Différences entre la maladie d'Alzheimer et la démence

Les différences entre la maladie d'Alzheimer et la démence sont quelque peu difficiles à comprendre sur le papier, mais vous pouvez les retrouver dans cet article de manière claire et concise.
Différences entre la maladie d'Alzheimer et la démence

Dernière mise à jour : 29 mars, 2022

Il est évident que les capacités cognitives diminuent avec l’âge. Ces dernières années, les connaissances populaires sur ce processus et les maladies associées se sont nettement développées. Cependant, le diagnostic reste compliqué car il est difficile de faire la différence entre la maladie d’Alzheimer et la démence, en plus des autres troubles qui existent.

Pour de nombreuses familles, il est difficile de savoir différencier les signes du vieillissement de ceux des premiers stades d’une maladie neurodégénérative. Cela signifie que la démence peut souvent progresser jusqu’à un point qui nuit gravement à la vie du patient.

Par conséquent, dans cet article, vous pourrez trouver la différence entre les deux maux qui préoccupent le plus les familles : la maladie d’Alzheimer et la démence. Ne passez pas à côté.

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d'Alzheimer et la démence diffèrent cliniquement

La maladie d’Alzheimer est une maladie cérébrale dégénérative qui altère le fonctionnement des neurones. Elle affecte principalement le néocortex, produisant la mort cellulaire mais, à des stades avancés, elle s’étend vers les zones internes du cerveau.

Elle reste asymptomatique pendant de nombreuses années car le pouvoir de plasticité et de compensation du cerveau résout progressivement la perte de fonctions. Lorsqu’il ne peut plus la « cacher », des signes de déclin cognitif et de perte de mémoire apparaissent et peuvent évoluer jusqu’au décès de la personne.

De nouvelles études sur les biomarqueurs d’Alzheimer permettent de détecter cette maladie de manière précoce, avant même qu’elle ne produise des symptômes. Ceci est particulièrement utile pour les personnes qui ont des antécédents dans leur famille. Les biomarqueurs de cette maladie sont les suivants :

  • Les niveaux de protéines bêta-amyloïdes et tau dans le liquide céphalo-rachidien, qui sont testés en les extrayant à l’aide d’une ponction lombaire.
  • La détection de l’accumulation de ces protéines dans le cerveau à travers une tomographie par émission de positrons (TEP).
  • Études d’imagerie structurale ou fonctionnelle du cerveau et de ses régions grâce aux technologies de résonance magnétique et de tomographie par émission de positrons avec un traceur de glucose.

Qu’est-ce que la démence ?

De son côté, la démence est un ensemble de symptômes associés à la capacité de penser, de raisonner et de se souvenir qui entraînent des difficultés dans le déroulement normal de la vie du patient. Ce n’est pas une maladie, mais cela peut en être la cause.

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-V) a changé le nom de « démence » en « trouble neurocognitif majeur » et a ajouté une nouvelle catégorie moins grave de difficulté cognitive, appelée trouble neurocognitif léger. On diagnostique ce trouble lorsque la perturbation d’une seule capacité cognitive est suffisamment grave pour interférer avec l’indépendance.

De plus, cette perturbation ne peut pas avoir été causée par la consommation de drogue, le délire ou d’autres conditions.

Les capacités cognitives que l’on évalue pour ce diagnostic sont les suivantes :

  • Attention complexe.
  • Expression et compréhension du langage.
  • Fonction exécutive : planifier, organiser, se souvenir des choses, prioriser ou prêter attention aux tâches.
  • Fonction perceptivo-motrice : perception visuelle des relations spatiales entre les objets.
  • Apprentissage et mémoire.
  • Cognition sociale.

Différences entre la maladie d’Alzheimer et la démence

Alzheimer et démence

Maintenant que vous connaissez chaque état un peu plus en profondeur, vous verrez qu’il existe de grandes similitudes entre eux, comme la perte de mémoire et la détérioration des fonctions cognitives supérieures. Cependant, leurs différences sont substantielles et, une fois les tests diagnostiques pertinents effectués, le traitement sera différent.

Les principales différences entre la maladie d’Alzheimer et la démence sont les suivantes :

  • La maladie d’Alzheimer est une maladie, mais la démence est un syndrome, c’est-à-dire un ensemble de symptômes.
  • La démence détériore les fonctions cognitives mais elle n’est pas dégénérative : la maladie qui pourrait en être la cause en est responsable.
  • La démence n’est pas une cause directe de décès, contrairement à la maladie d’Alzheimer.
  • Les symptômes des deux suivent des évolutions différentes : alors que dans la maladie d’Alzheimer, cela commence par de petites pertes de mémoire et que les symptômes s’ajoutent au fur et à mesure de sa progression, dans la démence, les symptômes initiaux varient en fonction de la maladie qui la provoque.
  • La démence n’est pas héréditaire, bien qu’il existe des preuves que le fait d’avoir des proches atteints de la maladie peut augmenter le risque d’en souffrir. La maladie d’Alzheimer a un lien génétique clair, car une personne dont un parent ou un frère ou une sœur est atteint de la maladie d’Alzheimer aura un risque légèrement plus élevé de la développer.

On estime qu’une personne sur 10 âgée de plus de 65 ans souffre d’un certain type de démence et environ 75 % de ces cas sont dus à la maladie d’Alzheimer. Bien que les études et la médecine continuent de progresser, il n’existe toujours pas de remède à ces maux : on ne peut que retarder leur progression.



  • García-Ribas, G., Moreno, L. S., & García Caldentey, J. (2014). Biomarcadores en la enfermedad de Alzheimer. Rev Neurología58(7), 308-17.
  • Morrison, J. (2015). DSM-5® Guía para el diagnóstico clínico. Editorial El Manual Moderno.
  • Mateu, K. A., Guzmán, M. D. L. Á. A., & Jiménez, L. F. H. (2014). Función ejecutiva en adultos mayores con patologías asociadas a la evolución del deterioro cognitivo. Neuropsicologia Latinoamericana6(2).https://www.neuropsicolatina.org/index.php/Neuropsicologia_Latinoamericana/article/view/180