Comment la dépression affecte la relation mère-enfant

2 février 2017 dans Psychologie 0 Partagés

« Aucune langue ne peut exprimer le pouvoir, la beauté et l’héroïsme de l’amour d’une mère ». Cette magnifique phrase d’Edward Chapin est emplie de vérité et de force. Mais que se passe-t-il lorsque la dépression affecte la relation entre une mère et ses enfants ? Peut-on y faire quelque chose ?

Seul-e-s une mère et son propre enfant connaissent les liens qui les unissent. Si tou-te-s deux sont vraiment déterminé-e-s et si leur amour est sincère, ces liens sont alors puissants, forts, inébranlables. Cependant, il existe de nombreux facteurs externes et internes qui peuvent porter atteinte à cette union si puissante.

Il ne fait pas l’ombre d’un doute que la dépression est l’une des maladies les plus redoutables de notre époque. L’incompréhension et la solitude sont deux réalités qui, malheureusement, popularisent ce trouble. Et ce problème chez une mère s’étend à tout son entourage, surtout chez les enfants, qui peuvent en souffrir davantage.

L’influence des parents dans la relation mère-enfant

L’influence que les parents exercent sur leurs enfants est déterminante pour leur croissance. L’état d’âme d’une mère a une force énorme qui sera d’une importance capitale durant les premiers jours de l’enfant.

madre-e-hija-abrazadas

Après la naissance d’un-e enfant, il est normal de trouver des mères terrifiées. En fait, cela peut se transformer en une régression psychique qui affecte directement le bébé. Il s’agit d’un moment où il faut se ressaisir et surmonter la situation, mais toutes les femmes n’y parviennent pas.

Si la dépression s’étend dans la durée, l’ambiance affectera la relation mère-enfant et plus directement le développement de l’enfant, qui souffrira et essayera de répondre aux exigences de sa mère, en plus de réclamer ou de se préoccuper de celles qu’iel peut avoir lui/elle-même.

Etudes sur l’effet de la dépression sur la relation mère-enfant

Donald Winnicott, un célèbre psychoanalyste anglais, a été l’une des figures les plus déterminantes dans le traitement de la dépression des mères et de son effet sur les enfants. En fait, son intérêt a été dupliqué lorsqu’une mère est venue le consulter, préoccupée par la perte de poids de son enfant.

Winnicott fut frappé de voir que cette mère était déprimée. En outre, il remarqua que la préoccupation pour son enfant soulageait la mère, et éloignait les autres préoccupations habituelles de son esprit.

A travers le contact avec l’enfant, il découvrit que cette femme était maltraitée par son mari. Un mari qui « prenait soin » de son estime de lui-même et de son propre bonheur au prix de la douleur et de la souffrance de sa femme. Et ce ne fut que lorsque l’enfant prit conscience de la situation familiale qu’il se remit à manger.

Cependant, malgré l’amélioration de l’état du petit, Winnicott recommanda à la mère de suivre un traitement psychologique car les résultats se répercuteraient de manière positive sur la santé de son enfant.

Comment agit une mère déprimée

Une mère déprimée se déconnecte de toute impulsion vitale et prive son enfant de l’affection dont iel a besoin. C’est pour cela que la conduite de l’enfant peut être altérée. Dans cet article, nous avons pris l’exemple d’un petit garçon qui cesse de manger, mais les effets peuvent être très différents.

Si un enfant ne reçoit pas de sécurité et de tendresse de la part de ses figures de référence, il se créera un « moi » factice qui réalisera tous les désirs des autres au lieu d’un véritable « moi ».

Tout ce processus peut découler sur des enfants ayant de véritables problèmes pour établir des relations avec leur entourage. On a déjà vu des cas de bébés qui cessent même de sourire de façon naturelle. Ils gardent juste cette expression du visage pour faire plaisir aux autres.

Comment améliorer la relation mère-enfant face à la dépression

La dépression est une maladie complexe qui est difficile à soigner. Cependant, une mère atteinte de ce trouble a besoin d’une grande dose de force de volonté et de courage pour s’en sortir. La tendresse pour son enfant sera l’un des éléments qui pourra l’aider à surmonter la maladie.

Il est également important de savoir que nous ne sommes pas des dieux. En dehors du fait d’être parents, nous ne savons pas tout. Et nos enfants non plus ne sont pas exempts de conflits, malgré la facilité pour résoudre leurs questions matérielles. Nous devons faire face à leurs côtés et aider les petits dans cette direction.


« La maternité est ce qui a de plus grand et de plus difficile. »

-Ricki Lake-


Il faut donner toute son importance à la dépression. La minimiser ou faire comme s’il n’y avait aucun problème est une erreur qui ne peut qu’aggraver la situation. Il est essentiel de faire confiance, d’écouter et de comprendre.

madre-con-su-hijo-en-brazos

Bien évidemment, l’aide psychothérapeutique est indispensable. Un-e bon-ne professionnel-le aide à lever le voile sur la situation. Iel évitera que la dépression ne s’installe et soulagera la souffrance du/de la patient-e, ainsi que celle de ses proches, en particulier des enfants.


« Tout ce que je suis, et que j’espère devenir, je le dois à ma mère. »

-Abraham Lincoln-


La dépression peut être un facteur déterminant dans la relation mère-enfant, puisqu’elle conditionne de manière très sérieuse la croissance de l’enfant. Il est donc nécessaire de la traiter de façon optimale pour permettre aux enfants d’avoir tout le bonheur qu’iels méritent.

A découvrir aussi