur repose sur la volonté et l’engagement dans une idée, de parier sur certaines décisions et d’investir une série de ressources dans un horizon quelque peu incertain qu’il maintient dans de nombreux cas, surtout par la foi et l’illusion.

Cela pourrait vous intéresser ...
Alice Walker : la femme qui nous a émerveillés avec sa couleur pourpre
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Alice Walker : la femme qui nous a émerveillés avec sa couleur pourpre

Alice Walker est poétesse, romancière, enseignante, éditrice, féministe et militante . Elle naquit le 9 février 1944, dans la campagne