Les différentes phases de la maladie d'Alzheimer

19 février, 2021
Aujourd'hui, la maladie d'Alzheimer est en progression constante. Il n'existe pas encore de remède pour en guérir. Cependant, en connaissant son évolution, il est possible de réduire l'incertitude et de se préparer pour l'affronter.

La recherche médicale actuelle considère que les causes de l’apparition de la maladie d’Alzheimer sont multiples et complexes. Parmi celles-ci, le principal facteur de risque est l’âge. On ne peut malheureusement rien y faire. Toutefois, la recherche n’a cessé de progresser depuis des décennies. On en sait désormais plus sur les phases de la maladie.

Il existe en effet une série de phases en matière de diagnostic et d’évolution. Cette maladie neurodégénérative se caractérise avant tout par la détérioration cognitive et comportementale du patient. Son apparition est généralement insidieuse.

Cela veut dire qu’il s’agit d’une pathologie qui progresse lentement et progressivement, de sorte que ses symptômes ne sont pas évidents à repérer dès le début. Son évolution progressive se produit généralement chez les adultes, mais surtout au cours du troisième âge.

Deux personnes âgées l'une contre l'autre.

Avant les phases de la maladie, il y a la phase préclinique

Le processus pathologique de cette maladie commence des années avant sa manifestation clinique. Cela est dû au caractère insidieux de l’apparition de la maladie dont il a été fait mention au paragraphe précédent.

Cette étape est importante afin de découvrir des traitements pouvant empêcher des formes de détérioration graves et éventuellement ralentir son évolution. Bien qu’il s’agisse du stade le moins étudié jusqu’à présent, on sait qu’il s’agit d’une étape au cours de laquelle des altérations moléculaires commencent à se produire.

A terme, cela va conduire à un processus de dégénérescence neuronale. Cependant, ces altérations sont encore insuffisantes pour provoquer des symptômes. Par conséquent, la phase de la maladie d’Alzheimer préclinique est un stade où la personne demeure encore asymptomatique.

Les phases de la maladie d’Alzheimer

Les étapes décrites à présent doivent être considérées comme un guide. En effet, la maladie d’Alzheimer peut affecter différemment chaque patient. Ainsi, certains peuvent ressentir des symptômes particulièrement forts alors que d’autres peuvent traverser cette phase sans réelle difficulté.

Une fois que la maladie a été diagnostiquée, il existe trois phases de la maladie d’Alzheimer. Ce sont les suivantes…

Le phase précoce de la maladie d’Alzheimer (stade léger)

À ce stade, la personne reste capable de vivre de manière autonome et indépendante. Elle peut ainsi faire ses courses, participer à des événements sociaux ou travailler.

Cependant, elle peut commencer à avoir l’impression de perdre la mémoire. Par exemple, elle oublie des mots qu’elle utilise pourtant régulièrement. Elle peut également passer du temps à chercher des objets du quotidien parce qu’elle ne se souvient pas où elle les a laissés.

À ce stade, les proches peuvent commencer à remarquer des difficultés liée à la mémoire ou à la concentration. C’est le médecin qui est alors en mesure de conclure, sur la base de critères cliniques, que la maladie a commencé à se manifester.

Le stade moyen (ou phase modérée)

Ce stade de la maladie d’Alzheimer est le plus durable de toutes les phases. En effet, le patient peut rester dans cette phase pendant de nombreuses années.

Au fil des ans, la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer aura probablement besoin de plus en plus d’attention. En effet, les altérations neuronales font qu’il est difficile pour elle d’exprimer correctement ses pensées ou ses émotions et d’accomplir des tâches quotidiennes.

Il est fréquent que le patient soit de mauvaise humeur, qu’il soit frustré ou en colère. Et ce, sans raison apparente. Sa personnalité ou son comportement peut également changer, de sorte qu’il se comporte de manière inattendue. Par exemple, il ne veux pas prendre de douche.

Au cours de cette phase, il est fréquent que la personne confonde les mots ou ne se souvienne pas de détails de sa vie qui ont été particulièrement importants pour elle. Par exemple, elle peut oublier son numéro de téléphone, sa date d’anniversaire, l’université où elle a étudié, l’endroit où elle se trouve ou encore le jour et l’année de son mariage.

Tout cela augmente le risque qu’elle perde la notion du temps et de l’espace. Elle est désorientée et perdue. Cela implique un besoin d’attention plus élevé de la part des soignants.

La phase finale de la maladie d’Alzheimer (stade grave)

Le stade le plus sévère de la maladie rend très difficile pour ces personnes de communiquer avec leur entourage. Elles peuvent ne pas être capables de suivre une conversation, d’articuler des mots, d’avaler ou de contrôler leurs mouvements corporels.

Elles ont donc besoin d’une assistance continue pour mener à bien les activités de la vie quotidienne, ainsi que pour leurs soins personnels et leur toilette. De même, leurs capacités cognitives se détériorent. Elles deviennent enfin plus vulnérables à certaines maladies, comme la pneumonie par exemple.

Un homme qui souffre de la maladie d'Alzheimer.

L’importance d’un diagnostic précoce

La place des maladies neurodégénératives est de plus en plus élevée dans nos sociétés. Aujourd’hui, les différentes phases de la maladie d’Alzheimer sont bien connues. Ainsi, l’un des axes sur lequel les travaux de recherche se penchent actuellement est donc celui du diagnostic précoce.

Les bénéfices que cela pourrait avoir pour les patients se répercuteraient à plusieurs niveaux. Cela aurait surtout un impact direct sur leur qualité de vie, puisque cela ralentirait la détérioration cognitive caractéristique de cette pathologie.

Dubois B. ‘Prodromal Alzheimer’s disease’: a more useful concept than mild cognitive impairment? Curr Opi Neurol 2000; 13: 367-9

Fischer P, Jungwirth S, Zehetmayer S, Weissgram S, Hoenigschnabl S, Gelpi E, et al. Conversion from subtypes of mild cognitive impairment to Alzheimer dementia. Neurology 2007; 68: 288-91.

McKahnn G, Drachman D, Folstein M. Clinical diagnosis of Alzheimer’s disease: report of the NINCDS-ADRDA Work Group under the auspices of Department of Health and Human Services Task Force on Alzheimer’s disease. Neurology 1984; 34: 939-44.